Gaston Déry, l'homme qui a résolu l'équation développement durable + génie

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 14:30

Gaston Déry, l'homme qui a résolu l'équation développement durable + génie

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 14:30

Enfant, Gaston Déry écoutait longuement son grand-père parler d'écologie et de protection de l'environnement. " Depuis le début de ma carrière, j'ai toujours été très sensible à la protection de la planète. C'est ce qui a guidé toute ma vie ", souligne le vice-président Développement durable chez Roche, Groupe-conseil.


Sa définition de la notion de développement durable est simple. " Il faut faire du développement économique en minimisant notre empreinte écologique et en nous assurant que les gens sont heureux ", dit l'ingénieur forestier.


L'affaire de tous


Pas étonnant que Roche, qui a été la première firme de génie-conseil à se doter d'un secteur consacré au développement durable, ait fait appel à M. Déry pour intégrer ce concept à ses activités. Sa crédibilité dans le domaine est reconnue. Il s'est impliqué en faveur de plusieurs causes environnementales en plus de siéger à des comités de protection de la forêt québécoise.


Il a également été un de ceux qui a convaincu le Québec d'adopter les insecticides biologiques. Son projet de valorisation de l'Île-aux-Pommes (voir l'autre texte en page B21) a été récompensé par un Phénix de l'environnement en 2007.


L'ingénieur a aidé Roche à mettre au point des outils qui permettent aux ingénieurs de tenir compte des principes du développement durable en fonction de leur secteur d'activité. " Ces outils permettent d'incorporer les notions d'environnement, d'économie et de responsabilisé sociale dans son domaine d'activité. Le développement durable n'est pas quelque chose qu'on ajoute mais qu'on intègre à ce qu'on fait déjà ".


Trois questions essentielles


M. Déry constate que ces principes sont de plus en plus intégrés à la pratique quotidienne du génie. " Auparavant, ce n'était pas facile pour les ingénieurs d'inclure les notions de développement durable dans les projets, à cause du principe du plus bas soumissionnaire.



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Dans l'ombre de WSP, l'ingénieur-conseil Stantec reprend du mieux

POUR LE BULLETIN DE VENDREDI. Les analystes flairent une douce relance pour Stantec après la vente d'un boulet.

Une loi à moderniser

Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne

La profession d'ingénieur a bien changé depuis l'adoption de la Loi sur les ingénieurs, en 1964. L'heure est venue ...

OPINION À quand la fin de la tutelle pour l'OIQ ?
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne
Les jeunes talents, une denrée rare
Édition du 20 Octobre 2018 | Marie Lyan
Les firmes sont en ébullition grâce aux contrats à venir dans le secteur public
Édition du 22 Septembre 2018 | Marie Lyan

À la une

L’inaccessible maison?

Il y a 15 minutes | Daniel Germain

En 2019, les maisons seront inabordables à un niveau qu'on ne voit pas souvent.

Pas de plan pour l'internet haute vitesse en régions éloignées, selon le VG

Il y a 0 minutes | La Presse Canadienne

Fournir l'internet haute vitesse à 99 pour cent des Canadiens coûterait entre 1,1 et 1,7 milliard $.

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.