Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Publié le 22/02/2018 à 16:34

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Publié le 22/02/2018 à 16:34

Par Dominique Beauchamp

Depuis la mi-janvier, Amazon offre la collection complète des sous-vêtements pour hommes de marque Gildan.

Vêtements de sport Gildan(GIL, 37,38$) a beau être un producteur à très bas prix, le fabricant de t-shirts, chaussettes et sous-vêtements n’est pas à l’abri du déplacement en ligne de la consommation qui perturbe les détaillants traditionnels.


Chef de file mondial des vêtements destinés aux grossistes-imprimeurs, Gildan n’a pas encore su transposer cette réussite aux vêtements de base de sa propre marque auprès des détaillants de masse.


La conjoncture exigeante contraint donc la société à rationaliser afin de dégager des économies qui accéléreront les efforts pour améliorer sa distribution et les initiatives de vente en ligne.


Depuis le 22 janvier d’ailleurs, le titan Amazon (AMZN,1485$US) offre la collection complète de sous-vêtements pour hommes de marque Gildan.


Restructuration inattendue


La société de Montréal regroupe ses secteurs Vêtements imprimés et des Vêtements de marque en une seule division opérationnelle et en confie la direction à Michael Hoffman, l’actuel artisan de l’excellente performance des vêtements pour grossistes.


Au quatrième trimestre, les ventes de Vêtements imprimés ont grimpé de 22,5%, sans l’apport de 16,6M$US des ventes d’American Apparel, tandis que celles des vêtements de marque ont reculé de 9,2%.


Les fonctions de commercialisation, de marchandisage, de ventes, de distribution et d’administration seront mises en commun.


Gildan a déjà engagé des coûts de restructuration de 11 millions de dollars américains au quatrième trimestre liés à cette réorganisation interne et aux frais connexes des acquisitions.



« Des charges de 15 à 20M$US de plus seront comptabilisées en 2018 aussi. »


Le recul de 3% du bénéfice de 0,31$ par action au quatrième trimestre était conforme aux attentes, mais l’ampleur de la chute de 30% du bénéfice d’exploitation des vêtements de marque a surpris les analystes. 


Pour 2018, Gildan vise un bénéfice de 1,80 à 1,90$ par action, soit 7,5% de plus qu’en 2017, mais tout de même inférieur au consensus de 1,90$.


Le bénéfice d’exploitation de 595 à 620M$US projeté par la société en 2018 est aussi inférieur à la moyenne des prévisions de 622M$US, précise Martin Landry, de GMP Valeurs mobilières.


La société perdra-t-elle le bénéfice du doute?


Les financiers avaient déjà flairé des résultats mitigés, surtout après l’avertissement récent de profits moindres que prévu de la part de sa rivale américaine Hanesbrands(HBI, 30,13$US), aux prises avec les même défis que ceux de Gildan, le 8 février.


Derek Dley, de Canaccord Genuity, était neutre envers le titre pour lequel il établit un cours cible de 32$US, tandis que ceux de BMO et de GMP étaient de 30$ et de 35$US, respectivement, avant les résultats.


Néanmoins, l’annonce de la restructuration a probablement accentué l’incertitude entourant les perspectives du virage de marque de Gildan comme en témoigne le repli de 3% de l'action le 22 février. Le titre a creusé son recul à 8% depuis le début de l'année.


Le fabricant obtient généralement le bénéfice du doute parce qu’il dégage d’importants flux de trésorerie libres qui financent d’importants rachats d’actions et une hausse annuelle de 20% du dividende.


Ces flux ont atteint un record de 519M$US en 2017 et devraient se chiffrer à 400M$US en 2018.


La société, qui bénéficie d’un taux d’imposition modeste de 4%, présente aussi un bilan sain.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Avril : une stratégie qui porte fruit

Édition du 08 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

Alors qu'Amazon aux États-Unis ou Loblaw, Sobeys et Metro au Canada, commencent à porter une plus grande attention au ...

Avril n'a pas peur de Montréal

Édition du 08 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

Les propriétaires de la chaîne de supermarchés Avril se défendent de craindre le marché ultracompétitif de Montréal.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.