Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Dominique Beauchamp


Des attentes modestes à surpasser


Les nouveaux efforts de relance d’Uni-Sélect pourraient lui donner un second souffle en Bourse, parce que les analystes n’y croient pas trop. L’action d’Uni-Sélect s’est appréciée de 21 % depuis juillet 2014, mais les attentes envers la société sont encore modestes.


Non seulement la croissance des ventes de la société est nettement inférieure à celle de ses rivales américaines, mais sa rationalisation récente a amputé 47 M$ de ses revenus, indique Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux. L’analyste prévoit que la hausse de ses ventes comparables, sans l’effet des acquisitions, passera de 2 % en 2014 à 2,1 % en 2015.


Le consensus mise sur une hausse du bénéfice par action de 7,5 % en 2015 et de 4,5 % l’année suivanteMichael Glen, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, est plus pessimiste, avec une amélioration de seulement 4 % du bénéfice par action en 2015.


« Nous sommes satisfaits des progrès du plan stratégique de la société, mais l’environnement concurrentiel reste difficile », note M. Poirier.


Malgré tout, l’analyste est confiant qu’Uni-Sélect atteindra la marge d’exploitation de 7 % qu’elle s’est fixée en 2015, ce qui améliorera ses bénéfices et ses flux de trésorerie.


M. Poirier prévoit un rebond de 13,5 % du bénéfice ajusté par action à 2,92 $ US en 2015.


Il a donc augmenté son cours cible d’un an de 33 $ à 35 $, pour un gain potentiel de 15,2 % auquel on ajoute le dividende de 2 %.


Uni-Sélect fait partie des titres favoris de Desjardins surtout parce que la société devrait profiter de la baisse du prix de l’essence, qui augmente la distance parcourue par les automobiles et donc l’usure des véhicules.


Le recul du dollar canadien lui est aussi favorable quand on transpose ses bénéfices américains en un cours-cible en dollars canadiens. L’analyste de Desjardins a aussi des attentes modestes en ce qui concerne les acquisitions. Il s’attend à des acquisitions de petite et de moyenne taille qui ajouteront 100 M$ US à ses revenus annuels, par rapport à des revenus de 1,7 milliards de dollars américains en 2013.


Uni-Sélect dévoile ses résultats en dollars américains parce qu’elle réalise 73 % de son chiffre d’affaires aux États-Unis.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: les taux inchangés et les résultats dopent Wall Street

Mis à jour le 30/01/2019 | lesaffaires.com

REVUE DES MARCHÉS. Les discussions à propos des échanges sino-américains et des tarifs reprenaient aussi aujourd'hui.

Où investir en 2019: le secteur industriel dans le brouillard

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

La possibilité d'un ralentissement économique embrouille la sélection de titres dans le secteur industriel pour 2019.

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.