«Je fais partie des femmes qui veulent tout avoir» - Pascale Pageau, présidente fondatrice de Delegatus

 

Pascale Pageau, présidente fondatrice de Delegatus [Photo : Gilles Delisle]

Dominique Froment

Pascale Pageau, présidente fondatrice de Delegatus [Photo : Gilles Delisle]

Enfants, conjoint, carrière, argent ; Pascale Pageau veut tout. Sauf qu'avec quatre enfants, une carrière dans un grand cabinet d'avocats, ça ne va pas. Elle a donc fondé son propre cabinet, Delegatus, conçu sur mesure pour les femmes qui veulent tout, comme elle.


Mme Pageau a travaillé pendant huit ans pour deux grands cabinets d'avocats de Montréal. Gros clients, gros salaire, prestige ! Mais la rigidité des grands cabinets ne lui convenait pas.


«Les pressions pour facturer sont très fortes, explique la jeune femme de 37 ans. Ce n'est pas nécessairement ce qu'il y a de mieux pour le service à la clientèle. Et les tarifs peuvent atteindre 800 $ l'heure ; on n'est pas à New York !» lance la présidente du comité des avocates dans la profession de l'Association du Barreau canadien.


Son congé de maternité lui fournit l'occasion de réfléchir à sa situation. Elle veut de «beaux» clients, comme dans les grands cabinets, mais elle veut aussi pouvoir concilier travail et famille. C'est dans cette perspective qu'elle fonde Delegatus en 2005 et commence à travailler à la maison.


Deux ans plus tard, Delegatus regroupe quatre avocates ayant chacune leur bureau à domicile. Avec une structure de coût aussi faible, Delegatus pouvait demander des honoraires de 50 à 60 % inférieurs à ceux des grands cabinets. Dans les grands cabinets, l'avocat garde de 25 à 30 % des honoraires payés par les clients et remet le reste au cabinet. Chez Delegatus, l'avocat garde pour lui de 60 à 85 % du montant facturé à ses clients.


Besoin de se regrouper


Après deux ans, le besoin de se regrouper et d'avoir une secrétaire permanente exige que Delegatus se trouve un local. Ses honoraires augmentent légèrement, mais pas question de faire payer le bling-bling aux clients. Ses bureaux actuels de la rue McGill, dans le Vieux- Montréal, n'ont en effet rien du luxe des grands cabinets ; les bureaux des avocats sont à aires ouvertes !


En 2009, Mme Pageau, jusqu'alors unique actionnaire, s'est adjoint un actionnaire minoritaire à hauteur de 40 % en la personne de Paul St-Pierre Plamondon, président fondateur de Génération d'idées. Une décision heureuse qui a donné une impulsion au cabinet : de six avocats, le cabinet est passé depuis à 23, dont 60 % d'avocates, en plus de cinq employés administratifs. En trois ans, le chiffre d'affaires de Delegatus a été multiplié par trois.


Chez Delegatus, il n'y a pas de pression pour facturer, sinon un minimum très raisonnable de 900 heures par année. «J'ai des avocates qui prennent congé l'été pour être avec leurs enfants», raconte Mme Pageau, dont le conjoint, Jean-Sébastien Desroches, est avocat dans un grand cabinet, Lavery !


Les avocats de Delegatus lui sont tous exclusifs ; ils bénéficient des avantages fiscaux des travailleurs autonomes. Ils exigent des honoraires de 175 à 375 $, établis conjointement par chaque avocat et la direction du cabinet. (Quand Mme Pageau a quitté BCF en 2005, elle demandait des honoraires de 375 $. ) Les avocats de Delegatus ont en moyenne 17 ans d'expérience.


Les services


Les forces de Delegatus se trouvent dans le domaine transactionnel (fusions, acquisitions), le litige commercial et l'immobilier. Delegatus fait aussi du remplacement de congé de maternité, notamment chez RBC, Jean Coutu, Sanofi et Rolls Royce.


Il arrive aussi que le service juridique de grandes sociétés comme Lassonde, Imperial Tobacco ou Pages Jaunes soit débordé ; Delegatus peut leur fournir un avocat deux ou trois jours par semaine.


Parfois, un projet spécial requiert une expertise additionnelle. «J'ai trois avocats actuellement chez Desjardins pour un projet immobilier», précise la présidente du congrès 2013 du Barreau du Québec.


Dans deux ans, la jeune avocate prévoit qu'elle aura doublé son chiffre d'affaires avec 30 à 35 avocats. En prévision de cette croissance, Delegatus vient de signer un bail pour tout le 5e étage de l'immeuble dont elle occupe déjà le 4e étage (420 m2). Et dans cinq ans, le cabinet aura sans doute un bureau à Québec ou à Toronto. Voire aux deux endroits !


Mon petit plaisir


«Aller magasiner à Paris un week-end avec des copines.»

Aucun commentaire sur cet article

Articles les plus lus