Quand les communautés aident à améliorer les projets

Publié le 19/05/2014 à 00:08

Quand les communautés aident à améliorer les projets

Publié le 19/05/2014 à 00:08

Depuis une dizaine d’années, l’acceptation sociale est au cœur des démarches d’exploration minière au Québec, car l’industrie souhaite déboulonner le mythe des compagnies qui débarquent quelque part et font tout ce qu’elles veulent sans en parler à personne.


« L’industrie minière a ses torts de ne pas avoir assez communiqué ses saines pratiques à l’ensemble de la société, admet Mario Bouchard, président et chef de la direction de Ressources minières Radisson. L’industrie se voit de manière très positive, mais elle aurait intérêt à le faire voir davantage aux gens. »


Louise Grondin, vice-présidente principale environnement et développement durable chez Mines Agnico Eagle, voit les géologues comme de véritables « ambassadeurs » des projets, car, premiers arrivés sur le terrain, ce sont eux qui expliquent aux personnes concernées ce que la compagnie veut faire, comment elle va le faire et quels en seront les impacts.


« Notre démarche peut se résumer en trois mots : planification, dialogue et respect. Et quand il s’agit d’exploration préliminaire, c’est le moment de consulter pour s’assurer d’atteindre l’acceptabilité sociale. »


« Il y a un exercice de communication très efficace qui doit être réalisé auprès des autres utilisateurs du territoire dès le jour 1 du projet, renchérit Martin Demers, directeur général exploration d’Hécla Québec (anciennement Mines Aurizon). S’ils comprennent bien ce qui va se passer, plusieurs deviennent naturellement des partenaires. »


C’est alors le moment de bonifier le projet grâce à l’apport des citoyens, souligne le directeur du développement durable de Royal Nickel (RNC), Pierre-Philippe Dupont. « Nos consultations publiques sur le projet Dumont ont été extrêmement bénéfiques : ils nous ont amené beaucoup d’intrants sur les infrastructures, les mesures d’atténuation et les éléments valorisés dans le milieu, dont l’esker de Launay, autour duquel nous avons décrété une zone tampon. Les consultations n’ont pas été une dépense, mais une plus-value qui nous a permis d’optimiser le projet sur le plan social, environnemental et même technique. »


« Notre but ultime est d’atteindre la cohabitation pacifique et harmonieuse », résume Mme Grondin, dont la compagnie développe un projet à 3 kilomètres du quartier Cadillac de Rouyn-Noranda. Une préoccupation partagée par RNC, dont le projet est situé en milieu rural.


« L’enjeu principal est d’harmoniser les activités d’exploration minière avec les autres usages du territoire, souligne M. Dupont. Par exemple, nous arrêtons l’ensemble des opérations d’exploration au cours de la première semaine de la chasse à l’original, et nous pouvons modifier nos travaux en fonctions de la présence de chasseurs sur certaines portions du territoire durant la deuxième semaine. »


Le partage des bonnes pratiques à l’honneur


« Le milieu des mines est très coopérateur, fait remarquer Louise Grondin. Les minières partagent facilement leurs bons et leurs moins bons coups. » La Prospectors & Developers Association of Canada (PDAC) a développé des guides recensant les meilleures pratiques en responsabilité sociale, en gestion de l’environnement et en santé et sécurité.


Dans le domaine de l’acceptabilité sociale, l’émulation a débuté à la suite du projet Canadian Malartic de Corporation minière Osisko. « Malgré tout ce qui a pu se dire, les gens Osisko ont lancé cette nouvelle façon de faire des relations avec la communauté, affirme Denis Bois, directeur de l’Unité de recherche et de service en technologie minérale à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Ça n’a pas toujours été facile, mais le projet a inspiré beaucoup de compagnies sur les approches à prendre. »


Plusieurs spécialistes du domaine ont effectivement mentionné les pratiques d’Osisko à Malartic comme étant une inspiration, mais également celles de Mines Aurizon dans le projet Joanna et de Mines Virginia dans le projet Éléonore (vendu depuis à Goldcorp).


« Au début du projet Dumont, nous avons consulté les gens d’Aurizon sur la question et aujourd’hui, ils reviennent nous voir pour savoir ce qu’on peut leur apprendre, raconte Pierre-Philippe Dupont. Une dizaine d’autres compagnies minières sont aussi venues s’asseoir avec nous. J’espère qu’ils vont pousser la barre encore plus loin et m’apprendre de nouveaux processus dans les prochaines années. »


Au-delà des bonnes relations avec leurs compétiteurs, les minières veulent gagner le respect des populations concernées par leur projet. « Nous voulons créer des liens pratiques avec les gens, et avoir une interaction et une validation de nos processus d’exploration, résume Martin Demers. Sans tenter de convaincre à tout prix, nous pensons qu’en prêchant par l’exemple, nous allons être considéré comme des bons citoyens nous aussi. »


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Énergie solaire : HPQ Silicon récolte 5,3 M$

22/08/2018 | François Normand

La société montréalaise d'exploration minière veut devenir un producteur vertical intégré de silicium.

Nemaska Lithium veut devenir un des plus gros producteurs au monde

BLOGUE. Avec le financement de 1,1 milliard de dollars qu’elle vient de clôturer, Nemaska Lithium a les moyens de ...

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour à 17:32 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!