Le pétrole termine en hausse à New York, profitant des mesures de la Fed

Publié le 14/09/2012 à 16:00

Le pétrole termine en hausse à New York, profitant des mesures de la Fed

Publié le 14/09/2012 à 16:00

Par AFP

Les cours du pétrole ont clôturé en hausse vendredi à New York, portés par les mesures inédites de soutien à l'économie américaine annoncées jeudi par la Réserve fédérale américaine (Fed) et par les risques géopolitiques au Moyen Orient.


Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre a gagné 69 cents, à 99,00 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il avait dépassé brièvement la barre des 100 dollars dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.


Le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres pour livraison en novembre, dont c'est le premier jour comme contrat de référence, a terminé à 116,66 dollars, gagnant 78 cents par rapport à la clôture de la veille.


"Avoir atteint le niveau des 100 dollars est important" mais après avoir "testé ce seuil", les courtiers ont un peu réfréné leurs ardeurs, a indiqué Matt Smith, de Summit Energy, tout en soulignant que "le sentiment positif" engendré par l'arsenal de mesures dévoilé par la Fed demeurait.


SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

À qui profite la baisse du prix du pétrole?

28/10/2014 | Jean Gagnon

Depuis la mi-juin, le prix du baril de pétrole brut (West Texas Intermediate) est passé de 115$ à 81$.

Le pétrole baisse dans un marché toujours inquiet de l'abondance de l'offre

27/10/2014 | AFP

Les prix du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, dans un marché ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le meilleur véhicule pour s'enrichir à long terme

Mis à jour le 31/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Ce n’est pas parce que le marché boursier fracasse des records qu’il est nécessairement cher.

Les bienfaits d’un portefeuille nord-américain

BLOGUE. Pour réduire le risque et bonifier le rendement, une solution consiste à bâtir un portefeuille nord-américain.

Et si l'Europe était une bombe à retardement?

Mis à jour il y a 5 minutes | François Normand

ANALYSE. C'est la crise en Europe qui menace la croissance mondiale, pas Ebola ou la montée de l'État islamique.