Repousser l'épargne retraite, oui c'est possible!

Publié le 20/02/2017 à 08:49

Repousser l'épargne retraite, oui c'est possible!

Publié le 20/02/2017 à 08:49

Lorsqu'on se trouve financièrement coincé parce qu'on essaie en même temps de subvenir aux besoins d'une jeunes familles et de rembourser hypothèque énorme, il est facile de se laisser décourager. Il peut être difficile de simplement joindre les deux bouts. On peut se demander quand et comment on va bien pouvoir économiser un jour pour la retraite.


Pour de nombreux Canadiens, il est plus logique de se consacrer d'abord à payer son hypothèque et à élever ses enfants, et de remettre l'épargne-retraite à plus tard. « L'épargne-retraite est quelque chose qu'on peut repousser », fait remarquer Malcolm Hamilton, actuaire retraité et membre de l'Institut C.D. Howe. « On ne peut pas dire qu'on va avoir des enfants après soixante ans, c'est-à-dire quand on pourra se le permettre, dit M. Hamilton. Et ça n'a aucun sens d'élever ses enfants d'abord, puis, quand ils ont quitté le foyer, d'aller s'acheter une maison bien spacieuse. » 


La stratégie d'épargne tardive peut permettre de se constituer un bon pécule pour la retraite tout aussi efficacement qu'une stratégie d'épargne constante, pour autant que l'on profite pleinement de l'occasion d'économiser quand le moment est venu.


Pour bien des gens, la stratégie d'épargne tardive en revient à une question de bon sens, mais il faut ignorer tous ces sondages, publicités et conseils provenant de l'industrie des placements qui vous disent le contraire. « Le résultat, malheureusement c'est que les gens finissent par s'inquiéter pour rien à propos de leur avenir », dit M. Hamilton.


Se retrouver moins coincé


La bonne nouvelle est que si vous parvenez seulement à surnager pendant les années où vous êtes coincé financièrement, votre situation financière et votre capacité à économiser commencent généralement à s'améliorer assez vite. La taille de votre dette hypothécaire diminue progressivement, même si vous vous bornez à vos paiements réguliers. Par ailleurs, votre salaire augmente généralement au moins au rythme de l'inflation, mais vos augmentations de salaire peuvent être plus importantes avec une promotion ou la reconnaissance de votre ancienneté dans votre emploi. « Il y a une période de transition durant laquelle certaines factures disparaissent et c'est le moment de rattraper le temps perdu », dit M. Hamilton. 


Il est bien entendu que lorsqu'on a l'occasion d'épargner, il faut en profiter au maximum. « Je répète toujours ça aux clients, qu'ils se trouvent en ce moment dans une période de restrictions mais dès que cette période est passée, ils vont pouvoir mettre un peu d'argent de côté pour la retraite », dit Sheila Walkington, planificatrice financière et co-fondatrice de Money Coaches Canada. « Il est très facile de se laisser prendre par un léger excédent d'argent et de le dépenser. »


Le décoinçage


Quand vient le moment d'économiser, il faut déterminer quelle est la meilleure façon de le faire. L'un des débats classiques de finance personnelle consiste à savoir s'il est préférable de rembourser son hypothèque en premier et économiser ensuite, quand son hypothèque est remboursée en intégralité, ou juste effectuer ses versements réguliers et mettre la priorité sur l'épargne-retraite. Une troisième option -- le compromis canadien classique -- consiste à effectuer une grosse cotisation annuelle au REER, puis d'affecter le remboursement d'impôt au paiement de son hypothèque. 


Peu importe la manière d'économiser du moment qu'on économise, donc ce sont toutes de bonnes options. Celle qui fonctionnera le mieux sera celle qui incitera le plus à économiser. Mme Walkington préfère mettre la priorité sur l'épargne-retraite en se bornant à des remboursements d'hypothèques réguliers, puisque cela impose une discipline de paiements réguliers. Toutefois, comme le fait remarquer Mme Walkington, il faut s'assurer que l'amortissement de l'hypothèque permettra de la rembourser avant la date prévue du départ à la retraite.


Si vous ne supportez pas d'avoir des dettes, peut-être choisirez-vous de rembourser votre hypothèque rapidement et d'économiser pour la retraite plus tard, une fois que votre hypothèque sera remboursée en entier -- approche qui plaît à M. Hamilton. Comme il le dit toutefois, il faudrait s'assurer que l'on économise pour la retraite le montant qu'on avait coutume de verser à la banque pour son hypothèque, plutôt que de ne faire que rehausser son train de vie.


L'option de compromis qui consiste à effectuer une cotisation importante à son REER et d'affecter son remboursement d'impôt au remboursement de son hypothèque est intéressante pour les Canadiens qui aiment voir une progression constante en direction des deux objectifs. 


