La marque Roots doit se faire moins gourmande

Publié le 17/10/2017 à 16:22, mis à jour le 17/10/2017 à 21:14

La marque Roots doit se faire moins gourmande

Publié le 17/10/2017 à 16:22, mis à jour le 17/10/2017 à 21:14

Par Dominique Beauchamp

Les vendeurs des actions du fabricant et détaillant au logo du castor, Roots, se font moins gourmands que prévu pour écouler 200 à 230 millions de dollars d’actions.


Les fondateurs Don Green et Michael Mudman et le fonds privé Starlight Capital vendront en effet de 16,7 à 19,2 millions de dollars de leurs actions à 12$ chacune, au lieu de la fourchette prévue de 14 à 16$.


Ces actionnaires récoltent tous les fonds du premier appel public à l’épargne de la marque de «luxe rustique».


Le détaillant de vêtements tout-aller et d’articles de cuir Roots compte financer ses projets d’expansion à même ses profits, indique le document de mise en marché.


Dirigée par une nouvelle équipe, la société veut accroître ses revenus de 50% à 450M$ et son bénéfice d’exploitation de 44%, à 65M$, entre 2016 et 2019.


Ces objectifs représentent une progression annuelle composée de 13 à 27% pour le chiffre d’affaires, de 14 à 18% pour le bénéfice d’exploitation et de 18 à 23% pour le bénéfice net.


Pour y arriver, Roots prévoit ouvrir de 8 à 10 nouvelles boutiques au Canada, de 10 à 14 aux États-Unis et de 20 à 25 en Chine et à Taiwan.


De 29 à 33 magasins seront aussi rénovés et agrandis d’ici deux ans sur un total de 116 au Canada.


Cet automne, Roots relance aussi son site de cybercommerce qui expédie ses marchandises dans 54 pays.


Il faut dire qu’au prix envisagé de 14 à 16$, Roots aurait été évaluée à un multiple assez élevé de 10 à 13 fois son bénéfice d’exploitation, au moment où les investisseurs déprécient les détaillants en pleine psychose Amazon(AMZN,1007$US).


Le plus proche semblable de Roots au pays, le fabricant des parkas de luxe Canada Goose(GOOS, 25,61$), a aussi perdu des plumes récemment, après une entrée en Bourse flamboyante.


Le titre de Canada Goose a laissé tomber 8% depuis le sommet annuel de juin, mais son cours a tout de même bondi de 50% depuis mars.


 


 


 


 

À la une

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Le 4e trimestre s'annonce fort respectable, mais après un gain de 10% les banques doivent mériter leur évaluation.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.

«La Chine s'attaque au dollar sur les marchés pétroliers»

VIDÉO. La Chine pourrait ainsi s'imposer financièrement au niveau mondial...