Pourquoi cette PME envoie ses employés travailler... au chalet

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Pourquoi cette PME envoie ses employés travailler... au chalet

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Si le ­Mirechalet est considéré comme un espace de travail alternatif, les employés n’en ont pas moins l’occasion de s’amuser, dans un décor parfaitement enchanteur.

Le «Mirechalet». C'est ainsi que Mirego a baptisé son nouvel espace de travail. Un vrai chalet, situé dans les montagnes de Charlevoix. «On pense que ça va mener le travail collaboratif et la cohésion de nos équipes encore plus loin», dit Albert Dang-Vu, cofondateur et PDG de la PME spécialisée dans la conception d'applications mobiles et de stratégies numériques.


Bien que les employés disposent de postes de travail attitrés, les espaces partagés sont déjà très présents chez Mirego. Au siège social de Québec, les employés peuvent s'installer dans la grande cuisine baignée de lumière, autour du foyer dans le coin lounge ou encore dans une salle conçue pour travailler dans la tranquillité. Ils ont aussi la latitude de travailler de la maison ou d'un café.


«L'environnement de travail de l'avenir sera composé d'espaces différents, estime Albert Dang-Vu. Les gens doivent pouvoir travailler dans un endroit approprié au contexte. Notre Mirechalet est une expansion de ce principe.»


À lire, notre dossier sur la révolution des espaces de travail


Logique pour une entreprise dont la vision indique que «la mobilité réinventera la façon dont nous travaillons tous»!


À une heure de Québec et sans voisin immédiat, le chalet de 3 000 pi2 dispose de cinq chambres et peut accueillir de 15 à 20 personnes. Il a été bâti par Construction des Grands Jardins pour un montant que Mirego préfère garder confidentiel.


Un environnement inspirant


Ce n'est pas d'hier que l'entreprise de 100 employés sort du moule. Fondée il y a 10 ans, elle s'est dotée de valeurs qui donnent le ton et parmi lesquelles figurent «oser innover et surprendre», «prendre plaisir à s'adapter aux changements» et «s'amuser et ne pas prendre la vie trop au sérieux».


«On veut bâtir la meilleure équipe, le meilleur endroit où travailler, et un monde meilleur pour nos gens et pour nos clients, dit Albert Dang-Vu. Et le meilleur endroit pour travailler, ce n'est pas toujours le bureau.»


Ce sera assurément le chalet de Charlevoix, en pleine nature, avec vue sur les montagnes et sur le fleuve au loin. Un environnement inspirant qui favorise la création, l'idéation et la collaboration, selon lui. «Lorsqu'on change de cadre et de routine, on change aussi sa façon de penser.» Sans compter qu'être ensemble quelques jours permet de mieux se connaître.


Le travail collaboratif est déjà une réalité chez Mirego tant entre les employés qu'avec les clients, souligne le dirigeant. «Quand on accomplit un mandat, on devient une extension des équipes des clients.»


La PME compte plusieurs grandes entreprises parmi sa clientèle, dont Familiprix, Bell, IGA, Aldo, Red Bull, Pfizer, SSQ et Bombardier.


Dès le mois de mai, le chalet sera utilisé pour réaliser des blitz de travail en équipe, célébrer des succès et des lancements de projets, tenir des retraites stratégiques et des séances de remue-méninges avec des clients, donner des formations, etc.


«Dans l'environnement habituel, il y a toujours des interruptions et des urgences, dit Albert Dang-Vu. Au chalet, on pourra se concentrer sur un défi, un mandat, une problématique. Faire le focus, c'est souvent sous-estimé, mais c'est très efficace. Et je crois que le fait d'amener les clients au chalet, ça va permettre de pousser la réflexion stratégiqueplus loin.»


Le concept a des similitudes avec les lacs-à-l'épaule, ces réunions de planification stratégique dans un lieu retiré. Et justement, le jeune PDG pense que ce type d'activité ne devrait pas être réservé aux dirigeants. Surtout que cela peut favoriser la consolidation des équipes.


Mirego dans Griffintown


Par ailleurs, le bureau de Montréal, où travaillent 30 personnes et qui est situé à l'intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Prince-Arthur, déménagera en août dans le quartier Griffintown. Mirego a en effet acheté une copropriété commerciale de 10500 pi2 sur deux étages qu'elle aménagera de façon à refléter sa culture d'entreprise.


«Comme à Québec, il y aura une grande salle permettant la tenue d'événements et de formations. Il y aura aussi un foyer parce que c'est un élément essentiel de la culture Mirego. Et il sera encore plus beau que celui de Québec», promet Albert Dang-Vu.


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La difficulté en Bourse? savoir quand vendre!

BLOGUE INVITÉ. Facile de savoir quand acheter. Difficile de savoir quand vendre. Pourquoi?

Top 10 des PDG les mieux payés du Québec

23/06/2017 | Charles Desgroseilliers

La rémunération des dirigeants de Bombardier a bien fait jaser. Mais qui sont les autres PDG les mieux payés du Québec?

À la une

La face cachée des crédits d’impôt aux entreprises du multimédia

15:14 |

Ceux qui veulent faire du Québec et de Montréal des plaques tournantes du secteur numérique devraient faire ceci.

Subventions aux entreprises étrangères: un débat doit avoir lieu

Mis à jour le 21/06/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Tant mieux pour les entreprises étrangères subventionnées, mais pas au détriment des entreprises locales.

Les crédits d'impôt, les entreprises étrangères, la pénurie de main-d'oeuvre... et Ubisoft

22/06/2017 | Courrier des lecteurs

«Nous sommes la plus grande porte d’entrée de l’industrie techno-créative au Québec.»