La France «bombe à retardement»: The Economist suscite la polémique

Publié le 16/11/2012 à 14:00

La France «bombe à retardement»: The Economist suscite la polémique

Publié le 16/11/2012 à 14:00

Par AFP

En présentant la France comme une "bombe à retardement au coeur de l'Europe", l'hebdomadaire britannique du milieu des affaires The Economist s'est attiré les foudres du gouvernement français mais aussi, une fois n'est pas coutume, du patronat hexagonal.


Après avoir dénoncé un supposé "déni" français avant la présidentielle, puis critiqué le président François Hollande, un "homme plutôt dangereux", l'influent et libéral magazine jette un nouveau pavé dans la mare.


Le numéro spécial du 17 novembre est illustré en couverture par sept baguettes de pain entourées d'un ruban bleu-blanc-rouge, reliées à une mèche allumée et prêtes à exploser. "La France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne", prévient le journal, "la crise pourrait frapper dès l'an prochain".


The Economist est particulièrement virulent à l'encontre du gouvernement socialiste, accusé de manquer du courage nécessaire pour réformer le pays.


"L'outrance pour faire vendre du papier, je vous le dis, n'impressionne pas du tout la France", a balayé dès jeudi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.


Vendredi, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a comparé le très sérieux journal britannique au magazine satirique français Charlie Hebdo et à ses "caricatures". "C'est le Charlie Hebdo de la City", a-t-il lancé, en référence au quartier de la finance à Londres.


Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le meilleur véhicule pour s'enrichir à long terme

Mis à jour le 31/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Ce n’est pas parce que le marché boursier fracasse des records qu’il est nécessairement cher.

Les bienfaits d’un portefeuille nord-américain

BLOGUE. Pour réduire le risque et bonifier le rendement, une solution consiste à bâtir un portefeuille nord-américain.

Les gentils Américains

Les Américains sont en général affables, mais le système fiscal du pays de l'Oncle Sam est envahissant.