Bourse: les tops et les flops québécois de juillet

Publié le 31/07/2015 à 16:38

Bourse: les tops et les flops québécois de juillet

Publié le 31/07/2015 à 16:38

Par Julien Abadie

Retrouvez les tops et les flops des grands titres québécois au mois de juillet (capitalisation boursière supérieure à 100M$ et données calculées du 1 au 31 juillet 2015 à midi). Parmi les gagnants de cette semaine, on a décidé de s'arrêter sur le cas de Uni-Sélect. Côté contre-performance, c'est Bombardier qui a évidemment attiré notre attention.



TOP


-Uni-Sélect (Tor., UNS): Vendredi 31 juillet, notre journaliste François Pouliot incluait Uni-Sélect dans sa rubrique des À Surveiller. Et pour cause: la veille, le distributeur de produits automobiles avait annoncé des résultats largement supérieurs aux attentes qui s'étaient traduits par une montée en flèche à la bourse de Toronto. À vrai dire, les chiffres du second trimestre sont carrément spectaculaires avec une croissance des ventes de 3,7% et une amélioration des marges bénéficiaires. Alors que tous les analystes tablaient sur un bénéfice de 0,76$ US par action, c'est un impressionnant 0,95$ US qui a été annoncé. «Je suis très satisfait de nos solides résultats du deuxième trimestre, a notamment déclaré Richard G. Roy, président et chef de la direction. Je me réjouis de la contribution équilibrée du secteur des produits automobiles et de celui de la peinture et produits connexes à nos résultats. Je suis particulièrement emballé de constater l'émergence de Uni-Sélect à titre d'entreprise encore plus rentable et dotée d'une situation financière très solide.» Voilà qui explique pourquoi le titre a progressé de 24% au cours du mois de juillet.



FLOP


 -Bombardier (Tor., BBD/A): Avec 26,43% de baisse en juillet pour Bombardier, on peut dire que rien ne va. Trop d'incertitudes règnent actuellement autour du géant de l'aviation qui vont des ventes de CSéries en berne, aux reports de production du Global 7000, en passant évidemment par des résultats financiers en demi-teinte. Publiés le 30 juillet dernier, les résultats pour le 2e trimestre sont contrastés dans le mauvais sens du terme. Le bénéfice par action est en baisse par rapport à l'an dernier (0,06$ US, contre 0,10$ US) même s'il reste meilleur que ce que prévoyaient les analystes (0,05$ US). Les bénéfices sont également en baisse de 6% par rapport à l'année dernière. Comme un symbole de ce faisceau de mauvaises nouvelles, l'action avait perdu 18% en cours de séance le 22 juillet dernier sans raison particulière: selon certains analystes, cette chute aurait été avant tout motivée par la «négativité» qui entoure actuellement le titre.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

À surveiller: Bombardier, Nemaska et Walmart

16/11/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Bombardier, Nemaska et Walmart?

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.