Aéronautique et sciences de la vie restent parmi les principaux marchés en croissance

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Mai 2015

Aéronautique et sciences de la vie restent parmi les principaux marchés en croissance

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Mai 2015

[Photo: Shutterstock]

L'aéronautique, la défense, l'agroalimentaire, les sciences de la vie, les technologies propres et la construction écologique sont les principaux secteurs qui sont appelés à se développer en Nouvelle-Angleterre, selon les prévisions d'Exportation et développement Canada (EDC).


Cliquez ici pour consulter le dossier «Exporter en Nouvelle-Angleterre»


«Ces créneaux ne sont pas nécessairement nouveaux», reconnaît Julie Pottier, vice-présidente, région du Québec, d'EDC. Mais dans plusieurs secteurs, il existe déjà une forte concentration d'entreprises qui ont des besoins d'approvisionnement. C'est le cas de l'aéronautique et de la défense, par exemple.


Dans le seul secteur de la fabrication de produits aérospatiaux, la valeur des exportations du Québec vers la Nouvelle-Angleterre a crû de 86 % entre 2010 et 2014, pour atteindre 1,9 milliard de dollars.


Plusieurs grandes entreprises de ce domaine ont établi leur siège social dans la région de la Nouvelle-Angleterre, dont Raytheon, General Dynamics, BAE, GE Aircraft Engines, Goodrich Aerospace et Textron.


La marine américaine a quant à elle des bureaux d'approvisionnement au chantier naval de Portsmouth, au New Hampshire, et au Naval Underwater Systems Centre, au Rhode Island. Elle recherche des technologies de surveillance et de reconnaissance et, plus généralement, des produits dans le domaine des technologies de l'information.


La transformation au ralenti


Certains domaines d'activité pourraient au contraire ralentir, stagner ou reculer. C'est ce qui risque d'arriver dans le secteur secondaire, celui de la transformation, selon Thierry Weissenburger, consul et délégué commercial principal au Consulat général du Canada à Boston.


«Ce n'est pas très différent de ce qui se passe au Canada. Dans les années 1980-1990, le secteur manufacturier était assez fort. Depuis, il y a eu une délocalisation massive. On voit certes une certaine renaissance, mais le secondaire présente peu d'avenir», explique M. Weissenburger.


Les exportations du Québec en Nouvelle-Angleterre dans le domaine de la fabrication s'élevaient à 7,9 G$ en 2014.


Divers facteurs contribueront à doper ou à déprimer un marché : la demande, la capacité d'innovation des entreprises et la disponibilité de fonds de capital de risque, entre autres.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Exporter en Nouvelle-Angleterre»



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le ménage n'est pas terminé dans les dépenses de Bombardier

Mis à jour le 13/11/2018 | AFP et La Presse Canadienne

Bombardier continuera de produire les CRJ, mais devra encore réduire la taille de l'entreprise.

Frustration et inquiétude chez les employés de Bombardier

08/11/2018 | Martin Jolicoeur

«Ces annonces nous laissent dans le noir quant à la suite des choses», déplore le directeur général d'Unifor au Québec.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?