La France «bombe à retardement»: The Economist suscite la polémique

Publié le 16/11/2012 à 14:00

La France «bombe à retardement»: The Economist suscite la polémique

Publié le 16/11/2012 à 14:00

Par AFP

En présentant la France comme une "bombe à retardement au coeur de l'Europe", l'hebdomadaire britannique du milieu des affaires The Economist s'est attiré les foudres du gouvernement français mais aussi, une fois n'est pas coutume, du patronat hexagonal.


Après avoir dénoncé un supposé "déni" français avant la présidentielle, puis critiqué le président François Hollande, un "homme plutôt dangereux", l'influent et libéral magazine jette un nouveau pavé dans la mare.


Le numéro spécial du 17 novembre est illustré en couverture par sept baguettes de pain entourées d'un ruban bleu-blanc-rouge, reliées à une mèche allumée et prêtes à exploser. "La France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne", prévient le journal, "la crise pourrait frapper dès l'an prochain".


The Economist est particulièrement virulent à l'encontre du gouvernement socialiste, accusé de manquer du courage nécessaire pour réformer le pays.


"L'outrance pour faire vendre du papier, je vous le dis, n'impressionne pas du tout la France", a balayé dès jeudi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.


Vendredi, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a comparé le très sérieux journal britannique au magazine satirique français Charlie Hebdo et à ses "caricatures". "C'est le Charlie Hebdo de la City", a-t-il lancé, en référence au quartier de la finance à Londres.


Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Moody's maintient la cote de crédit du Québec

16:58

L'agence de notation maintient la cote du Québec, mais estime ambitieuses les cibles de croissance des dépenses.

Obama: nouvelles sanctions contre la Russie mais pas de «guerre froide»

16:42

Le président américain, Barack Obama, a annoncé mardi de nouvelles sanctions économiques ...

À quand la bulle du S&P 500? Pas avant 2035 points

À quand la bulle du S&P 500? Pas avant 2035 points