L'Espace CDQP, le nouvel ADN de la Caisse

Offert par Les Affaires

Publié le 10/02/2018 à 06:08

L'Espace CDQP, le nouvel ADN de la Caisse

Offert par Les Affaires

Publié le 10/02/2018 à 06:08

Par François Normand

L’Espace ­CDPQ occupe des locaux sur deux étages. L’ambiance ressemble aux locaux d’une ­start-up. Cette structure force les gens à discuter, souvent de synergies ou de ­PME prometteuses.

La Caisse de dépôt et placement du Québec est au «premier balcon» pour observer l'écosystème entrepreneurial, explique Christian Dubé, responsable de la stratégie d'investissement pour dynamiser l'économie québécoise. Mais l'institution ne fait pas que l'observer.


La Caisse s'assure d'être le plus proche possible des entrepreneurs. Pour ce faire, elle a modifié les tâches de plusieurs de ses employés afin qu'ils consacrent plus d'énergie au marché québécois. Et, surtout, elle a créé l'Espace CDQP à Montréal, en juin 2016.


«Si vous cherchez une image qui cristallise le changement qui est déjà bien avancé à la Caisse, c'est l'Espace CDPQ», affirme Michael Sabia, président et chef de la direction.


La Caisse de dépôt (par son Fonds Espace CDPQ) y cohabite avec une quinzaine de capitaux-risqueurs et d'institutions spécialisées dans l'accompagnement des entreprises.


On y retrouve des acteurs comme Anges Québec, Inovia Capital, l'École d'entrepreneurship de Beauce, Réseau QG100 ou XPND Capital. Au total, 160 spécialistes de l'entrepreneuriat y travaillent en permanence. Ils partagent la même ambition : accélérer la croissance et la mondialisation des PME québécoises.


L'Espace CDPQ occupe des locaux sur deux étages, totalisant 51 000 pieds carrés (l'équivalent des deux tiers d'un terrain de football) à la Place Ville-Marie.


L'ambiance ressemble aux locaux d'une start-up. Le mobilier est minimaliste. Les espaces de réunions sont en grande partie à aire ouverte. Et il n'y a qu'une seule machine à café, au rez-de-chaussée. Cette structure force les gens à discuter, souvent de synergies ou de PME prometteuses.


Il ne s'agit pas d'un incubateur ou d'un accélérateur d'entreprises, mais plutôt d'un « hub d'investissement ». Aucune entreprise n'y est présente. Cependant, des start-up viennent y faire régulièrement des présentations pour se faire connaître et pour séduire les investisseurs.


Aujourd'hui, l'espace est au maximum de sa capacité; il n'y a plus de place pour de nouveaux investisseurs. La situation ne manque pas d'ironie, confie M. Sabia, En 2015, plusieurs analystes étaient sceptiques à l'égard de ce projet. « On nous a dit : "Vous êtes fous !" Maintenant, c'est une réussite. »


À ce jour, l'Espace CDPQ a accompagné plus de 350 entreprises québécoises.


Certes, le capital est important pour aider les PME québécoises. On dit souvent que l'argent est le nerf de la guerre. Ce n'est toutefois pas l'essentiel ou la bougie d'allumage, affirme M. Sabia. « Pour nous, la chose la plus précieuse, c'est cette idée d'accompagnement », répète-t-on.


Pour accompagner les entrepreneurs par l'Espace CDPQ ou ses structures régulières, la Caisse leur donne un accès privilégié à ses experts. Parmi ceux-ci, des gens qui ont eux-mêmes déjà lancé, démarré ou géré une entreprise dans une autre vie.


La Caisse permet aussi aux entreprises de bénéficier de ses contacts et de son réseau de neuf bureaux dans le monde. Ces derniers sont situés à Londres, Mexico, New Delhi, New York, Paris, Shanghai, Singapour, Sydney et Washington.


Pour une PME, cela permet d'« ouvrir des portes » afin d'approcher un futur partenaire, distributeur ou client en Chine, par exemple.


 


Extrait de notre manchette
Comment la Caisse transforme
l'économie du Québec


 


 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

REM: fournisseurs, soyez concurrentiels, dit Couillard

Le chef péquiste reproch au gouvernement Couillard d'abandonner les entreprises du Québec.

La Caisse de dépôt investit gros dans Frank and Oak

13/02/2018 | Martin Jolicoeur

La Caisse de dépôt devient actionnaire. Et l'aidera à faire meilleur usage de l'intelligence artificielle.

À la une

La polémique du pourboire partagé entre serveurs et cuisiniers

12:06 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Restaurateurs et syndicats s'affrontent de nouveau sur la question. Et si on supprimait le pourboire?

Banques: un dernier hourra au premier trimestre?

Il y a 44 minutes | Dominique Beauchamp

Difficile de dire si les résultats trimestriels des banques serviront d’étincelle pour leurs titres ...

Attirer des jeunes fonctionnaires avec des bureaux neufs, vraiment?

Il y a 59 minutes | Simon De Baene

BLOGUE INVITÉ. Québec investit 20M par année pour rénover ses bureaux. Les milléniaux sont jeunes, mais pas dupes.