Quelle que soit la stratégie d'épargne tardive adoptée, il faut comprendre qu'on devra économiser plus chaque année dans une période plus courte que si l'on avait économisé constamment pendant ses années de vie active. Heureusement, si la capacité à économiser pour la retraite tend à augmenter progressivement, de nombreux Canadiens sont capables d'économiser des sommes mirobolantes plus tard dans leur vie active. « C'est impressionnant ce qu'on est capable d'économiser », dit M. Hamilton.


L'apogée de l'épargne tardive arrive souvent quand on atteint ses meilleures années de salaire, car on a remboursé toute son hypothèque et les enfants sont indépendants sur le plan financier. À ce stade-là, les couples canadiens de la classe moyenne devraient être en mesure d'économiser de 20 % à 25 % de leur revenu brut s'ils ne cotisent pas à un REER, ou de 30 % à 40 % lorsqu'ils le font quand leurs cotisations au REER comprennent le réinvestissement du remboursement d'impôt. (À noter qu'il faudra puiser dans ses droits de cotisation inutilisés si l'on décide de tout placer dans un REER). Ceux qui économisent énergiquement, qui se trouvent dans des tranches d'imposition élevées et économisent principalement dans un REER peuvent éventuellement économiser encore davantage.


Quelques chiffres


Voici une manière simplifiée de montrer comment une stratégie consistant à économiser plus tard peut permettre de se constituer un pécule de retraite tout aussi bien qu'une approche d'épargne régulière. La stratégie d'épargne régulière classique popularisée par David Chilton dans « Un barbier riche » consiste à économiser 10 % de son revenu tout au long de sa vie active. Pour se concentrer sur une seule approche dans la catégorie de l'épargne tardive, nous la comparons à une stratégie de remboursement de son hypothèque en premier, pour ensuite économiser pour la retraite en une période concentrée quelques années avant la retraite. Nous prenons l'exemple d'un couple du même âge dont le revenu augmente fortement et qui parviennent à un certain niveau d'aisance au milieu de leur vie. Le couple gagne : un revenu combiné de 70 000 $ à l'âge de 25 ans quand ils commencent à travailler, 125 000 $ à l'âge de 35 ans et un salaire optimal de 169 000 $ à l'âge de 50 ans, salaire qui se maintient jusqu'à la retraite à 65 ans. (Nous fournissons toutes les données en dollars réels, ce qui élimine l'impact de l'inflation et reflète ainsi le pouvoir d'achat actuel. Nous supposons aussi un rendement « réel » prudent de son épargne, à 3 %.) Dans ce cas, économiser un taux constant de 10 % de l'âge de 25 ans à l'âge de la retraite résultera en économies réelles de près d'un million $, ce qui est suffisant pour une retraite plus aisée que la moyenne. (Bien qu'1 million $ soit une belle somme d'argent à atteindre pour la retraite, il est évident que personne n'a besoin de tant d'argent. La plupart des Canadiens prennent une retraite confortable avec beaucoup moins.)


Dans la stratégie d'épargne tardive, nous supposons que le couple achète une maison à l'âge de 35 ans, préfère rembourser son hypothèque en premier, ce qu'il fait en 15 ans à l'âge de 50 ans et consacre les 15 années suivantes jusqu'à la retraite à se constituer un pécule. Dans ce cas, le couple peut atteindre le même pécule d'un million $ en économisant 32 % de son revenu au cours des dernières 15 années avant d'atteindre l'âge de 65 ans. Si le couple est parvenu à économiser à ce taux pendant seulement les 10 années précédant l'âge de 65 ans, il amassera tout de même un pécule bien rondelet de 630 000 $.


Voilà comment une stratégie d'épargne tardive peut fonctionner tout aussi bien qu'une approche d'épargne régulière pour se constituer un pécule de retraite, en se fondant sur des hypothèses raisonnables. La réalité n'est pas aussi claire et nette et aussi prévisible que les modèles de planification financière le suggèrent. Au fil des années d'accumulation, vous devrez modifier vos plans au fur et à mesure. Si la chance vous sourit, vous pourrez prendre votre retraite plus tôt, jouir de quelques articles de luxe pendant la retraite ou laisser un bon héritage à vos enfants. 


La stratégie d'épargne tardive fonctionne mieux si l'on est capable de traverser les années où l'on est coincé financièrement et de commencer à économiser assidument à un âge raisonnablement jeune. Ça aide aussi d'avoir un salaire élevé au cours de ses dernières années de vie active car le potentiel d'économiser est plus grand, et aussi parce que les cotisations à un REER entraîneront un plus grand remboursement d'impôt.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

À surveiller: Target, Alithya et TJX

Que faire avec les titres de Target, Alithya et The TJX Companies (Winners)?

Metro reprend les rachats d’actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Consommation responsable: larguer la viande rouge avant son auto

BLOGUE. 9e baromètre de la consommation responsable: montée des rénorécupérateurs, chute du boeuf, timidité des femmes.