ALÉNA: Chrystia Freeland de retour à Washington

Publié le 18/09/2018 à 13:55

ALÉNA: Chrystia Freeland de retour à Washington

Publié le 18/09/2018 à 13:55

Par AFP

[Photo: Getty Images]

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland devait se rendre mardi soir à Washington pour reprendre les discussions avec le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer sur un nouvel accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), selon son porte-parole.


Mme Freeland était attendue en soirée à Washington, sans qu’un horaire exact sur sa rencontre avec l’USTR ne soit encore arrêté, vraisemblablement mercredi, a indiqué son porte-parole, Adam Austen.


Mme Freeland était repartie de la capitale américaine mardi dernier en jugeant un compromis « éminemment possible ».


La renégociation pour moderniser l’ALÉNA, qui lie depuis 1994 les économies américaine, canadienne et mexicaine, a été imposée en août 2017 par le président américain Donald Trump, qui considère ce traité comme « le pire » de l’histoire pour avoir détruit des emplois américains, notamment dans le secteur automobile.


Après plus d’un an de tractations intenses, les négociateurs américains et mexicains sont parvenus fin août à un accord. Mais pour l’heure, aucun consensus n’a été trouvé avec le Canada.


Les discussions entre le Canada et les États-Unis achoppent principalement sur la protection du secteur laitier canadien et sur le dispositif de règlement des litiges commerciaux (dit chapitre 19), tous deux remis en question par l’administration Trump.


« Chaque fois que nous travaillons ensemble, nous parvenons à régler de nouvelles choses et nous nous rapprochons du moment où une décision finale devra être prise », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau dans un entretien lundi avec le magazine Maclean’s.


« Nous n’y sommes pas encore », a cependant ajouté M. Trudeau, tout en laissant entendre qu’un accord pourrait intervenir dans les prochains « jours ou semaines ».


« Si un bon accord est possible pour le Canada, ce que je crois, nous allons le signer, si ce n’est pas le bon accord, nous ne le signerons pas », a répété M. Trudeau.


L’équipe de négociateurs canadiens, dirigée par Mme Freeland, a poursuivi ces derniers jours ses discussions avec les Américains en l’absence de la ministre canadienne. Mme Freeland elle-même est restée en contact téléphonique avec le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer pendant cette « phase intensive des négociations », a-t-elle dit lundi.


Le président américain a laissé entendre que si aucun compromis n’était trouvé avec le Canada, l’ALÉNA serait remplacé par des accords bilatéraux.


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Tarifs douaniers ou pas, Trudeau pourrait signer l'AEUMC

Il rappelle que le Canada souhaite toujours que ces droits de douane soient levés avant l'entrée en vigueur du traité.

Trump «pas toujours évident» pour le Premier ministre canadien

22/10/2018 | AFP

«Mon job, c'est de m'assurer de bien défendre l'intérêt des Canadiens», a dit M. Trudeau à Tout le monde en parle.

À la une

Bio-K Plus à la conquête de nouveaux marchés

Édition du 08 Décembre 2018 | Jean-François Venne

Série 4 de 4 - Découvrez une PME dont le chiffre d'affaires repose en grande partie sur l'exportation.En 2018, Bio-K ...

Attention... cette nouvelle dragonne est un cheval de Troie

12/12/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. La cofondatrice de Prana se soucie autant de l'utilité sociale des entreprises que de leur rentabilité.

VIA Rail: Siemens remplacera la flotte du corridor Québec Windsor

Mis à jour le 12/12/2018 | La Presse Canadienne

VIA Rail a besoin de 32 nouveaux trains bidirectionnels pour maintenir sa capacité actuelle de 9100 sièges.