Passeport PME : un tremplin vers l’international pour nos entreprises

Publié le 11/09/2017 à 09:30

M. Carl Viel et M. Michel Leblanc

Pour les entreprises québécoises voulant faire leurs premiers pas à l’international, Passeport PME est une voie toute désignée. Initiative de la communauté d’affaires soutenue par les gouvernements du Canada et du Québec, ce programme accompagne, pendant 18 mois, une vingtaine de PME à fort potentiel vers la conquête des marchés internationaux.


Vu la taille limitée du marché québécois, l’exportation est une étape naturelle dans la croissance de beaucoup d’entreprises. Mais vendre à l’étranger implique des efforts significatifs et une bonne planification, et soulève beaucoup de questions chez les entrepreneurs.


« De façon générale, nos PME tardent à s’internationaliser et elles ne voient pas toujours les risques qu’elles prennent en ne le faisant pas », explique Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). « Elles doivent regarder à l’international pour assurer leur croissance, trouver de nouveaux clients, diversifier leur marché et créer de la richesse », renchérit Carl Viel, président-directeur général de Québec International (QI), agence chargée de la promotion économique de la région de Québec à l’international.


C’est pour aider les PME à faire le saut vers l’international que la Chambre et Québec International se sont associés en 2012 pour mettre sur pied le programme Passeport PME, en collaboration avec plusieurs partenaires. La Banque Nationale, la Caisse de dépôt et placement du Québec, Développement économique Canada, Export Québec – une unité du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation – et le partenaire-conseil Raymond Chabot Grant Thornton y contribuent activement aujourd’hui.


Passeport PME est un programme d’accompagnement très complet qui a déjà fait ses preuves. Dans les trois cohortes précédentes, 68 PME ont atteint, voire dépassé leurs objectifs d’internationalisation. Les 23 PME qui participent à cette quatrième édition sont actives dans différents secteurs d’activité et sont établies partout au Québec : la Chambre appuie les PME situées dans le Grand Montréal et dans l’ouest du Québec (15 entreprises), alors que Québec International accompagne celles qui se trouvent dans la capitale nationale et dans l’est de la province (8 entreprises).


Passeport PME s’adresse à des entreprises de tous les horizons. « Elles sont de bons exemples de la diversité des entreprises qui regardent vers l’international, remarque Michel Leblanc. En entendant le mot “exportation”, on a tendance à penser en premier aux fabricants qui vendent leurs produits à l’étranger. Mais l’internationalisation est beaucoup plus large : elle concerne autant les entreprises de services que celles des secteurs comme l’agroalimentaire. La majorité des entrepreneurs devraient évaluer le potentiel des marchés étrangers. »


Sélectionnées par concours, les entreprises admises bénéficient d’un accompagnement personnalisé et reçoivent de nombreux services fournis par des experts en développement des marchés internationaux : diagnostics, conseils stratégiques, ateliers de formation, rencontres de maillage, missions commerciales à l’étranger. Cette gamme complète de services permet aux PME participantes de tirer parti de nouvelles occasions d’affaires, d’établir de précieux contacts et, ultimement, de conclure des partenariats fructueux.


Un programme d’accompagnement personnalisé pour conquérir les marchés étrangers


« Les entreprises apprécient particulièrement la flexibilité du programme, témoigne Carl Viel. Nous adaptons véritablement l’offre de services aux besoins particuliers et au stade de développement de chaque PME. »


Les services sont offerts directement par la Chambre et par Québec International, ainsi que par les partenaires du programme. La valeur des services et de la visibilité offerte totalise environ 25 000 $.


L’accompagnement stratégique commence dès le début du programme, quand les experts questionnent les entrepreneurs participants sur la maturité de leur projet international pour les aider à concevoir un plan d’action solide. « Certaines entreprises modifient leur projet en cours de programme, raconte Carl Viel. Une entreprise a pu entrer dans le programme en visant un pays, puis a réalisé, après analyse, qu’elle ferait mieux de concentrer ses efforts sur un autre. »


« En affinant leur stratégie, d’autres entreprises qui prévoyaient faire elles-mêmes des ventes à l’étranger se rendent compte qu’elles feraient mieux de trouver un distributeur ou un partenaire local », ajoute Michel Leblanc.


À terme, une augmentation de la performance de nos PME à l’international


Les entreprises qui ont fait partie des précédentes cohortes en ont retiré des bénéfices très concrets. Michel Leblanc cite, par exemple, l’entreprise Altitude Aerospace, qui a reçu le soutien de Passeport PME pour l’ouverture d’un bureau à Toulouse, en France, et l’organisateur d’événements musicaux Piknic Électronik, qui a pu exporter son concept à Barcelone, puis à Melbourne, Dubaï et Santiago.


« Les entreprises des deux premières éditions avaient annoncé ensemble presque 40 millions de dollars en ventes effectuées ou attendues à l’étranger à l’issue du programme, note Carl Viel. Mais les résultats ne se limitent pas à des chiffres d’exportation. La présence internationale de nos entreprises peut prendre des formes très diverses — comme l’ouverture d’un bureau à l’étranger ou un partenariat avec une entreprise locale. Le programme Passeport PME est assez souple pour aider chaque entreprise à atteindre les objectifs qui conviennent vraiment à sa réalité. »


 

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Le 4e trimestre s'annonce fort respectable, mais après un gain de 10% les banques doivent mériter leur évaluation.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.

«La Chine s'attaque au dollar sur les marchés pétroliers»

VIDÉO. La Chine pourrait ainsi s'imposer financièrement au niveau mondial...