Titres québécois: pas de réaction à l'élection du PQ

Publié le 05/09/2012 à 11:14, mis à jour le 05/09/2012 à 11:24

Titres québécois: pas de réaction à l'élection du PQ

Publié le 05/09/2012 à 11:14, mis à jour le 05/09/2012 à 11:24

Par Marie-Claude Morin

Le Canadien National est le titre le plus important de l'Indice Québec.

L'Indice Québec de la Financière Banque Nationale reste de glace face à l'élection d'un gouvernement péquiste minoritaire.


Regroupant près d'une soixante de sociétés québécoises cotées en Bourse, l'indice n'affichait qu'une baisse de 0,12 $, à 110,76 $, mercredi en fin d'avant-midi.


«Il n'y a pas beaucoup de volatilité sur les marchés boursiers en général aujourd'hui et les titres québécois ne bougent pas vraiment», observe Marco Lettieri, économiste à la Financière Banque Nationale.


Les titres boursiers des entreprises de la Belle Province ont fluctué de façon semblable à l'ensemble de ceux cotés à la Bourse de Toronto ces dernières semaines. «Nous n'avons pas observé de craintes liées à la situation politique», dit M. Lettieri.


Le titre du Canadien National, le plus important dans l'indice en termes de capitalisation boursière, recule de 0,79 $ ou 0,88% à 88,94 $, tandis que le deuxième plus imposant titre de l'indice, BCE, gagne 0,09 $ ou 0,2 % à 44,16 $.

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Péladeau doit vendre ses actions de Québecor, dit Legault

09/03/2014

Le chef de la CAQ a fourbi ses armes et a carrément remis en question l'indépendance de l'empire médiatique.

L'événement le plus médiatisé de 2012 au Québec est...

Mis à jour le 19/12/2012

L'élection d'un gouvernement minoritaire péquiste a été la nouvelle la plus ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

REER ou RVER : lequel choisir ?

08:11 | Dominique Lamy

Faut-il préférer le RVER, ce nouveau venu, au bon vieux REER?

Dix tendances en tourisme pour 2015

Édition du 31 Janvier 2015 | Martin Jolicoeur

S’il existe une industrie qui n’évolue pas en vase clos, c’est bien celle du tourisme. ...

Quand les créanciers menacent le libéralisme

ANALYSE. Les créanciers minent le libéralisme en Europe en imposant trop d'austérité aux gouvernements endettés.