Bombardier a raté le métro de New York

Publié le 29/08/2017 à 14:27

Bombardier a raté le métro de New York

Publié le 29/08/2017 à 14:27

Par La Presse Canadienne

Bombardier (BBD.B) soutient que son offre pour un contrat de 3,2 milliards $ US visant à construire jusqu'à 1700 voitures de métro pour New York a été écartée à cause de ses retards de livraison dans d'autres dossiers.


Le constructeur montréalais a appris la semaine dernière que son offre, déposée en décembre 2016, n'avait pas été retenue par la Régie métropolitaine des transports de New York pour la ronde finale du processus.


Dans une lettre aux employés, le président de Bombardier Transport en Amérique, Benoit Brossoit, estime que la faible performance du constructeur et les retards accusés par le passé «ont scellé le sort de l'offre».


Les autorités new-yorkaises ont refusé de commenter le dossier puisque le processus d'appel d'offres n'était pas encore complété. 


Bombardier a eu du mal à livrer à temps un prototype de train léger sur rail et des tramways à Toronto, des retards qui ont envenimé ses relations d'affaires avec la société de transport.


Le porte-parole de Bombardier Éric Prud'homme indique que la compagnie est déçue de la décision des autorités new-yorkaises, mais il soutient que la perte de ce contrat ne devrait pas mettre en péril des emplois à ses usines, notamment celle de Plattsburgh, dans l'État de New York, justement.


L'entreprise avait déposé une offre auprès de l'État de New York pour moderniser son réseau de trains de banlieue, en fournissant du nouveau matériel roulant et en améliorant la signalisation dans le but d'augmenter la fréquence des trains. 


M. Prud'homme explique que Bombardier transforme actuellement ses activités manufacturières mondiales, et que les relations d'affaires avec la régie new-yorkaise, qui existent depuis 35 ans, ont déjà permis de livrer près de 2000 voitures de métro à la métropole américaine.


Bombardier Transport a décroché d'autres contrats ferroviaires dans le monde, notamment la livraison de nouveaux moteurs et équipement de contrôle de traction destinés au parc de trains desservant la ligne Central du métro de Londres. La valeur de ce contrat anglais, qui commencera s’étendra jusqu’en 2024, s’élève à environ 143,7 millions $US.


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Freshii et SNC-Lavalin

Que faire avec les titres de Bombardier, Freshi et SNC-Lavalin?

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Mis à jour à 07:53

Un peu de rouge avant le discours de Yellen, cible charcutée pour cette chaîne et Canada Goose peut encore s'envoler.

À la une

Peut-on espérer devenir propriétaire avec un revenu médian?

BLOGUE INVITÉ. Un ménage qui gagne le revenu médian au Québec peut-il s'acheter une résidence unifamiliale? Où?

Le départ d’Uber envoie «un très mauvais signal»

Il y a 52 minutes | Martin Jolicoeur

Est-il imaginable de vouloir séduire Amazon, sans parvenir d'abord à accommoder Uber?

Equifax: pourquoi tolérer ce vampire?

BLOGUE. Les Equifax de ce monde font une fortune avec nos données personnelles, sans notre consentement. Pourquoi?