Qu'attend-on pour venir au chevet des médias écrits ?

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

Qu'attend-on pour venir au chevet des médias écrits ?

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

Plusieurs demandes d'aide ont été faites ces derniers mois par différentes personnes associées à l'industrie des médias écrits. Ce texte se veut objectif, mais il doit être lu en tenant compte du fait que ce journal fait partie de ce secteur d'activités.


Commençons par quelques chiffres.


> Le plus grand éditeur de quotidiens du Canada, Postmedia, qui possède notamment The Gazette, a affiché une perte nette de 229 M$ pour le semestre terminé le 29 février 2016. À cette date, son avoir propre accusait un déficit de 341 M$, ce qui veut dire que ce groupe est en faillite technique. Puisqu'il devra rembourser une dette de 312 M$ en août 2017, il est clair que Postmedia devra se restructurer. Son action s'échangeait récemment à 0,03 $ et sa valeur boursière était de 8 M$.


> Torstar, qui publie le Toronto Star, le journal ayant le plus important tirage du Canada, trois quotidiens régionaux et plus de 100 médias communautaires, a subi une perte de 54 M$ lors du trimestre terminé le 31 mars 2016. La valeur de son action en Bourse était récemment de 1,80 $, par rapport à 20 $ il y a 10 ans.


> Au Québec, Le Devoir a révélé avoir subi en 2015 une perte de 313 537 $ sur ses activités courantes, mais celle-ci a été compensée par une campagne de financement qui a généré des dons de 360 000 $ des amis du journal.


> La Presse ne publie pas de chiffres, mais il est clair qu'elle fonctionne à perte depuis plusieurs années. Depuis la vente de ses quotidiens régionaux à Groupe Capitales Médias, elle mise sur La Presse+ et sur la vente à l'étranger de cette technologie pour assurer sa survie.


> Transcontinental, propriétaire de Les Affaires, ne publie pas les résultats nets de son secteur médias, mais l'entreprise a déjà dit que la situation était difficile pour ses journaux communautaires, dont la moitié ont été repris de Québecor après que cette dernière eût déclenché une guerre de prix meurtrière.


> La publicité, qui représente de 80 à 90 % des revenus des médias écrits, ne cesse de chuter. Les recettes publicitaires des quotidiens canadiens, qui ont atteint 1,6 milliard de dollars en 2014, étaient en baisse de 61 % par rapport à celles de 2005, reflétant un recul de 28 à 14 % de leur part de marché de l'ensemble de la publicité au Canada au cours de cette période.


> Les journaux communautaires perdent aussi du terrain, leur part du volume publicitaire étant passée de 11 % en 2005 à 8 % en 2014 (revenus de 968 M$). La part des hebdos du Québec dans les revenus publicitaires canadiens des médias communautaires était de 18 % en 2014, et elle a sans doute encore baissé l'an dernier à la suite de la fermeture d'une dizaine de titres.


> La tendance est tout autre en ce qui concerne les ventes de publicité des médias numériques, qui sont passées de 562 M$ en 2005 à 3,8 G $ en 2014. Ainsi, leur part de marché dans l'ensemble de la publicité est passée de 6 % à 31 %. Ce sont surtout de grandes multinationales comme Google et Facebook - elles ne paient pour aucun contenu -, qui empochent ces revenus publicitaires.


L'enjeu du recyclage


En plus du marché publicitaire qui glisse vers les médias numériques, les médias écrits du Québec font face à une situation unique au Canada en contribuant financièrement à la collecte et au recyclage du papier journal au bénéfice des municipalités.


Selon RecycleMédias, qui regroupe les médias écrits du Québec, ceux-ci verseront cette année aux municipalités 4,6 M$, somme qui passerait à 5,4 M$ en 2017 et à 6,3 M$ en 2018. Ces sommes s'ajoutent aux dons d'espaces publicitaires de 3,6 M$ prévus pour chacune de ces années. S'additionnent à cela les frais exigés par Recyc-Québec et RecycleMédias, qui totaliseront cette année 633 000 $. Par tonne de papier, les compensations exigées de la part des médias écrits s'élèvent cette année à 107 $, en hausse de 60 % par rapport à 2014 (67 $).


RecycleMédias demande au gouvernement du Québec de renoncer aux compensations monétaires versées aux municipalités. Ailleurs au Canada, les municipalités ne sont pas compensées ou le sont en dons d'espaces publicitaires.


Par ailleurs, plusieurs suggestions ont émané d'un récent colloque organisé par la Fédération nationale des communications, qui a réuni des journalistes et des gestionnaires d'entreprises de presse. On a suggéré notamment d'augmenter les budgets publicitaires de l'État, d'octroyer des crédits d'impôt, de diminuer ou abolir les taxes de vente, et même d'imposer des taxes dédiées sur des produits concurrents, par exemple des tablettes électroniques. Le Québec imiterait ainsi de nombreux pays.


Il semble étrange a priori que des entreprises de presse, qui sont très jalouses de leur indépendance, en arrivent à solliciter l'aide de l'État. Si elles en sont là, c'est pour protéger ce qui reste des médias écrits, qui jouent un rôle essentiel dans l'information et l'éducation des citoyens, la dénonciation des abus de toutes sortes et la protection de la démocratie. Voilà un enjeu qui ne doit pas laisser indifférent tout gouvernement qui a la démocratie à coeur.


J'aime


L'examen de santé annuel pour les personnes en bonne santé n'est plus indiqué, selon les nouvelles pratiques recommandées par le corps médical québécois. Pour inciter les médecins à changer leurs pratiques, on a réduit le tarif de cet examen et augmenté celui des visites des personnes qui ont besoin d'un suivi et avec lesquelles les médecins passent plus de temps. Le Québec imite ainsi les autres provinces.


Je n'aime pas


Selon le rapport de Robert Salois, commissaire à la santé et au bien-être, dont le poste vient d'être aboli, la rémunération à l'acte des médecins a un impact sur le temps d'attente aux urgences au Québec (moyenne de neuf heures, le pire score en Occident). On y lit que «la prestation de services s'ajuste non pas aux besoins de la population, mais à ceux des prestataires de services». Les médecins sont en effet payés pour chaque patient qui consulte.

À propos de ce blogue

Tour à tour rédacteur en chef et éditeur du journal Les Affaires pendant quelque 25 ans, Jean-Paul Gagné en est l’éditeur émérite depuis 2007. En plus de publier un commentaire hebdomadaire dans le journal et de tenir un blogue dans LesAffaires.com, il participe à l’organisation d’événements et représente le journal dans les milieux d’affaires. Il est aussi appelé à commenter l’actualité dans d’autres médias et à prononcer des conférences. Jean-Paul Gagné a consacré sa vie professionnelle au journalisme économique. Avant son entrée aux journal Les Affaires, qu’il a contribué à relancer pour en faire la principale publication économique du Québec, il a passé une douzaine d’années au quotidien Le Soleil, où il était journaliste économique et cadre à la rédaction. Jean-Paul Gagné est diplômé en économie et en administration. Il a reçu de nombreuses marques de reconnaissance, dont les prix Hermès et Gloire de l’Escolle de l’Université Laval, le prix Carrière en journalisme économique de la Caisse de dépôt et placement et Merrill Lynch et le Prix du livre d’affaires remis par Coop HEC Montréal et PricewaterhouseCoopers. Il siège au conseil d’administration d’organismes sans but lucratif.

Jean-Paul Gagné

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

19/09/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.