Entrevue n°226: Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du numérique dans le gouvernement français

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Novembre 2014

Entrevue n°226: Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du numérique dans le gouvernement français

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Novembre 2014

Par Diane Bérard








Axelle Lemaire a grandi à Hull, au Québec. Née d'une mère française et d'un père québécois, elle quitte le Québec à l'adolescence pour Montpellier, en France. Élue députée en juin 2012, elle succède à Fleur Pellerin en avril 2014. Axelle Lemaire estime que le numérique doit se décliner dans tous les ministères. Je l'ai rencontrée lors de son passage à Montréal, le 5 novembre.


Diane Bérard - Êtes-vous une geekette ?


Axelle Lemaire - Je suis une geekette d'adoption. Je ne suis pas une native du numérique. Je suis plutôt une immigrée. Ce qui m'intéresse, c'est son potentiel de bouleverser les modes de mobilisation citoyenne et les modèles d'entreprise. Prenez le transport. Les usagers ne cherchent plus à aller du point A au point B par un seul mode de transport. Ils réfléchissent à un parcours de mobilité qui allie des formes de partage, soit de voitures, soit de temps.


D.B. - Plusieurs dirigeants et entrepreneurs sont découragés. Le numérique, disent-ils, crée une concurrence déloyale...


A.L. - C'est difficile. Je crois qu'il y a eu un certain déni de la réalité de la part des responsables politiques européens pendant longtemps. Aujourd'hui, nous sommes entrés dans une phase de lucidité et de contre-offensive. En espérant que ce ne soit pas trop tard...


D.B. - Que dites-vous à ces dirigeants et ces entrepreneurs ?


A.L. - Mon rôle est de m'assurer que la concurrence reste libre et ouverte. Que la liberté de commerce et d'entreprendre reste entière. Prenons le cas des petits hôteliers. Les plateformes de réservation - devenues incontournables - leur réclament des marges de plus en plus importantes. De plus, certaines interdisent aux hôteliers qui traitent avec elles de fixer des prix différents à leurs clients particuliers, non trouvés par la plateforme. Je dois m'interroger sur la légalité de ce comportement. Est-il conforme au droit de la concurrence français ? Ce n'est pas certain.


D.B. - L'impôt que les sociétés Internet ne paient pas semble un dossier insoluble...


A.L. - Commençons par la base. Quel est le chiffre d'affaires réalisé dans un pays ? Le nombre d'utilisateurs des services de cette entreprise dans un pays ? Le montant de l'impôt payé ? Quand on fait ce calcul, on se rend compte que les géants d'Internet - qui sont à peu près tous américains - paient 22 fois moins d'impôts en France que les entreprises de taille équivalente dans d'autres secteurs industriels. Ça, c'est une donnée objective.



image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

CES 2018: L'année à venir en cinq technologies

10/01/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. En 2018, tout est appelé à devenir un gadget.

10 choses à savoir mardi

09/01/2018 | Alain McKenna

Les «sugar daddy» populaires à McGill, la dépendance au iPhone rapporte, ce véhicule autonome vous livrera la pizza.

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.