Poursuivre coûte que coûte

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Poursuivre coûte que coûte

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Isabelle Huot, Kilo Solution.

LAURÉATE - Isabelle Huot aurait pu se contenter de faire carrière dans les communications. Mais la nutritionniste a préféré se mettre en danger et fonder son entreprise. Le pari était d'abord monétaire : elle a puisé dans son bas de laine pour créer sa première clinique minceur, en 2009. «Quand je me suis lancée, je n'avais ni soutien financier ni capital humain», dit la lauréate des Prix Femmes d'affaires du Québec dans la catégorie Nouvelle entrepreneure.


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


Aujourd'hui encore, elle n'a aucun emprunt bancaire. Elle travaille une cinquantaine d'heures par semaine, mais ne se verse aucun salaire. Tout est réinvesti dans son entreprise.


Mener de front une carrière de communicatrice et de femme d'affaires lui permet d'assurer son avenir. «Mon entreprise, c'est mon projet de retraite.» Son réseau, qui compte cinq cliniques dans la région de Montréal et à Québec, réunit une vingtaine de spécialistes. Une dizaine d'adresses devraient s'ajouter d'ici un an.


Isabelle Huot a aussi pris un risque en lançant sa gamme de repas prêts à manger sur Internet en 2013. Cela a permis à l'entreprise de franchir le cap du million de dollars de chiffre d'affaires.


Depuis février 2015, ses boîtes à lunch, collations et mets préparés minceur sont apparus dans plusieurs épiceries. La nutritionniste s'est ensuite associée au Centre de transformation agroalimentaire Tradition & qualité (CDA-TEQ), dirigé par le chef Jérôme Ferrer. Comme elle était sa première cliente, il lui a fallu s'ajuster.


«Au début, on envoyait nos plats dans des barquettes en plastique. Quand on les livrait à Rimouski, elles éclataient à cause de la glace. Je devais rembourser une commande sur deux !» Là où d'autres auraient baissé les bras, Isabelle Huot a osé poursuivre l'aventure. «On apprend de chaque erreur. Cela permet de se relever et d'aborder le problème d'une façon différente.»


Le plus grand risque qu'elle ait jamais pris


«Lancer une entreprise en fonction d'une idée, c'est prendre un risque important, car on ne sait jamais comment ça va évoluer.»


Ce qu'elle aimerait réaliser en affaires


«J'aimerais que la marque atteigne une notoriété supérieure à la mienne, en sortant de la province.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

PME appartenant à des femmes

Édition du 25 Août 2018 | Marie-Pier Frappier

Si l'on veut décrocher un contrat gouvernemental au Canada, mieux vaut ne pas être une femme. Seulement 10 % des PME ...

Les brèves de la semaine

Édition du 30 Juin 2018 | Marie-Pier Frappier

BMO Banque de Montréal s'engage à verser 3 milliards de dollars en capitaux aux entreprises détenues par des femmes ...

À la une

10 choses à savoir mercredi

Il y a 42 minutes | Alain McKenna

Le début de la fin pour la télé canadienne? Les assembleurs-sur-demande d'IKEA au Canada. Gare au plastique sans BPA!

Balado: Sommes-nous BIEN taxés au Québec?

BALADO. Nous en discutons avec notre invité: Luc Godbout, de l'Université Sherbrooke.

La musique vous rend-elle plus productif?

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.