Fusions et acquisitions: faire naître un champion des cosmétiques au Canada


Édition du 19 Novembre 2016

Fusions et acquisitions: faire naître un champion des cosmétiques au Canada


Édition du 19 Novembre 2016

Par Les Affaires

Christian Dubé, premier vice-président de la Caisse

En février dernier, le rachat de Lise Watier Cosmétiques par son concurrent Groupe Marcelle a permis de rapatrier ce fleuron québécois.


Au-delà du symbole, cette acquisition rapprochant deux entreprises de taille équivalente visait à créer le plus grand joueur canadien du secteur des produits de beauté. Une taille accrue qui lui permet de réduire les coûts de production, de gagner en compétitivité dans une industrie où la concurrence est féroce et d’être plus présent sur les étalages des pharmacies.


En mettant la main sur Lise Watier Cosmétiques, Groupe Marcelle a complété son offre destinée à un marché de masse avec une marque synonyme de prestige. « Marcelle a évolué assez discrètement au cours des années alors que Lise Watier a davantage été sous le feu des projecteurs, explique Inès Gargouri, professeure au département de finance de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. Cela peut rendre les marques Marcelle et Annabelle plus visibles. »


David Cape président du Groupe Marcelle depuis 2003

Un partenaire de confiance


Le passage de Lise Watier Cosmétiques sous le giron du Groupe Marcelle est le fruit d’un processus s'étant étalé sur plusieurs années. En 2011, David Cape approche la Caisse de dépôt et placement du Québec car il sait qu’Imperial Capital, le fonds ontarien ayant racheté l’entreprise de produits de beauté en 2007, sera amenée à la revendre. « À l’époque, je ne pensais pas faire la transaction avec la Caisse mais, en travaillant avec eux, j’ai réalisé que c’était le meilleur partenaire que je pouvais trouver », se rappelle David Cape, qui préside le Groupe Marcelle depuis 2003. C’est il y a deux ans et demi qu’il décide d’approcher Imperial Capital.


Au final, la Caisse de dépôt et placement du Québec est devenue actionnaire minoritaire en contribuant à la transaction grâce à un investissement de 18 millions de dollars. « Fournir du capital et de l’expertise pour créer des champions capables d’innover et de performer au Canada et aux Etats-Unis s’inscrit exactement dans notre rôle », précise Christian Dubé, premier vice-président de la Caisse.


Malgré l’acquisition de la marque Annabelle en 1999, Groupe Marcelle avait peu d’expérience dans ce type de transactions. Il a trouvé dans la Caisse de dépôt et placement du Québec un partenaire financier mais aussi un mentor source de conseils. « Un processus d’acquisition n’est pas linéaire, expose David Petrie, directeur investissements. Dès les balbutiements de la transaction, nous nous sommes assurés que David Cape soit entouré d’une bonne équipe pour la mener à bien. » Ainsi, la Caisse a participé aussi bien au choix d’un conseiller financier qu’à la rédaction de la lettre d’entente et au suivi post-transactionnel.


Les deux organisations ont appris à se connaître en se rencontrant régulièrement mais aussi en collaborant plus étroitement ensemble. La Caisse a demandé à David Cape de siéger sur le conseil d’administration de l’une des entreprises dans laquelle elle a investi. « Cela nous a permis d’approfondir nos liens et de voir comment David Cape se positionnait en terme de gouvernance », dit David Petrie.


L’aval de Lise Watier


Même si Lise Watier était actionnaire minoritaire de l’entreprise qu’elle a fondée, sa bénédiction était essentielle. « C’est un signal fort pour les investisseurs comme pour les consommateurs car les produits Lise Watier sont fortement associés à cette entrepreneure. Sa marque reflète l’image d’une précurseure ayant réussi dans le monde masculin des affaires », met en avant Inès Gargouri.


Groupe Marcelle continue de maintenir des relations étroites avec Lise Watier. D’ailleurs, David Carpe siège sur le conseil d’administration de la fondation créée par la femme d’affaires. « Nous avons conservé et même renforcé l’entente qui existait entre Lise Watier Cosmétiques et la Fondation Lise Watier car nous devons l’aider », affirme-t-il, en faisant référence aux produits Lise Watier vendus au profit de la fondation.


Un ADN unique


Une fois l’acquisition achevée, il restait encore à la concrétiser les potentielles synergies en parvenant à faire travailler ensemble deux entités jusque-là concurrentes même si elles occupaient des créneaux différents. « Nous nous sommes assis ensemble, indique David Cape. Nous avons pris du temps pour communiquer aussi bien avec ceux chargés des ventes, que du marketing ou encore des achats pour comprendre comment ils avaient géré Lise Watier Cosmétiques pendant toutes ces années et cerner l’approche différente qu’ils ont développé aussi bien en conception qu’en conditionnement des produits. »


Pendant les trois mois précédant la transaction, Groupe Marcelle a planifié la phase post-acquisition. Des équipes d’intégration ont été mises en place à tous les niveaux de la compagnie pour unifier les processus autant au niveau des achats que de la comptabilité. « Tout ce qui est lié à une marque spécifique reste indépendant », souligne David Cape. Ainsi, les services de marketing travaillent séparément afin, notamment, de préserver l’état d’esprit propre à la marque Lise Watier. « L’idée est de rendre les équipes plus performantes et de continuer à proposer des produits imprégnés de l’ADN de Lise Watier », ajoute Inès Gargouri.


 


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Cinq clés pour gérer les changements d'une fusion-acquisition

BLOGUE. Quel que soit le secteur au sein duquel votre organisation évolue, une chose est sûre ujourd’hui, ...

Olymel gobe les actifs d'Aliments Triomphe

Le montant de la transaction n'a pas été précisé.

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour à 17:32 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!