Huit idées budgétaires pour nos gouvernements

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Novembre 2016

Huit idées budgétaires pour nos gouvernements

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Novembre 2016

[Photo : 123RF/Asnida Marwani]

C'est le temps de l'année où nos gouvernements mènent des consultations en vue des budgets qu'ils nous présenteront l'hiver prochain. Voici quelques idées à l'intention de nos leaders politiques.


1. Le développement spectaculaire du commerce électronique (Amazon, Netflix, Google, Facebook, etc.) et de l'économie du partage (Uber, Airbnb, etc.) affaiblit l'assiette fiscale de nos gouvernements et leur fait perdre des centaines de millions de revenus de TPS et de TVQ. Non seulement ces multinationales étrangères évitent de payer leur dû grâce à des structures situées dans des paradis fiscaux, mais elles livrent une concurrence déloyale à nos commerçants. Autre effet pervers majeur, le fardeau fiscal duquel elles se soustraient retombe sur tous les contribuables, qui seront toujours moins nombreux pour payer les services publics. Le laisser-aller des gouvernements est tout simplement irresponsable.


2. Malgré le faible taux de change du dollar canadien (environ 0,75 $ US), nos manufacturiers en arrachent de plus en plus. Les mesures destinées à améliorer leur productivité et à les aider à exporter sont pertinentes, mais il faut aussi encourager davantage l'innovation et la R-D.


Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, le Canada est passé du 3e rang en 2006 au 7e rang en 2014 pour les dépenses de R-D faites dans les universités en proportion du PIB. Quant aux dépenses en R-D des entreprises, le Canada a chuté du 18e au 25e rang au cours de la même période. Selon l'Industrial Research Institute, l'effort de R-D du Canada représentait 1,8 % de son PIB en 2015, comparativement à 4 % en Corée du Sud, 3,9 % en Israël, 3,6 % en Finlande, 3,4 % en Suède et au Japon, 2,9 % en Suisse et en Allemagne, et 2,8 % en Autriche et aux États-Unis.


Il faut encourager davantage les partenariats publics-privés en R-D et prioriser les secteurs où nous avons une solide expertise, notamment l'aéronautique, les sciences de la vie, les technologies d'information et de la communication, les technologies environnementales et l'automatisation.


3. La philanthropie est fortement en déclin au Canada et elle l'est encore plus au Québec. Quelques chiffres alarmants : selon la dernière étude de Statistique Canada à ce sujet (réalisée en 2010), le don de bienfaisance moyen d'un Québécois était de 208 $, et celui d'un Canadien, de 446 $. Par ailleurs, d'après une étude de l'Institut Fraser, seulement 20 % des contribuables québécois ont déclaré au fisc un don en 2013 (735 $ en moyenne), par rapport à 22 % des Canadiens (don moyen de 1 574 $) et à 25 % des Américains (don moyen de 5 342 $).


Puisque l'État manque d'argent pour payer les programmes sociaux et que les organismes communautaires ont de plus en plus de difficulté à se financer, il est devenu essentiel d'accroître le crédit d'impôt sur les dons.


4. Étant donné que plusieurs médias écrits sont sur le mode de la survie en raison de l'effondrement de leurs ventes publicitaires au profit de géants Internet comme Google et Facebook - lesquels échappent au fisc canadien-, il serait opportun que nos gouvernements leur viennent en aide, notamment pour faciliter leur transition vers des versions numériques. Comme Radio-Canada, qui recevra 675 millions de dollars d'ici 2021 pour faciliter son virage, les médias écrits sont eux aussi à la fois d'importants producteurs d'information et des outils indispensables à la protection d'une démocratie en bonne santé.


5. Le gouvernement Couillard a réduit de façon radicale des services cruciaux pour des clientèles défavorisées, malades et en difficulté d'apprentissage. Ces services doivent être rétablis de façon prioritaire. Du fait que le gouvernement a déjà distribué les 2,2 milliards de dollars de surplus réalisés en 2015-2016, qu'il a éliminé la contribution santé (une valeur de 760 M$) et qu'il ne prévoit aucun excédent pour les années subséquentes, il doit résister à la tentation de baisser les impôts pour ne pas mettre en péril son plan de réduction de la dette brute.


6. En plus des efforts fournis pour accroître l'immigration, les gouvernements doivent redoubler d'énergie pour faciliter leur intégration, simplifier le processus de recrutement des travailleurs étrangers temporaires, et encourager la venue et la rétention d'étudiants étrangers.


7. Les aéroports situés près de la frontière américaine sont très désavantagés par les coûts énormes que leur fait supporter le gouvernement fédéral. L'État doit réduire le loyer qu'il leur réclame et même faciliter leur privatisation, comme c'est le cas en Europe et ailleurs.


8. Le fait que Montréal et Québec aient des obligations de nature nationale et qu'elles ne bénéficient que d'une source de revenus, la taxation foncière, les amène à taxer abusivement les entreprises, qui croulent sous le fardeau qui leur est imposé. Il importe de rééquilibrer cette fiscalité, ce qui ne peut se faire qu'avec la participation financière du gouvernement du Québec.

À propos de ce blogue

Tour à tour rédacteur en chef et éditeur du journal Les Affaires pendant quelque 25 ans, Jean-Paul Gagné en est l’éditeur émérite depuis 2007. En plus de publier un commentaire hebdomadaire dans le journal et de tenir un blogue dans LesAffaires.com, il participe à l’organisation d’événements et représente le journal dans les milieux d’affaires. Il est aussi appelé à commenter l’actualité dans d’autres médias et à prononcer des conférences. Jean-Paul Gagné a consacré sa vie professionnelle au journalisme économique. Avant son entrée aux journal Les Affaires, qu’il a contribué à relancer pour en faire la principale publication économique du Québec, il a passé une douzaine d’années au quotidien Le Soleil, où il était journaliste économique et cadre à la rédaction. Jean-Paul Gagné est diplômé en économie et en administration. Il a reçu de nombreuses marques de reconnaissance, dont les prix Hermès et Gloire de l’Escolle de l’Université Laval, le prix Carrière en journalisme économique de la Caisse de dépôt et placement et Merrill Lynch et le Prix du livre d’affaires remis par Coop HEC Montréal et PricewaterhouseCoopers. Il siège au conseil d’administration d’organismes sans but lucratif.

Jean-Paul Gagné

Sur le même sujet

Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier

06:59 | AFP

Le groupe pourrait néanmoins adopter le modèle «Amazon Go» lancé en 2016.

Le patron d'Amazon crée une nouvelle fondation pour l'éducation

13/09/2018 | AFP

Son don qui correspond à 1% de sa fortune reste bien inférieur aux efforts philanthropique d'autres multimilliardaires.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

19/09/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.