Trouver les bonnes compétences au bon endroit, au bon moment

Publié le 12/11/2010 à 00:00, mis à jour le 18/11/2010 à 12:13

Trouver les bonnes compétences au bon endroit, au bon moment

Publié le 12/11/2010 à 00:00, mis à jour le 18/11/2010 à 12:13

Par Aude Marie Marcoux

Un employeur canadien sur cinq affirme avoir de la difficulté à pourvoir certains postes clés en raison du manque de candidats compétents. Plus exactement : 21 % des 1 916 employeurs sondés au pays par Manpower peinent à recruter.


" Les talents que les entreprises recherchent sont plus spécifiques. Cette spécificité recherchée, ce sont les compétences supplémentaires qui agissent comme catalyseur des aptitudes techniques, par exemple la capacité d'apprendre, de résoudre des problèmes et l'esprit critique", explique Jeffrey Joerres, pdg de Manpower, à qui nous avons parlé en marge du 13e Congrès mondial des ressources humaines, qui a eu lieu récemment à Montréal.


En dépit du contexte économique post-récessionniste qui a gonflé le nombre de chercheurs d'emploi, la pénurie notoire de talents persiste dans plusieurs pays et secteurs d'activité. La problématique n'est donc pas le nombre de candidats potentiels. Les résultats de l'étude de Manpower montrent qu'il s'agit d'un phénomène de " disparité des talents " : l'incapacité de trouver les bonnes compétentes au bon endroit, au bon moment.


Une aisance relative


Par exemple, les entreprises sont à la recherche de comptables flexibles et agiles, qui ont de l'expérience en juricomptabilité ou en restructuration de dettes et qui sont à l'aise dans un environnement multiculturel. " Il y a donc beaucoup de candidats, mais peu de personnes possèdent les talents spécifiques que les employeurs recherchent. De là le concept d'écart de talent ", ajoute M. Joerres.


Au-delà des connaissances techniques, la compétence la plus recherchée chez les cadres et les leaders d'affaires est la capacité d'apprendre, et de faire preuve d'humilité et d'emphatie dans ce processus d'apprentissage, selon le pdg de Manpower. " Être un leader aujourd'hui consiste davantage à servir qu'à se faire servir. Un changement est survenu qui a fait en sorte que vous n'êtes pas au sommet de cette chaîne alimentaire, en fait vous êtes presque au bas de celle-ci. "


À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

La vérificatrice générale appuie la stratégie budgétaire libérale

Les finances de l’État québécois sont en ordre et les prévisions budgétaires jusqu'à 2021 sont «plausibles».

Les tarifs de Trump vont faire mal à America inc.

La National Association of Business Economists a sondé 251 de ses membres aux États-Unis, et ils sont très inquiets.

PepsiCo «dope sa réputation écolo» grâce à Sodastream

11:52 | AFP

Le géant des sodas maintiendra les activités de Sodastream en Israël.