Des obstacles sur la route de la voiture autonome

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Des obstacles sur la route de la voiture autonome

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

[Photo: Shutterstock]

Affichage tête haute, vision de nuit, alerte anticollision... l'électronique permet aux voitures de freiner et de se garer sans l'intervention du conducteur au volant. Mettre tous les dispositifs électroniques bout à bout mènent à penser que le conducteur aura bientôt un rôle de figurant.


Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»


Il existe deux écoles de pensée quand vient le moment de parler de voiture autonome. D'un côté, ceux qui vont de l'avant, en complète rupture avec l'approche habituelle quant à l'automobile, comme Google, qui possède déjà des voitures sans conducteur pour cartographier les routes d'Amérique du Nord.


De l'autre, les constructeurs automobiles, qui préfèrent y aller étape par étape, en faisant progresser sans bouleversement les plus récentes technologies pour arriver d'ici 2020 à une voiture qui pourra se conduire toute seule.


Audi, Volvo, Nissan, Mercedes ont tous promis la commercialisation de voitures autonomes d'ici la fin de cette décennie, en précisant que quelles que soient les circonstances, ce sera toujours le conducteur qui aura le contrôle de la voiture et non l'inverse. Le but premier de la conception de ces véhicules en est un de sécurité. Volvo affirme même vouloir éliminer tout décès à bord d'un de ses véhicules d'ici 2020.


Chez les futurologues s'intéressant à l'automobile, on imagine déjà la carte autoroutière de demain. Les équipes de Volvo projettent de circuler en formation de trains routiers dans lesquels les voitures obéiront à un véhicule-pilote placé en tête de convoi.


Toyota a présenté l'AHDA, pour Automated Highway Driving Assist ou assistant de conduite automatisé sur voie rapide : une voiture autonome à vitesse d'autoroute doublée d'une interface qui oblige le conducteur à la vigilance. Ce dernier doit donc garder les mains sur le volant et les yeux sur la route, sinon le système autonome se désactive.


Changements d'habitude


En tenant pour acquis que la voiture autonome sera une réalité dans quelques années, il reste plusieurs obstacles à franchir avant de voir une présence significative sur la route. Comment la société va-t-elle légiférer. Comme le conducteur n'aura plus aucun rôle à jouer, sera-t-il encore nécessaire d'obtenir un permis de conduire ? Pourra-t-on laisser une personne non voyante dans un véhicule autonome ? Et qu'adviendra-t-il en cas de problèmes techniques ? Sera-t-il encore nécessaire de prendre une assurance si les accidents sont moins nombreux ? Comment les voitures autonomes vont-elles interagir avec les véhicules conventionnels ? Il ne faut pas oublier toute la question des éventuels problèmes informatiques. Une voiture qui échange des données comme un téléphone intelligent risque de rencontrer le même genre de problèmes. Mais le plus gros obstacle demeure sans doute l'acceptation de la population. Est-ce que les gens voudront laisser le contrôle à une machine ?


Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le Salon automobile de Detroit est commencé

14/01/2019 | AFP

La réaction des constructeurs aux tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis est également très attendue.

Transport électrique: le Québec bien placé pour en profiter

Édition du 16 Juin 2018 | Simon Lord

L'Ontario s'est toujours démarqué dans le secteur des voitures. Le transport électrique pourrait changer les choses.

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

19/01/2019 | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

19/01/2019 | François Pouliot

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.