Les marchés : troisième journée de correction

Publié le 04/09/2008 à 00:00

Les marchés : troisième journée de correction

Publié le 04/09/2008 à 00:00

Les indices boursiers continuent leur grand plongeon. Le S&P/TSX perd 2,38% à 12 825 points, le S&P500 chute de 3,0% à 1 236 points et le Nasdaq touche 2 259 points, en baisse de 3,20%.



Sur le TSX, ce sont les titres industriels qui ont été les plus malmenés. Ils perdent 3,7%. Bombardier a été particulièrement chahuté et glisse de 5,7%.



«Les marchés sont rattrapés par la réalité», affirme Carlos Leitao, stratège et économiste en chef à la Banque Laurentienne. «Les investisseurs anticipent un ralentissement de la croissance mondiale et ont exprimé leurs inquiétudes par rapport aux chiffres d’emploi aux États-Unis».



De plus, les investisseurs nord-américains ont été refroidis par l’analyse du gestionnaire de portefeuille de Pimco, Bill Gross, qui prédit un «tsunami financier» si la Réserve fédérale n’injecte par de fonds pour soutenir les cours.



Sur les marchés de matières premières, le pétrole est en léger recul à 107,90 dollars américains le baril et l’or baisse aussi à 800,40 dollars américains l’once.



Le dollar canadien a aussi un recul important. Il perdait 71 cents et se transigeait à 93,50 cents américains.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Jeudi 06 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations Ă  court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: