Tafisa réutilise tous ses déchets (ou presque)

Publié le 27/10/2012 à 00:00, mis à jour le 25/10/2012 à 15:33

Tafisa réutilise tous ses déchets (ou presque)

Publié le 27/10/2012 à 00:00, mis à jour le 25/10/2012 à 15:33

Tafisa Canada, de Lac-Mégantic, récupère, réutilise, revalorise ou recycle de 95 à 99 % de l'ensemble de ses matières résiduelles. L'entreprise, qui assemble des panneaux de bois à partir de résidus des scieries ou des chantiers de construction, a fait de l'écologie industrielle sa mission.


«Notre modèle d'entreprise est fondé sur la réutilisation de produits qui n'avaient pas de valeur reconnue auparavant. Cela représente également un avantage économique certains, car l'enfouissement coûte très cher, notamment en frais de transport», explique Louis Brassard, pdg de Tafisa Canada.


Chaque résidu est revalorisé ou éliminé à la source. Ainsi, les panneaux qui ne peuvent être vendus, car ils n'ont pas les bonnes dimensions, sont donnés à un fabricant d'emballage, fournisseur de Tafisa. Les huiles, les solvants et les filtres employés pour l'entretien de l'usine sont récupérés et servent à d'autres entreprises. Les poussières issues du sablage des panneaux de bois servent à produire de 30 à 40 % de l'énergie consommée par l'usine. «Il ne nous reste plus que quelques rebuts domestiques de notre cafétéria sur le site. Mais ces résidus sont en quantité marginale», estime Louis Brassard.


L'excellence opérationnelle, selon le pdg, passe par une meilleure production qui permet une réduction du nombre de panneaux non conformes. Un bien... pour un mal : la quantité de panneaux non conformes a été divisée par cinq en quatre ans. Si bien qu'aujourd'hui «on n'a presque pas assez de panneaux pour nous fournir tous les emballages dont nous avons besoin», souligne Louis Brassard en souriant. A.G.

DANS LE MÊME DOSSIER

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

REER ou RVER : lequel choisir ?

08:11 | Dominique Lamy

Faut-il préférer le RVER, ce nouveau venu, au bon vieux REER?

Dix tendances en tourisme pour 2015

Édition du 31 Janvier 2015 | Martin Jolicoeur

S’il existe une industrie qui n’évolue pas en vase clos, c’est bien celle du tourisme. ...

Quand les créanciers menacent le libéralisme

ANALYSE. Les créanciers minent le libéralisme en Europe en imposant trop d'austérité aux gouvernements endettés.