Perturber l'industrie de la correction selon Harrii

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Perturber l'industrie de la correction selon Harrii

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Par Denis Lalonde

DÉFI START-UP 7 | La start-up Harrii a remporté le prix du public de la troisième édition du Défi Start-up 7 organisé par Les Affaires. Lors de ce défi, les entrepreneurs potentiels sont invités à démarrer leur start-up en sept jours avec un budget maximal de 700 dollars. À la fin de la semaine, les participants soumettent leur projet par vidéo, puis un jury composé de professionnels de l'entrepreneuriat sélectionne sept finalistes. Ces derniers étaient présents, le 5 avril à l'espace Montréal Cowork, pour faire une présentation de moins de trois minutes devant le jury et une centaine d'invités.


La start-up Harrii, dont le modèle d'affaires est de repenser la correction de fautes de grammaire et d'orthographe, est repartie du Défi Start-up 7 avec le prix du public.


« Harrii se veut une extension web qui permet de signaler des erreurs après la publication d'une nouvelle ou d'un texte », explique le fondateur de la société, Vivien Virgili. Ce dernier souhaite que son outil, un complément aux logiciels comme Antidote, devienne une technologie de rupture (disruptive) de la correction et de la révision sur le Web. « La prochaine étape pour la société est de bâtir un produit minimum viable pour montrer l'intérêt du public », dit le dirigeant de 32 ans, aussi responsable web et réseaux sociaux à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).


M. Virgili, qui se dit étonné par le nombre de fautes de français sur les sites web d'information francophones, désire cibler les médias « au sens large ». « Aujourd'hui, beaucoup de gens s'improvisent infopreneurs et créent leur propre canal de diffusion », dit-il.


Selon son modèle d'affaires, les sites d'information paieraient un montant forfaitaire d'une trentaine de dollars par mois pour installer Harrii sur leur portail. « S'il y a une coquille, les lecteurs vont devenir partie prenante de l'expérience en signalant gentiment les fautes. J'étudie aussi la possibilité de rétribuer les lecteurs qui signaleront des erreurs. »


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DÉFI START-UP 7 - 3e ÉDITION»

À suivre dans cette section


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

«Start-uppers»: l'angoisse derrière le rêve

22/05/2018 | The Conversation

Les start-uppers sont souvent présentés (et perçus) comme des figures de la puissance et du ...

Offrir le pouvoir de décision aux milléniaux

30/04/2018 | lesaffaires.com

Le «shadow comex», première étape de l’implication des milléniaux dans la gouvernance des entreprises.

À la une

Il pleut de l'argent sur les développeurs blockchain

Il y a 50 minutes | François Remy

BLOGUE. C'est la chasse aux talents dans la jungle des technologies décentralisées, avec la grosse artillerie salariale.

Joëlle Pineau: «les machines doivent prendre des décisions»

En direct de C2 Montréal, la directrice du labo Facebook en IA évoque ses travaux sur de nouvelles applications.

C2 Montréal: l'atelier où j'ai cocréé une course ultra en Haïti

BLOGUE. Comment j'ai appliqué le design thinking à l'humanitaire, aux côtés du comédien Patrick Hivon.