Démocratiser le paiement par les objets connectés

Publié le 08/02/2018 à 15:36

Démocratiser le paiement par les objets connectés

Publié le 08/02/2018 à 15:36

Connect&GO a fourni des lunettes RFID afin de contrôler les accès pendant le festival ComediHa! à Québec.

PME DE LA SEMAINE. Spécialisée dans le développement de solutions numériques immersives pour les festivals, stades et parcs d’attractions, la PME québécoise Connect&GO démarre son expansion à l’international. Après un second contrat pour le SuperBowl américain, où elle a fourni une solution de paiement innovante sous forme de tatouage, son bracelet connecté a été retenu pour équiper le Village Olympique des Jeux en Corée du Sud.


Une seconde édition, qui en appelle d’autres. Début février, Connect&GO de nouveau était dans les gradins du SuperBowl grâce à son tatouage contenant une puce RFID. Lancé en partenariat avec le groupe Visa l’an dernier, cette expérimentation visait à proposer un nouveau moyen de paiement par l’épiderme aux participants de la célèbre rencontre sportive américaine. La PME montréalaise y conduisait aussi une autre opération avec le groupe Target, où les bracelets intelligents distribués aux clients permettent d’offrir des services, comme le scan et l’envoi automatique de produits chez eux grâce à un bagde. « Ce sont les organisateurs qui avaient entendu parler de nous depuis Osheaga et qui nous ont appelés directement », affirme Dominic Gagnon, Ceo de Connect&GO.


Tout comme les organisateurs des Jeux en Corée du Sud, qui débutent le 9 février prochain, et où les bracelets de la PME montréalaise équiperont les 12 000 athlètes et membres des délégations du Village Olympique. « Des lecteurs connectés de l’entreprise valideront les droits d’accès au village afin d’augmenter le niveau de sécurité du site », affirme la société. Un contrat sur lequel compte Connect&GO en vue de se positionner pour les prochains Jeux de Tokyo de 2020. « Les organisateurs viendront nous rencontrer pour la troisième fois en Corée. Notre objectif serait de pouvoir créer la future monnaie olympique, virtuelle et payable par wearables », glisse Dominic Gagnon.


Des débuts « sur mesure »


Avec 70% de son chiffre d’affaires réalisé à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis, la PME Montréalaise nourrit des ambitions mondiales. Elle a déjà activé près de 5 millions de bracelets intelligents à travers le globe. « Nous avons 8 à 9 concurrents dans le segment de l’événementiel, et 4 à 5 joueurs dans les installations permanentes. Nous devenons le petit qui s’attaque aux gros joueurs», analyse M. Gagnon. Avec 42 salariés et 5M$ de chiffre d’affaires, Connect&GO se prépare à lancer un bureau à Paris, et envisage une ouverture au Japon. Occupant pour l’instant 15 000pi2 au sein du quartier Outremont, elle prévoit encore de doubler sa taille au cours des prochaines années.


Fondée en 2012, la compagnie avait d’abord démarré à la suite d’une demande client, qui souhaitait mettre en place un dispositif de bienvenue personnalisé à l’entrée d’un stade. Un projet sur-mesure qui en a rapidement appelé d’autres. « Nous avons eu la chance d’avoir une demande du festival Osheaga (40 000 spectateurs) en 2013 pour le contrôle d'accès, qui nous a permis de développer une solution dédiée et de nous faire connaître très rapidement», ajoute le Ceo.


Un déploiement qui a permis de rafler des contrats comme le parc Universal Studios, mais aussi de développer un modèle rentable : « Depuis notre création, nous autofinançons nos développements et nous doublons chaque année notre chiffre d’affaires ».


Vers une diversification de services offerts


Pour accélérer la croissance à l’international, Connect&GO se prépare à effectuer une levée « de plusieurs millions de dollars » d’ici le début de l’été. Et souhaite étendre, en plus du contrôle d’accès, les fonctions de paiement de ses bracelets intelligents. « L’objectif est de rendre le paiement le plus facile possible, en allant jusqu’à automatiser le pourboire », ajoute M. Gagnon. A ce titre, la R&D est un poste de dépenses important, qui atteignait 10% du CA l’an dernier.


La PME montréalaise vise aussi une autre niche pour croître : le marché des installations permanentes (parcs aquatiques, stades, etc), qui représente actuellement 10% de son CA, contre 75% espéré d’ici trois ans. « Nous mettons beaucoup d’énergie en nous rendant sur les salons commerciaux, notamment en Asie », indique le Ceo.


Et pour cause : selon son modèle, la société commercialise les bracelets ainsi qu’une licence d’utilisation auprès des structures (festivals, parcs d’attractions, etc…) et perçoit un pourcentage sur la facturation d’options, comme l’option sécurité empêchant qu’un enfant ne sorte du parc sans son parent. « Le risque est minime pour l’installation, tandis que cela génère ensuite des revenus récurrents », avance M. Gagnon, qui affirme que son produit permettrait ainsi à ses clients « de doubler le montant de l’investissement initial », grâce à la commercialisation de certains services (sécurité, etc) ou à la facilitation des paiements.


 


Connect&GO en quelques chiffres



Année de création :  2012



Chiffre d’affaires annuel :  5M$



Marchés desservis : International



Emplacement du siège social: Montréal



Objectif pour l’année à venir : Développer le marché des installations permanentes (parcs aquatiques, stades, etc) pour qu’il atteigne 75% de ses revenus d’ici trois ans, tout en se positionnant à l’international, à travers une présence lors des prochains Jeux Olympiques en Corée du Sud et au Japon, et l’ouverture de bureaux en Europe et en Asie.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Des bracelets intelligents pour aider les itinérants

25/10/2017 | Matthieu Charest

Primeur. L’entreprise Connect&Go va tester des bracelets intelligents afin d’aider les itinérants à recueillir des dons.

À la une

L’onde de choc de Walmart atteint le Canada

Des résultats pas tout à fait à la hauteur des attentes ont provoqué des prises de profits après un bond de 50%.

Hausse des accidents d'avion, le gouvernement Trudeau épinglé

20/02/2018 | AFP

Après cinq années de baisse, le nombre d'accidents a augmenté en 2017. Les réductions budgétaires pointées du doigt.

Les entrepreneurs vont sauver le monde

20/02/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Le futur de l’entrepreneuriat: un modèle d’affaires classique mais pour une cause humaine.