Des assurances VIP pour vos biens de luxe

Publié le 08/02/2016 à 09:25

Des assurances VIP pour vos biens de luxe

Publié le 08/02/2016 à 09:25

Du tableau de Riopelle à la bouteille de Pétrus, en passant par la collection de bijoux, de porcelaine ou de montres, les biens de luxe ont tous un point en commun: l’assurance. Mais comment la choisir ?


« Jusqu’à maintenant, j’ai assuré des oeuvres d’art, des caves à vin, des bijoux, des collections de souvenirs sportifs, de livres, de porcelaine, des oeufs Fabergé et même une table à café fabriquée en lingots d’or, d’une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars », lance Daniel Coyle, directeur régional pour le Québec de la division Garantie Or de La Garantie.


Si les tables en or sont plutôt rares, les résidences luxueuses, c’est-à-dire valant plus d’un million de dollars, sont plus nombreuses. C’est à partir de ce seuil que la division dirigée par Daniel Coyle commence à offrir des assurance dites VIP, et c’est à l’intérieur de celles-ci qu’une grande partie des biens de luxe sont assurés.


Table d’hôte ou à la carte ?


L’assurance des biens de luxe se présente généralement sous la forme « couverture » ou « spécifique », c’est-à-dire qu’elle couvre la résidence et un ensemble de biens, ou au contraire un seul bien. Par exemple, La Garantie offre deux formules d’assurance « couverture ». La formule globale offre une protection complète équivalant à 210 % de la valeur de la résidence. Elle protège cette dernière, mais aussi les biens qu’elle contient, les coûts de remplacement si l’on doit faire rebâtir, la location d’une demeure similaire pendant les travaux, etc. L’assuré ne souhaitant pas rebâtir, par exemple après un incendie ayant ravagé la demeure, peut choisir de plutôt recevoir le montant de l’assurance. L’autre formule est dite « à la carte ». L’assuré choisit alors séparément les éléments de l’assurance pour lesquels il souhaite payer.


« Mais dans certains cas, il est préférable d’assurer un bien de luxe à part, avec une assurance spécifique, surtout quand la valeur du bien est inférieure à la franchise de l’assurance habitation, pour être certain de se le voir rembourser en cas de vol ou de perte », explique Daniel Coyle. C’est notamment le cas d’items comme les bijoux, les tableaux ou les bouteilles de vin. Il faut savoir que la franchise d’une assurance habitation variera entre 1 000 $ et 1 000 000 $, en fonction du risque que souhaite assumer l’assuré. À l’inverse, il n’y a aucune franchise sur un item assuré spécifiquement.


La prime suit le risque


« Considérant les montants en jeu, les assurances peuvent avoir certaines exigences en ce qui concerne la sécurité ou faire varier les primes à la hausse ou à la baisse en fonction de l’usage fait des biens de luxe », prévient Julie Line Paquette, courtier en assurance de dommages et directrice VIP / projets spéciaux au cabinet Lussier Dale Parizeau.


La plupart des résidences luxueuses possèdent des systèmes d’alarme avec lien cellulaire. Mais les détecteurs d’eau, assortis d’un coupeur d’eau en cas de problème, ou encore les détecteurs de basse température (laquelle peut faire geler la tuyauterie) sont de plus en plus appréciés des assureurs. Les dégâts d’eau demeurent la cause de la majorité des réclamations auxquelles font face les assureurs. La Garantie lancera même dans les prochaines semaines un programme dans lequel ils paieront eux-mêmes l’installation d’une valve d’interruption d’eau chez certains assurés, une première dans l’univers de l’assurance VIP au Québec.


« Du côté des bijoux, par exemple, la prime sera moins élevée s’ils sont déposés dans un coffre à la banque, augmentera un peu s’ils sont conservés dans un coffre-fort à la maison et grimpera encore s’ils sont portés fréquemment, illustre Julie Line Paquette. La prime est en grande partie proportionnelle au risque. »


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.