Trains de banlieue: Bombardier échappe le contrat de l'AMT aux Chinois

Publié le 15/05/2017 à 14:55

Trains de banlieue: Bombardier échappe le contrat de l'AMT aux Chinois

Publié le 15/05/2017 à 14:55

Par Martin Jolicoeur

Photo: AMT

Nouvelle tuile pour Bombardier. Les Affaires a appris que l’Agence métropolitaine de transport (AMT), responsable du réseau de train de banlieue dans la région de Montréal, a octroyé à la société chinoise CRRC, le mandat de fabrication de 24 nouvelles voitures que convoitait aussi Bombardier.


La préférence de l’AMT pour la China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC), a été officialisé par signature jeudi, 11 mai dernier, soit le même jour où Bombardier tenait à Dorval son assemblée annuelle des actionnaires. Bombardier était l’un des deux seuls soumissionnaires à avoir répondu à cet appel d’offres de l’AMT, mais n’a pas réussi à remporter la mise.


La chinoise CRRC a été le plus basse soumissionnaire, confirme la porte-parole de l’agence, Fanie St-Pierre. Elle s’est engagée à fabriquer l’ensemble des 24 voitures à deux niveaux commandées pour la somme de 69 M$. Le montant de cette facture est bien inférieur aux 103M$ que l’AMT avait prévus pour son projet dans son dernier programme d’immobilisation.


«Nous sommes très heureux du résultat obtenu, a commenté Mme St-Pierre. Dans un tel contexte, même si nul ne connaît l’avenir, il est permis d’espérer que nous arriverons à terminer ce projet d’acquisition de nouvelles voitures sans dépassement de coûts. »


Les voitures commandées sont destinées aux lignes de train de banlieue de Candiac, de Vaudreuil-Dorion et de Saint-Jérôme. Du nombre, certaines seront conçues pour accueillir les usagers présentant une mobilité réduite. La livraison des premières voitures doit débuter, au plus tard, 24 mois après la signature du contrat, soit au printemps 2019.


Jointe au siège de St-Bruno-de-Montarville, la direction locale de Bombardier Transport n’a pas souhaité commenter, soutenant que le contrat n'avait pas encore été octroyé. «Les parties ont été informées, mais le contrat n'a pas encore été signé officiellement, soutient le porte-parole de Bombardier, Marc-André Lefebvre. «Tout ce que je peux vous dire, a-t-il dit, est que nous avons présenté à l'AMT une proposition plus que compétitive, en prenant en compte le coût sur la vie entière des véhicules.» Voir réaction ultérieure: Contrat à la Chine: Bombardier en colère


C’est en décembre 2015 que l’AMT a publié son premier appel d’offre international pour ces voitures à deux niveaux. À l’échéance, en mars 2016, l’AMT n’avait reçu qu’une seule proposition, celle de Bombardier, jugée non conforme. La proposition de Bombardier ne respectait apparemment ni les spécifications techniques, ni le calendrier de livraison.


En mai 2016, l’AMT décide d’annuler le processus et après consultations auprès de divers manufacturiers, notamment coréens et chinois, l’agence décide de relancer le processus d’appel d’offres, sur invitation. À l’échéance, le 24 mars 2017, deux propositions sont reçues, celles de Bombardier et de CRRC.


Entre les deux appels, l’AMT affirme avoir apporté diverses modifications. Parmi les plus importantes : une réduction de l’exigence de contenu canadien. C’est ainsi que d’un appel d’offres à l’autre, nous a confirmé Mme St-Pierre, le contenu canadien requis pour ce contrat est passé de 25% à 15%.


«Il était tout à fait correct d’exiger 25% comme nous l’avions d’abord fait, explique Mme St-Pierre. Mais comme la norme de l’industrie se situe apparemment davantage autour de 10%, 15%, plusieurs manufacturiers s’étaient abstenus de soumettre leur candidature.»


CRRC est le plus important constructeur de matériel roulant du monde. La société d’état chinoise construit actuellement des usines à Chicago et Boston après avoir arraché des commandes également convoitées par Bombardier.


En 2009, c’est une de ses filiales, Zhuzhou Electric Locomotive, qui avait voulu participer à l'appel d'offres de la Société de transport de Montréal (STM) pour le renouvellement des voitures du métro de Montréal. Après maints rebondissements, le consortium, composé de Bombardier et Alstom, avait finalement remporté la mise.


L'action de Bombardier se négociait à 2,16$ peu avant 15 heures, ce lundi, en hausse de 1,89%, ou de 0,04$. Depuis le début de 2017, son titre a reculé de 1,85% à la Bourse de Toronto.


Lire aussi: Contrat à la Chine: Bombardier en colère


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

15:44 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.

Les futures vedettes de l'entrepreneuriat

Édition du 20 Octobre 2018 | Kévin Deniau

Elles sont québécoises, émergentes et disposent d'un grand potentiel de développement dans les prochaines années. ...