Microdons, maxi-effets

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 22/02/2011 à 15:26

Microdons, maxi-effets

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 22/02/2011 à 15:26

Par Diane Bérard

Depuis novembre dernier, les consommateurs britanniques peuvent jouer les philanthropes chaque fois qu'ils utilisent leur carte de crédit ou de débit. Ils ont la possibilité d'arrondir le montant de leur facture pour faire don de quelques pennies à un organisme philanthropique. Une initiative de la Fondation Pennies (pennies.org.uk) qui s'est associée à une dizaine de détaillants, dont les chaînes Domino's Pizza et Travelodge. Il s'agit d'une version 2.0 de la boîte à monnaie placée à côté de la caisse enregistreuse. Le don moyen s'élève à 0,37 cents; 75 % du montant des dons est remis à un organisme philanthropique choisi par le détaillant participant. Le 25 % restant est réparti entre plusieurs organismes caritatifs. En trois mois seulement, une somme de 69 000 $ a été amassée.


Un organisme similaire a vu le jour aux États-Unis : SwipeGood. Les consommateurs enregistrent en ligne leur carte de débit ou de crédit. Chaque fois qu'ils l'utilisent, peu importe dans quel commerce, le montant de leur facture est arrondi au dollar suivant. La différence est distribuée aux diverses causes sélectionnées par SwipeGood. Le don moyen mensuel s'élève à 15 $. Au moment de l'enregistrement, il est possible d'indiquer un montant maximal de don par mois.


L'exemple de Pennies et SwipeGood peut-il être transposé au Québec ? " Ces initiatives méritent d'être suivies, estime Gaston Lafleur, président du Conseil québécois du commerce de détail, qui ne recense aucune expérience de ce genre au Québec. Plusieurs de nos membres contribuent déjà à une ou plusieurs causes. Le don électronique leur offrirait une façon de plus de s'engager. " II ajoute que Centraide constituerait un excellent organisme homologue québécois à la Fondation Pennies ou SwipeGood.

À suivre dans cette section

Dans la jungle du réseautage
Édition du 25 Octobre 2014 | Les Affaires

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

24/10/2014 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

Bourse: Toronto et New York ferment au vert

24/10/2014 | AFP

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension, aidés par les bons résultats ...