Contrat à la Chine: Bombardier en colère

Publié le 15/05/2017 à 17:16

Contrat à la Chine: Bombardier en colère

Publié le 15/05/2017 à 17:16

Par Martin Jolicoeur

En colère, Bombardier n’arrive pas à s'expliquer comment l’Agence métropolitaine de transport (AMT) puisse prendre le risque d’octroyer le mandat de fabrication de ses nouvelles voitures de train à sa concurrente chinoise, CRRC.


«Malgré son importance, il faut savoir que China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC) n’a encore jamais livré de véhicule en Amérique du Nord et n’a encore jamais homologué le moindre véhicule auprès de Transport Canada», affirme Marc-André Lefebvre, porte-parole de Bombardier.


L’AMT a confirmé à Les Affaires ce matin, avoir octroyé le mandat de fabrication et d’assemblage de 24 nouvelles voitures à deux étages à la société chinoise CRRC. En présentant une facture de 69M$ pour les 24 voitures, CRRC a remporté le mandat auquel s’intéressait également Bombardier.


Or, sans homologation de Transport Canada, Bombardier se questionne sur la façon dont l’AMT a pu juger de la qualification de CRRC pour réaliser son contrat. «Le choix de l’AMT se base-t-il seulement sur une page blanche, sur des promesses?», s’interroge M. Lefebvre.


Pour obtenir de telles homologations, une entreprise doit normalement compter un minimum de 24 mois. «D’expérience, nous savons fermement qu’il est impossible pour un fournisseur si peu expérimenté avec la règlementation de sécurité locale de respecter les engagements de livraison en moins de 36 mois.»


La sélection d’un «fournisseur à bas coût» comporte des risques important dont on ne semble pas tenir compte, soutient M. Lefebvre. La faible exigence de contenu canadien (15%) qui a permis à CRRC de répondre à l’offre de l’AMT soulève aussi des questions chez Bombardier.


«Bombardier a présenté une offre qui se fondait sur le plus faible coût (…), un contenu canadien de plus de 67%, la continuité d’une ligne de production aguerrie et une expérience de qualité et de service longuement éprouvée de son véhicule».


Dans ces conditions, insiste M. Lefebvre, «nous questionnons la gouvernance de cette décision». Bombardier ne va pas jusqu’à dire qu’elle s’adressera aux tribunaux pour empêcher l’attribution de ce contrat à CRRC. Mais oui, «nous étudierons tous les recours qui peuvent s’offrir à nous» a déclaré son porte-parole.


À la Bourse de Toronto, le titre de Bombardier a terminé la séance d'aujourd'hui à 2,14$, en légère hausse de 0,02$ ou de 0,94%. Depuis le début de 2017, le titre a reculé de 0,04$ ou 1,85%.


(Re) Lire : Bombardier échappe le contrat de Bombardier aux Chinois


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Les brèves de la semaine

Édition du 12 Mai 2018 | Les Affaires

Après l'annonce d'un résultat net de 44 millions de dollars américains au premier trimestre, soit un bond de 633 % ...

À surveiller: BCE, SNC-Lavalin et Bombardier

04/05/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de BCE, SNC-Lavalin et Bombardier? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer ...

À la une

Où se trouvent les plus grands employeurs du Québec?

Édition du 19 Mai 2018 | Julien Abadie

LES 500 | Nous avons créé cette carte interactive des sièges des plus grandes entreprises québécoises.

Le classement des 500 plus grandes entreprises du Québec

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Le classement des plus importantes entreprises québécoises en 2018.

Les 500 en quelques chiffres

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Nous avons trituré les données pour dresser le portrait des 500 plus grandes entreprises du Québec. Voici leur visage.