Avez-vous le moral?

Publié le 26/11/2012 à 10:07

Avez-vous le moral?

Publié le 26/11/2012 à 10:07

Par Olivier Schmouker

Certains n'ont pas le moral, et le dissimulent. Photo: DR

La crise économique, les mauvaises nouvelles, la vague de grippe venue avec l'arrivée des premiers frimas, etc. Avec tout ça, une question se pose : avez-vous le moral? Cette interrogation, le cabinet-conseil en ressources humaines Accountemps a eu l'idée de la poser aux Canadiens. Il en ressort essentiellement que 4 salarié sur 5 (81%) estime que le moral est «bon» à son bureau.


Ainsi, à la question "Comment décririez-vous l'état d'esprit général des employés de votre entreprise?", 28% ont répondu «très bon»et 53% «assez bon». Seulement 15% ont dit le trouver «assez mauvais», et 4%, «très mauvais».


Cela étant, mieux vaut ne pas tenir pour acqui la satisfaction professionnelle de ses employés. C'est du moins ce que recommande Max Messmer, le président et chef de la direction d'Accountemps. «Les employés veulent un travail dont ils sont fiers, des collègues qu'ils respectent et un environnement dans lequel leurs contributions sont appréciées. Les employeurs qui cultivent ce genre de culture sont récompensés par des employés qui sont plus heureux et plus productifs», dit-il.


Comment donc prendre subtilement le pouls de ses employés? À cela, quatre conseils des experts d'Accontemps :


1. Discutez avec votre personnel. «Prendre des nouvelles de vos employés de temps à autre, que ce soit en bavardant quelques minutes près de la machine à café ou en allant les voir à leur poste de travail, est peut-être la façon la plus efficace d'évaluer l'état d'esprit de votre personnel. Profitez de ces conversations pour vous informer des défis avec lesquels l'équipe doit composer et de ce que les employés pensent de leur travail.»


2. Soyez attentif à tout changement de comportement ou de rendement. «Le fait que des employés autrefois très engagés ne s'expriment plus dans les réunions ou ne participent plus aux activités de groupe peut être le signe qu'ils ne se sentent plus proches de la mission de l'entreprise ou de leurs collègues de travail.»


3. Sondez vos employés. «De temps à autre, recueillez les commentaires des membres du personnel sur divers sujets, notamment pour savoir s'ils estiment avoir les outils dont ils ont besoin pour bien travailler, s'ils sont adéquatement épaulés par leurs supérieurs ou ce que l'entreprise peut faire pour améliorer l'environnement de travail. Un tel sondage en lui-même suffit peut suffire à remonter le moral des employés, car ce processus montre que vous prenez leurs opinions en considération. Assurez-vous, bien sûr,de donner suite aux commentaires que vous recevez.»


4. Effectuez des entrevues de fin d'emploi. «Demandez aux employés qui quittent votre entreprise ce qu'ils feraient pour améliorer l'humeur du personnel et le climat de travail. Pensez à faire appel au service des ressources humaines ou à une personne n'appartenant pas à votre service pour mener ces entrevues et jouer le rôle d'un intermédiaire neutre.»

Sur le même sujet

À quoi bon rester fidèle à votre employeur?

25/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Saviez-vous qu'en étant fidèle à son employeur un salarié s'appauvrit par rapport à celui qui lui est infidèle?

Comment faire le bon choix en dépit d'une mauvaise information?

24/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Vous avez un choix crucial à faire? Et ceux qui vous conseillent sont biaisés? Voici comment vous y prendre.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.