Nathalie Sirois: le marketing est aussi en Gaspésie

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Nathalie Sirois: le marketing est aussi en Gaspésie

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Nathalie Sirois, directrice du développement, Audace Marketing

Développer une firme de marketing dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. C’est le pari qu’a fait Nathalie Sirois, associée chez Audace Marketing. Avec 8 salariés et près de 1M$ de CA, la firme accompagne les chefs d’entreprise dans leurs défis de gestion et de croissance en région.


Finaliste - Entrepreneure, petite entreprise - PRIX GOUVERNEMENT DU QUÉBEC


Le plus gros défi de votre carrière ?


Il y a 25 ans, les gens nous disaient que dans notre domaine, tout se passait à Montréal. Mais nous avions le rêve de construire une entreprise comme celle-ci en région. La rétention de la main d’œuvre ont été un enjeu, compte-tenu de la taille du bassin d’emploi. On ne peut pas non plus faire venir quelqu’un ici et lui dire qu’on ne lui garantit qu’un emploi de douze mois…


La réalisation dont vous êtes la plus fière ?


La pérennisation de l’entreprise car notre secteur a beaucoup évolué au cours des 25 dernières années. Nous avons débuté comme firme de design graphique, et nous avons ajouté le web dans les années 2000, puis il y a 10 ans, les réseaux sociaux… Tout cela constitue des bouleversements avec lesquels on a dû composer pour rebondir.


Comment percevez-vous votre rôle en tant que leader ?


Je pense que mon rôle est de montrer l’exemple, c’est pourquoi j’ai choisi de m’impliquer sur certains thèmes. Je me suis par exemple rasé les cheveux pour amasser des dons pour la lutte contre le cancer, ce qui représentait aussi un grand défi pour moi car les cheveux étaient un peu comme ma signature.


Que représente l’excellence au féminin pour vous ?


C’est d’abord une écoute et de l’empathie, car dans notre société, l’écoute n’est pas assez valorisée. C’est aussi faire rêver les gens et les emmener à se dépasser, dans l’atteinte de leurs objectifs. Nous avons tous de grandes qualités et aptitudes mais il faut être capables de les reconnaître, et d’utiliser ensuite ces qualités pour réaliser un travail collectif.


Le choix de vous installer en région apporte-il des défis supplémentaires ?


Nous travaillons principalement dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. Notre éthique professionnelle nous amène à ne pas avoir deux clients issus du même secteur d’activité, ce qui nous oblige à être très polyvalents. La motivation d’un entrepreneur doit toujours être d’aller plus loin et de se dépasser pour ouvrir de nouveaux marchés.


Comment se traduit votre propre leadership ?


On travaille depuis un an et demi à développer les aptitudes des équipes de travail pour qu’elles deviennent des entreprises libérées, où l’on aplanit les hiérarchies et où l’on travaille par objectif. Chaque employé n’est par exemple plus assigné à certaines tâches mais à l’atteinte de certains objectifs.


Comment avez-vous géré la conciliation vie de travail et vie de famille ?


C’est plus facile car mes enfants sont grands mais je dirai à toutes les femmes qui démarrent leur entreprise que la clé de voute est leur réseau, c’est-à-dire tous les gens qui vont pouvoir les aider à concilier les différentes facettes que sont la vie personnelle, la vie avec le conjoint, la vie avec la famille, la vie professionnelle et la vie sociale avec les amis. Il ne s’agit pas d’utiliser les cinq de façon égale mais de façon intelligente pour entretenir les secteurs qui en ont besoin.


Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Femmes Leaders : pensez réseau pour propulser votre carrière

BLOGUE. Vous pensez que ce sont vos compétences qui vont vous aider à propulser votre carrière. ...

Les Canadiennes les plus riches gagnent moins que les hommes

Les femmes ne représentent qu’un cinquième des Canadiens qui gagnent le plus d’argent au pays.

À la une

Les grand(e)s de la gouvernance

Édition du 09 Février 2019 | Simon Lord

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Ils sont influents. Ils sont diplômés des meilleures ...

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour à 15:09 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Commerce international: téléchargez notre livre blanc issu de la ­Grande consultation

Édition du 09 Février 2019 | Les Affaires

Le 6 novembre dernier, Les Affaires organisait la Grande consultation sur le Commerce international. Les discussions ...