Plonger sans projet précis et atterrir au bon endroit

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Plonger sans projet précis et atterrir au bon endroit

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Il y a encore un an et demi, Philippe Tremblay et Olivier Berthiaume travaillaient pour le même petit distributeur de médicaments génériques, le premier comme directeur marketing et le second en tant que directeur des ventes.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires


Désormais, ils sont la tête de La Halte 24-7, un espace de travail partagé ouvert 24 h sur 24 et sept jours sur sept qu’ils ont fondé au printemps 2014 à Montréal. « En jasant ensemble, on s’est dit qu’on voulait avoir notre projet à nous et prendre nos propres décisions », raconte Olivier Berthiaume, qui avait déjà démontré une fibre intrapreneuriale en créant notamment un blogue à l’attention des pharmaciens québécois. 


Le grand saut sans filet


En avril 2013, les deux hommes disent adieu à leurs confortables emplois pour se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise sans même avoir de plan d’affaires. « On avait quatre ou cinq projets en tête dont certains en lien avec l’industrie pharmaceutique, précise Olivier Berthiaume. Le projet de de coworking visait à nous entourer de professionnels que l’on aurait été amené à côtoyer au quotidien en développant une autre entreprise, mais il est rapidement devenu notre priorité. »


Pendant plusieurs mois, ils élaborent un plan d’affaires dans le sous-sol de l’un de leurs contacts. Puis, ils trouvent une bâtisse nécessitant quelques mois de travaux pour accueillir leur entreprise.


Des embûches à surmonter


En mars 2014, la Halte 24-7 ouvre ses portes avec un seul locataire. « Nous sommes arrivés sur le marché alors que le concept du coworking était peu connu, explique Olivier Berthiaume. L’intérêt était là mais les gens n’en comprenaient pas la philosophie. » Petits déjeuners-conférences à destination des entrepreneurs, 5 à 7, participation à des salons, présence active sur les réseaux sociaux : l’entreprise multiplie les moyens de se faire connaître à peu de frais.


Un travail payant puisque l’espace affiche aujourd’hui un taux d’occupation de 80%. Notaire, développeur web, gestionnaire de réseaux sociaux, avocat, hypnothérapeute ou encore nutritionniste… Environ 80 travailleurs autonomes ou créateurs de petites entreprises sont installés à la Halte 24-7.


Autre défi qu’ont dû relever les deux associés : trouver du financement. « On espérait beaucoup avoir des aides et des subventions mais on n’en a reçu aucune car notre projet était considéré comme de l’immobilier », précise Philippe Tremblay. Les deux partenaires d’affaires ne peuvent donc compter que sur des prêts bancaires et sur leurs propres deniers alors que certains locataires paient leurs loyers en retard ou quittent la Halte par manque de fonds. « Pour des gens comme nous habitués à recevoir une paye toutes les deux semaines, il fallait avoir les reins solides et ne pas avoir peur d’oser », met-il en avant.


« En cas de difficultés à faire financer son projet de création d’entreprises, il faut identifier les doutes suscités du côté des banquiers et travailler à leur démontrer que le niveau de risques est bas », indique Hugo Francoeur, directeur équipe Propulseur au SAJE. « Pour les convaincre, on peut leur présenter des lettres d’intentions de commande ou des preuves de préventes et mettre en avant les compétences déjà acquises transférables au projet.»


Malgré les difficultés, Olivier Berthiaume et Philippe Tremblay sont loin de regretter d’avoir sauté le pas. « Le bilan est positif, affirme le premier. Au delà de l’expérience professionnelle, c’est aussi une expérience de vie qui m’a permis d’apprendre sur moi et de dépasser mes limites ».


Un avis partagé par son associé. « Je vis moins de frustrations que si j’étais dans une entreprise où on ne reçoit pas les retours qu’on voudrait quand on propose une idée », indique Philippe Tremblay. À tel point qu’il n’a plus l’impression de travailler… « Chaque semaine apporte de nouvelles choses à penser et de nouvelles personnes à rencontrer. C’est hyper excitant! »


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.