Un rival fait trébucher Gildan en Bourse

Publié le 08/02/2018 à 15:34

Un rival fait trébucher Gildan en Bourse

Publié le 08/02/2018 à 15:34

Par Dominique Beauchamp

Photo: Les Affaires

Les perspectives mitigées du principal rival de Vêtements de sport Gildan fait reculer l’action du fabricant de chandails et de chaussettes de 2,8%.


Gildan(GIL, 39,74$) dévoilera aussi ses propres résultats annuels le 22 février et l’avertissement d’Hanesbrands(HNI, 19,87$US) rend les investisseurs un peu nerveux après un bond de 22% du titre de Gildan depuis un an.


Le portrait dressé par Hanesbrands pour l’année 2018 est decevant, malgré une amélioration de la croissance interne depuis quatre trimestres.


Ses revenus annuels reculeront de 1% sans l’effet des acquisitions, tandis que la hausse du prix du coton ainsi que celle des dépenses de mise en marché et de distribution comprimera les marges jusqu’à ce que le fabricant puisse les refiler aux clients, lors de la deuxième moitié de l’année.


Pour 2018, Hanesbrands prévoit dégager un bénéfice de 1,72 à 1,80$US par action, soit 14% de moins que le consensus de 2,04$US.


De plus, ses dirigeants perçoivent peu d’amélioration de la demande de la part des détaillants qui ont pignon sur rue et prévoient souffrir de la fermeture de nombreux magasins, au premier semestre surtout.


En revanche, Hanesbrands ne craint pas une nouvelle période de déstockage de la part des grands détaillants.


L’entreprise américaine vend de plus en plus en ligne, soit 11% de ses revenus, une proportion plus élevée que celle de 5% chez Gildan pour les vêtements de marque.


La société de Caroline du Nord assure tout de même gagner des parts de marchés et met de l’avant sa croissance sur les marchés internationaux.


Hanesbrands a d'ailleurs annoncé l'achat du détaillant spécialisé australien Bras N Things dans une transaction de 400M$US, soit 8 fois son bénéfice d’exploitation, après les synergies.


BMO était déjà au neutre


Stephen MacLeod, de BMO Marchés des capitaux, prend bonne note de la mise en garde du concurrent de Gildan, mais il ne touche pas pour l’instant à ses prévisions.


L’analyste mise toujours sur une hausse de 12% des ventes trimestrielles (6% sans les acquisitions) à 655,4M$US, de 12% du bénéfice d’exploitation à 115,5M$US et un déclin de 7,4% du bénéfice net à 0,30$ par action, conforme au consensus.


Il s’attend aussi à ce que Gildan, qui verse 18% de ses bénéfices en dividende le relève de 20% à 0,44$US. 


Pour l’instant, l’analyste table sur une hausse de 10% du bénéfice de 1,88$ par action, en 2018.


À la journée des investisseurs du 1er mars, M. MacLeod espère en apprendre plus sur les nouveaux efforts de Gildan pour vendre en ligne.


M. MacLeod est neutre envers Gildan dont le cours dépasse son cours cible de 30$.


Gildan s’échange à un multiple de de 19 fois les bénéfices de 2018, par rapport à celui de 9,7 fois pour Hanesbrands.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Bourse: «Quand le marché ne se fait pas peur, il monte»

Mis à jour à 16:41 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Wall Street a terminé la semaine sur une note positive vendredi alors que s'atténuaient les craintes ...

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour à 07:42

Gains en vue, la Royale dépasse les attentes, cible relevée pour la CIBC et acquisition majeure dans le créneau animal.

À la une

Sauver Bombardier grâce au métro est une hypothèse intéressante selon Couillard

Le sauvetage de l'usine Bombardier de La Pocatière grâce au métro de Montréal est une ...

Le Port de Sept-Îles, bientôt dans la cour des grands

BLOGUE. Surveillez bien Sept-Îles dans les mois à venir. Et plus particulièrement son port qui aspire ...

La quintessence du cliché français fête ses 30 ans

Pour l'occasion, l'édition parisienne du Dîner en Blanc accueillera 10 000 convives de partout dans le monde