Barcelone: 13 morts, des dizaines de blessés dans un attentat

Publié le 17/08/2017 à 16:46

Barcelone: 13 morts, des dizaines de blessés dans un attentat

Publié le 17/08/2017 à 16:46

Par AFP

(Photo: Getty)

Treize personnes ont été tuées et plus de 50 blessées quand une camionnette a foncé dans la foule à Barcelone, la très touristique deuxième ville d'Espagne, et deux personnes en lien avec cette «attaque terroriste» ont été arrêtées.


«Nous pouvons confirmer qu'il y a 13 morts et plus de 50 blessés», a écrit sur Twitter Joaquin Forn, le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan. M. Forn avait auparavant évoqué un bilan «d'une morte et 32 blessés dont plusieurs graves».


Selon le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, une Belge figure parmi les personnes tuées.


L'attaque, qui n'avait pas été revendiquée dans la soirée, a visé les Ramblas, l'artère de Barcelone la plus prisée des touristes: une camionnette a foncé dans la foule en fin d'après-midi.


«J'ai vu quatre ou cinq personnes à terre et des gens essayaient de les réanimer. Il y avait beaucoup de sang», a raconté à l'AFP Lily Sution, une touriste néerlandaise.


Cette attaque a provoqué l'indignation en Espagne et dans le monde entier, du Palais royal espagnol au président américain Donald Trump.


Par son mode opératoire elle rappelle des attentats imputés ou revendiqués par le groupe Etat islamique à Nice, Berlin ou Londres.


La police régionale de Catalogne, dont Barcelone est la capitale, a annoncé quelques heures plus tard l'arrestation d'un homme lié à l'«attaque terroriste», ajoutant qu'il n'y avait «aucune personne retranchée dans un bar», contrairement à ce qu'avaient avancé plus tôt des sources policières.


Le suspect a été identifié comme Driss Oukabir, a indiqué à l'AFP un porte-parole du Syndicat unifié de policiers (SUP).


Un homme portant ce nom avait posté sur sa page Facebook, consultée par l'AFP avant qu'elle ne devienne inaccessible, des photos le montrant sur la plage, d'autres devant un miroir, et une image du drapeau berbère, peuple présent notamment au Maroc et en Algérie.


Le président de Catalogne Carles Puigdemont a ensuite annoncé une deuxième arrestation.


Un pistolet ou un taser


Un témoin interrogé par la télévision espagnole TVE a dit avoir vu un suspect au moment de l'attentat. «Il a une vingtaine d'années, il est très jeune, les cheveux foncés et un visage fin», a-t-il dit.


«J’ai vu un homme courir vers le bas de la Rambla, poursuivi par la police, et il a laissé tomber un objet en métal noir, ça avait l’air d’un pistolet ou d’un taser», a expliqué Sergio, un autre témoin, à l'AFP.


La zone de l'attentat a immédiatement été fermée par un cordon de sécurité. Des blessés ont été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaîne Corte Ingles, apparemment pour recevoir les premiers soins.


Les stations de métro et de chemin de fer ont été fermées, ont annoncé sur Twitter les services des urgences de la ville.


Toute l'Espagne est à Barcelone


Les réactions d'indignation ont très vite afflué.


Le Palais royal espagnol a assuré qu'«ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est à Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tout le monde», tandis que le chef du gouvernement Mariano Rajoy assurait que «les terroristes ne vaincront jamais un peuple uni qui aime la liberté face à la barbarie».


Le président américain Donald Trump a assuré sur Twitter que son pays ferait «tout ce qui est nécessaire pour aider».


Son homologue français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May ont exprimé la «solidarité» de leurs pays respectifs, tandis que le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a qualifié l'attaque de «révoltante».


«Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne», a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne sur Twitter.


Le président russe Vladimir Poutine a appelé à un combat global contre «les forces du terrorisme».


Le pape François a quant à lui fait part de sa «grande préoccupation». 


L'Espagne, troisième destination touristique au monde, a été pour l'heure épargnée par les attentats du groupe Etat islamique ayant touché d'autres capitales européennes, telles Londres, Paris, Bruxelles, Berlin.


Mais c'est à Madrid qu'avaient eu lieu les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe: le 11 mars 2004, des bombes avaient explosé dans des trains, faisant 191 morts.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Piétons heurtés à Toronto: la police a arrêté un suspect

Mis à jour le 23/04/2018 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

La police confirme l'arrestation d'une personne après que plusieurs personnes aient été heurtées par une camionnette.

Barcelone veut rester «la Mecque du tourisme espagnol»

23/08/2017 | AFP

Malgré les attentats, la capitale catalane espère toujours attirer les touristes, éléments clés de son économie.

OPINION Des start-ups à la rescousse des villes
22/06/2017 | Matthieu Charest
Nouvel attentat au coeur de Londres
04/06/2017 | AFP
Attentat aux abords du parlement londonien
Mis à jour le 22/03/2017 | LesAffaires.com et AFP

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.