Confier son transfert d'entreprise à une firme externe

Publié le 29/03/2016 à 13:30

Confier son transfert d'entreprise à une firme externe

Publié le 29/03/2016 à 13:30

Par Claudine Hébert

« Sans l’aide d’une firme externe, le transfert d’entreprise de Granit Moreau serait loin d’être complété à ce jour. »


C’est ce que soutient d’emblée Pierre Lachance, directeur du développement de Granit Moreau, à Saguenay. M. Lachance est devenu, il y a deux ans, un des quatre actionnaires de cette pme d’une quinzaine d’employés, spécialisée dans la fabrication de comptoir de granit et quartz pour cuisine et salle de bains, ainsi que de pierres tombales.


Cet ex-directeur de comptes commerciaux de la Banque Royale fait partie d’un transfert d’entreprise familiale mixte réalisé en 2014. Les nouveaux propriétaires sont formés de deux membres de la famille (Pierre Moreau et son fils Philippe qui détiennent 55% des parts), d’un employé (Sylvain Bouchard qui détient 20%) et d’un particulier provenant de l’extérieur de la boîte (Pierre Lachance qui détient 25%).


Pour la petite histoire, Granit Moreau a été fondé en 1953 par le patriarche de la famille Moreau, Jean-Marie. Dans les années 1980, ce sont les huit fils de l’entrepreneur qui ont assuré la direction de l’entreprise. Au fil des ans, la moitié d’entre eux se sont retirés. En 2011, trois des quatre derniers frères en poste ont fait savoir qu’ils songeaient tirer leur révérence. « Quelques scénarios ont commencé à faire surface, notamment la création d’une coopérative de travailleurs », rapporte M. Lachance, qui est aussi le gendre d’un des fils de Jean-Marie Moreau. L’option de trouver des repreneurs au sein même de la pme a toutefois été privilégiée.


Pour y voir plus clair et choisir les meilleurs candidats, les frères Moreau, dont Pierre Moreau qui voulait demeurer en partie propriétaire, ont fait appel à la firme comptable Mallette à la fin de l’année 2013. Cinq employés, incluant des fils et des neveux, désireux de prendre la relève, ont eu à passer un test psychométrique pour établir leur type de profil : gestionnaire ou opérateur. Du groupe, seul Sylvain Bouchard, un employé, sans lien familial, qui cumulait près de dix ans d’ancienneté, a démontré des aptitudes de gestionnaire. Comment ont réagi les quatre autres? « Ils ont quitté l’entreprise », indique M. Lachance.


« En embauchant une firme externe, les cédants ont fait preuve d’une grande maturité. Ils se sont dissociés des émotions et de la subjectivité qu’entraîne le processus du transfert d’entreprise, particulièrement dans un modèle de pme familiale », enchaîne Martin Simard, associé et directeur régional de la firme comptable Mallette, à Saguenay, mandaté pour assurer le transfert d’entreprise de Granit Moreau.


Les transferts d’entreprise familiales, poursuit Martin Simard, sont toujours très délicats. « Difficile pour un père d’admettre que son fils ou son neveu n’est pas apte à prendre les rênes , insiste-t-il. Le rôle d’une firme externe, spécialisée en transfert d’entreprise, permet de cibler les bons repreneurs qui vont propulser la pme à un niveau supérieur. » 


Remarquez, même après avoir identifié M. Bouchard comme actionnaire potentiel, la firme Mallette a continué de chercher une 4e personne pour s’occuper du volet administratif. C’est elle qui est allée proposer à Pierre Lachance -qui s’occupait du compte de Granit Moreau à la RBC, de considérer l’investissement et un changement de carrière. Intéressé, le financier a lui aussi passé le test psychométrique avant de devenir un des actionnaires.


Dans les six premiers mois, il y a eu quelques accrochages, concède M. Lachance. Deux des trois cédants (qui sont demeurés en poste jusqu’en décembre 2015), n’étaient pas nécessairement d’accord avec les nouvelles décisions de la nouvelle équipe de direction. L’un des changements majeurs a été de restructurer les horaires pour éliminer la centaine d’heures supplémentaires hebdomadaires que payait l’entreprise. La pme a également resserré son programme de CSST, ce qui a permis d’en réduire les coûts de moitié. « Le transfert a permis d’assainir la gestion de Granit Moreau. Notre chiffre d’affaires n’a pas évolué depuis deux ans. Il se situe toujours entre 1M$ et 3M$. En revanche notre bénéfice net, lui, a triplé depuis notre nouvelle gestion », souligne M. Lachance. Une fois la transaction bien digérée, la direction souhaite mettre un plan d’expansion.


Notez que les quatre nouveaux propriétaires de la pme ont signé une clause qui oblige tout actionnaire âgé de 60 ans à se départir de ses actions. Pierre Moreau, âgé de 55 ans, sera confronté à cette situation sous peu. Il pourra demeurer comme employé, mais ne pourra plus faire partie de la prise de décision. « C’est une formule que l’on voit dans plusieurs entreprises, précise Martin Simard. Il s’agit d’une convention d’actionnaires. Elle est souvent nécessaire lors d’un transfert d’entreprise pour s’assurer que le cédant ne s’éternise pas dans l’entreprise. Évidemment, cette convention, une prévention en cas de litige, peut évoluer avec l’entreprise. Rien n’empêche les actionnaires, d’un commun accord, de réviser cette clause avec les années. »

À suivre dans cette section

Un podium qui se consolide
Édition du 22 Septembre 2018 | Marie Lyan

image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un jeune entrepreneur souhaite encourager la relève à visiter l'Europe

Édition du 22 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

La brasserie La Chouape, de Saint-Félicien, et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) lancent un ...

Brault & Martineau: la fille du fondateur devient présidente

Marie-Berthe Des Groseillers prend le relais de son père au moment où le détaillant est au coeur d'une refonte majeure.

OPINION Rien à perdre, tout à apprendre
Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne
Gagner au change ?
Édition du 25 Novembre 2017 | Julie Cailliau
Une histoire de confiance sur trois générations
Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

À la une

À surveiller: Uni-Sélect, Osisko et Alibaba

Il y a 22 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Uni-Sélect, Osisko et Alibaba?

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour le 18/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

Et si je ne suis pas d'accord avec une décision de la direction?

Il y a 30 minutes | Isabelle Lord

BLOGUE INVITÉ. Le leadership durable peut aider à sortir de l'impasse.