Rogers perdra son PDG en janvier prochain

Publié le 15/02/2013 à 06:14, mis à jour le 15/02/2013 à 06:17

Rogers perdra son PDG en janvier prochain

Publié le 15/02/2013 à 06:14, mis à jour le 15/02/2013 à 06:17

Par La Presse Canadienne

Nadir Mohamed, PDG de Rogers, prendra sa retraite au début de 2014. Photo: Bloomberg

Le président et chef de la direction de Rogers Communications, Nadir Mohamed, prendra sa retraite en janvier prochain.


L'entreprise de télécommunications en a fait l'annonce tard jeudi soir par voie de communiqué.


M. Mohamed a débuté sa carrière dans le domaine des communications il y a plus de 30 ans et il s'est joint à Rogers en août 2000. Il a été président et chef de la direction de Rogers sans-fil de 2001 à 2005 et a été nommé président et chef de l'exploitation du Groupe Communications de Rogers en 2005.


Nadir Mohamed a ensuite été nommé président et chef de la direction en mars 2009, succédant ainsi à feu Ted Rogers, fondateur de la société canadienne.


Le conseil d'administration de Rogers mettra sur pied un comité de recherche et sélectionnera une firme qui aura pour mandat de commencer à rechercher à l'échelle internationale un successeur à M. Mohamed.


Au cours de sa carrière chez Rogers, la Société est devenue le plus important fournisseur de services sans-fil au Canada.

À suivre dans cette section

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Bourse: la vente possible de Mobilicity soulève les télécoms

Mis à jour le 22/06/2015 | Dominique Beauchamp

Telus et Rogers Communications auraient déposé des offres de plus de 300M$ chacune.

Rogers heurtée par le CRTC au premier trimestre

Son bénéfice net a reculé de 17% au premier trimestre et est sous la cible des analystes.

À la une

Pétrole d'Anticosti: l'incompréhensible position du gouvernement

09/02/2016 | François Pouliot

BLOGUE. Disons-le, puisqu'il s'agit d'Anticosti: une approche avec moins de panache aurait diminué le risque financier.

Rona: c'est Ottawa qui tranchera, concède Anglade

09/02/2016 | AFP

C'est ultimement Ottawa qui décidera si les garanties fournies par Lowe's pour acquérir Rona sont suffisantes.

Voici la preuve que les employés ont moins de pouvoir qu'avant

09/02/2016 | Julien Abadie

La menace de démissionner n'est clairement plus un levier de négociation efficace...