Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Dominique Beauchamp

«Nos clients, les installateurs, peuvent recevoir leur commande de pièces en 30 minutes. Plus ils installent les pièces rapidement, meilleurs sont leurs revenus et leur rentabilité. Ce meilleur service les fidélise.» Richard Roy, pdg d’Uni-Sélect [Photo:

Après 16 mois de réparations, le distributeur de pièces de rechange pour automobiles Uni-Sélect (Tor., UNS, 28,75 $) est fin prêt pour redémarrer les moteurs de sa croissance en 2015.


« On peut vraiment parler de ré-accélération, autant au chapitre des ventes que des acquisitions », affirme le pdg Richard Roy, en entrevue.


Toujours prudent dans ses prévisions, Richard Roy s’avance en disant que le distributeur de Boucherville est désormais outillé pour accroître ses bénéfices de 10 % par année en moyenne, après une rationalisation et l’implantation de nouveaux systèmes de gestion.


D’ailleurs, pour cette relance, M. Roy est allé chercher du renfort en recrutant Henry Buckley au nouveau poste de chef de l’exploitation, en septembre.


Le gestionnaire né à Vancouver cumule 30 ans d’expérience dans le domaine de la distribution, dont plusieurs années chez le grossiste industriel américain W.W. Grainger, où il était notamment responsable des fusions et acquisitions.


Grâce à un bilan assaini et au prolongement d’un financement bancaire, M. Roy se dit à l’aise avec un rythme annuel d’acquisitions de 100 millions de dollars. C’est deux fois plus que les transactions de 45 M$ réalisées en 2014.


Il laisse entendre au passage que la future contribution des prochaines acquisitions devrait se répercuter plus rapidement qu’avant sur les résultats, grâce aux nouveaux systèmes qui apparient mieux les stocks et les ventes et qui améliorent le taux d’exécution des commandes.


La restructuration de 45 M$ bientôt terminée devrait permettre à Uni-Sélect de faire passer sa marge d’exploitation de 5,4 %, en 2012, à 7 % en 2015.



image

Contrats publics

Mercredi 23 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 23 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Où investir en 2019: le secteur industriel dans le brouillard

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

La possibilité d'un ralentissement économique embrouille la sélection de titres dans le secteur industriel pour 2019.

Une Bourse en sursis?

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les commentateurs les plus cyniques diront « jamais aura-t-on vu tant de prédictions de récession, ...

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

22/01/2019 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.