Il pleut des investissements sur le parc hôtelier bas-laurentien

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:39

Il pleut des investissements sur le parc hôtelier bas-laurentien

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:39

Par Claudine Hébert

Nathalie Blouin, du Groupe Riôtel

S'il y a une industrie qui profite du virage de l'innovation entrepris dans la région du Bas-Saint-Laurent, c'est bien celui du monde hôtelier. La création de dizaines de centres de recherche contribue, entre autres, à l'augmentation des déplacements d'affaires dans la région. À titre d'exemple, le consortium BioMar-Innovation réunira une centaine de délégués à la fin du mois à Rimouski dans le cadre d'un colloque sur les oméga-3 de source marine.


Les trois principales villes, Rivière-du-Loup, Rimouski et Matane, reçoivent, à elles seules, près de 100 000 touristes d'affaires par année. Ce flux de voyageurs a permis à la région d'afficher, en 2009, un taux moyen d'occupation annuelle de près de 51 %, ce qui la classe au 5e rang au Québec.


Partir le bal


Cette affluence incite évidemment les hôteliers bas-laurentien à rénover leurs infrastructures à coup de millions. Gaston Gendreau, de l'Hôtel Rimouski, fait figure de pionnier. Il a d'abord investi 4 millions de dollars (M$) pour ajouter 45 suites à son établissement de 184 unités. Trois millions supplémentaires ont servi à revamper les autres chambres, le hall d'entrée et les salles de réunion. " Et un autre demi-million est prévu cet automne pour l'achat d'écrans plats et de couettes de lit ", indique l'homme d'affaires, motivé par la volonté de maintenir sa ville parmi les 10 destinations d'affaires les plus populaires du Québec.


Le Groupe Navigateur, de Rimouski, a complété l'an dernier une série d'investissements totalisant 12 M$ pour deux de ses quatre établissements hôteliers, Le Navigateur et L'Empress. L'addition de 29 suites et appartements et d'un restaurant Cage aux sports à l'Hôtel Le Navigateur en 2009 représente plus de la moitié de ces investissements. Ces aménagements ont valu à cet hôtel de 92 chambres d'obtenir 4 étoiles. " Désormais, plus de 80% de la clientèle est composée de touristes d'affaires, même au plus fort de l'été ", précise René Bélanger, copropriétaire du Groupe Navigateur.


À Rivière-du-Loup, le propriétaire de l'Hôtel Universel, Gilles Lortie, a injecté plus de 8 M$ sur cinq ans afin de rénover les 120 chambres existantes, en ajouter 50 autres et agrandir les espaces réservés aux congrès. Et ce n'est pas fini. " La construction de 40 chambres est prévue dès le printemps prochain, ce qui représente encore 3 M$ d'investissement ", souligne M. Lortie. Lui et deux autres actionnaires viennent également de se porter acquéreur de l'Hôtel Lévesque. En faillite depuis juin, cet établissement de 83 chambres devait fermer ses portes sous peu. Acheté au coût de 3,3 M$, le complexe subira une cure de rajeunissement complète de 3 M$, fait savoir M. Lortie.


Bien que la plupart de ces travaux de revitalisation se soient déroulés au moment où la planète entrait en profonde récession, ces hôteliers affichent un large sourire. Particulièrement à Matane, où le Groupe Riôtel vient d'injecter près de trois millions de dollars pour retaper les 72 chambres de son établissement. " Notre clientèle d'affaires, qui a grimpé de près de 15 %, est en voie de dépasser la clientèle touristique ", dit Nathalie Blouin, vice-présidente, ventes et marketing, au Groupe Riôtel.


Même certains motels ont emboîté le pas. Depuis que Geneviève Raîche a fait l'acquisition en 2006 du Motel Le Gaspésiana, à Sainte-Flavie, les 46 chambres subissent un continuel rafraîchissement. Les investissements de près d'un demi-million de dollars qui donnent une toute autre personnalité à l'établissement. " À un point tel que plusieurs clients, sceptiques à l'idée de payer plus de 100 $ pour une chambre de motel, insistent pour voir préalablement l'unité ", dit Mme Raîche qui parvient à maintenir un taux d'occupation de 50 %, même pendant l'hiver.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Un jeune entrepreneur souhaite encourager la relève à visiter l'Europe

Édition du 22 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

La brasserie La Chouape, de Saint-Félicien, et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) lancent un ...

Brault & Martineau: la fille du fondateur devient présidente

Marie-Berthe Des Groseillers prend le relais de son père au moment où le détaillant est au coeur d'une refonte majeure.

OPINION Rien à perdre, tout à apprendre
Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne
Gagner au change ?
Édition du 25 Novembre 2017 | Julie Cailliau
Une histoire de confiance sur trois générations
Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

25/09/2018 | lesaffaires.com

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

25/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.