Comment Champlain Charest a monté une collection de plus de 5 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Comment Champlain Charest a monté une collection de plus de 5 M$

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Champlain Charest.

Champlain Charest est une légende dans le monde du vin au Québec. Son restaurant, le réputé Bistro à Champlain, à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, abritait une cave à vin exceptionnelle, réputée partout dans le monde. La collection de quelque 30 000 bouteilles qu'elle contenait était évaluée à environ 6 millions de dollars. Rentable à terme, l'investissement dans le vin ?


À lire aussi :
La spéculation a propulsé les valeurs à la hausse
Pour la passion, mais aussi pour quelques bons coups


«Ce fut une belle façon pour moi de terminer ma carrière», nous confiait récemment Champlain Charest. Ayant dépassé les 80 ans, il voulait prendre sa retraite après une quarantaine d'années dans la restauration. De plus, la clientèle de son Bistro déclinait. Il a fermé ses portes en novembre 2014. «Il n'y avait pas d'acheteur. Ce n'est pas facile de vendre une telle collection de vins. Personne n'avait 5 ou 6 millions de dollars à débourser. C'est difficile la restauration aujourd'hui.»


Après d'infructueuses négociations une quinzaine d'années plus tôt avec la Société des alcools du Québec (SAQ), M. Charest s'est finalement entendu en 2012 avec la société d'État pour qu'elle lui achète près de la moitié de sa collection. «Je n'avais pas d'autre choix. La SAQ a le monopole sur le marché de l'alcool. C'était le moment de vendre, car le vin, ça ne dure pas éternellement.»


Les vins ont été revendus par la SAQ sur le marché québécois l'année suivante avec le sceau «Vin provenant de la réserve de Champlain Charest». Un lot de 5 000 bouteilles a aussi été acquis par Estérel Resort, qui a également racheté le nom du Bistro à Champlain, donné à un des restos à l'intérieur de ce complexe hôtelier près du lac Masson dans les Laurentides. «Finalement, ça a assez bien tourné pour moi parce que j'ai pu faire mon métier aussi longtemps que possible», raconte M. Charest. Il a conservé 3 000 bouteilles de sa précieuse cave.


Du Château d'Yquem à 3 $


Le restaurateur oenologue était d'abord un médecin radiologiste, né en 1931 sur une ferme de Sainte-Hélène-de-Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent. Sa passion pour le vin a débuté dans les années 1960, au contact de son confrère radiologiste et ami André Légaré, qui l'a initié. «Il connaissait les vins. Il avait séjourné à Paris. J'ai acheté mes premières bouteilles en 1964. On allait à la Régie des alcools et on demandait d'aller dans la cave, où on conservait les bouteilles invendues. C'est là que j'ai acheté mes premiers Château d'Yquem (le Sauternes le plus réputé) et des Romanée-Conti (illustre domaine de la région de Bourgogne). J'ai payé 3 $ et quelques à l'époque pour des bouteilles d'Yquem 1959, une grande année.» Une bouteille de Château d'Yquem 1959 se vend aujourd'hui de 2 000 à 3 000 $, selon le site wine-searcher.com.


D'année en année, il a progressivement monté sa collection. En 1974, lors de l'ouverture du premier restaurant (qui s'appelait le Va-nu-pieds) à l'instigation de son ami, le peintre Jean-Paul Riopelle, Champlain Charest avait déjà 1 000 bouteilles. Mais l'essentiel de sa collection s'est construit à partir du milieu des années 1980, lorsqu'il ouvrit le Bistro à Champlain. «J'achetais plus de vin que j'en vendais. Je connaissais les vignobles, les bonnes années. Mais la base, c'était d'acheter du vin que j'aimais, pour le plaisir. Mon but n'était pas d'accumuler du vin pour faire de l'argent, hormis pour faire fonctionner le restaurant. C'est que je voulais avoir de belles bouteilles que je pourrais conserver, boire dans les années suivantes, faire connaître aux clients, alors que la SAQ ne les aurait plus sur ses tablettes.»


Sa notoriété dépassait les frontières du Québec. Sa cave était si exceptionnelle qu'à compter de 1988, elle a obtenu chaque année le Grand Award de la réputée revue Wine Spectator, une première au Canada. «Pas si mal pour un petit resto québécois perdu dans un village des Laurentides», dit-il avec un sourire. Les propriétaires de grands domaines vinicoles venaient lui rendre visite. «Celui du Château d'Yquem est venu ici. Il m'a dit que j'étais son plus gros vendeur partout dans le monde. Je vendais ce sauternes au verre de deux onces avec du foie gras. Je passais 20 à 25 bouteilles d'Yquem par année.»


Pour le plaisir


Même si sa passion pour le vin lui permet aujourd'hui de jouir d'une retraite confortable, Champlain Charest ne recommande pas de faire de même. «Si j'étais jeune, j'achèterais du vin pour le plaisir, pas en vue de le revendre. Depuis 10, 15 ans, les prix des grands crus ont tellement augmenté. Un Lafite à 1 500 $, tu peux difficilement le vendre dans la restauration. Et si tu le revends, tu ne feras pas de grands bénéfices. Comme investisseur, je mettrais plutôt mon argent à la Bourse avant de le mettre dans une cave à vin.»



«Si j'étais jeune, j'achèterais du vin pour le plaisir, pas en vue de le revendre. Comme investisseur, je mettrais plutôt mon argent à la Bourse avant de le mettre dans une cave à vin.» - Champlain Charest, ancien restaurateur et propriétaire du Bistro à Champlain


À lire aussi :
La spéculation a propulsé les valeurs à la hausse
Pour la passion, mais aussi pour quelques bons coups


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

La métamorphose de Gaz Métro signée Sophie Brochu

Il y a 13 minutes | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Énergir adopte une gestion axée sur les clients et les employés.

Bourse: Wall Street aidée à l'ouverture par les banques et l'énergie

09:40 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les investisseurs se préparaient mardi à une réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

07:02 | LesAffaires.com et AFP

La Chine a «le couteau sous la gorge».