Cinq peurs qui freinent les rêveurs immobiliers

Publié le 24/01/2018 à 10:28

Cinq peurs qui freinent les rêveurs immobiliers

Publié le 24/01/2018 à 10:28

Éric Desroches est un investisseur immobilier à succès que j’ai rencontré il y a quelques mois. Il possède plusieurs qualités pour réussir dans le domaine. La plus impressionnante sans doute est cette paix intérieure qui l’habite, cette sagesse remarquable dont il fait preuve alors qu’il n’a que 31 ans.  En quelques années, il a réussi à bâtir un parc immobilier qui vaut aujourd’hui dix millions de dollars. Son secret? Il a su affronter ses peurs. Et il est passé à l’action.


L’immobilier est une entreprise comme les autres. Comme dans tout domaine, certains individus réussiront alors que d’autres tourneront en rond.


Pourquoi y a-t-il des entrepreneurs qui réussissent et d’autres qui font faillite après quelques années ? Des vendeurs qui fracassent des records de ventes pendant que d’autres arrivent à peine à joindre les deux bouts ? Pourquoi certains investisseurs cumulent-ils des centaines de logements alors que d’autres se découragent après quelques mois de recherche, sans avoir rédigé une seule offre d’achat ?


Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsque vient le temps d’analyser la réussite et l’échec, mais on pourrait résumer ainsi : c’est l’individu derrière l’entreprise qui fait la différence.  Votre réussite immobilière dépendra de la façon dont vous vous développez personnellement. Plus vous travaillerez sur vous, meilleurs seront vos résultats. 


Comme le disait Hilary Hinton Ziglar, motivateur américain et auteur d’une trentaine d’ouvrages à succès dont Rendez-vous au sommet : « Ce qu’on obtient en atteignant nos objectifs n’est pas aussi important que ce que l’on devient en les atteignant. »


Voici cinq peurs qui freinent souvent les rêveurs immobiliers.


1. La peur du changement


Pour obtenir un autre gâteau, il faut changer de recette ! Vous aurez beau apprendre toutes sortes de techniques de financement créatif, lire des dizaines de livres sur le sujet, analyser des centaines d’immeubles derrière votre écran et vous dire que les immeubles sont trop chers, ceci ne fera pas de vous un investisseur immobilier pour autant. 


Je ne dis pas qu’il faut négliger cette étape du processus qu’est l’apprentissage théorique, mais plutôt qu’il faut aller au-delà.


Ce n’est pas dans les livres que vous apprendrez, par exemple, à négocier avec les vendeurs et avec les locataires. Vous n’agrandirez pas votre zone de confort simplement en rêvant de faire un jour de l’immobilier. Vous devrez faire les choses différemment, vous devrez passer à l’action en allant sur le terrain.


Évidemment, si vous possédez déjà des centaines de logements et que vous prospérez en immobilier, continuez, vous êtes sur la bonne voie.   


Si au contraire vous stagnez, je vous invite à vous remettre en question.  À vous poser la question suivante : « Comment pourrais-je faire les choses autrement ? » Exercez-vous à développer ce réflexe. Vous serez surpris de constater les changements s’opérer. 


2. La peur de faire un mauvais achat, de tout perdre


Cette peur est légitime, mais si vous faites vos analyses correctement, vous devriez être en mesure de réaliser une bonne transaction. Faites une bonne vérification diligente et une inspection en bâtiment par un ou des experts compétents. Assurez-vous que l’immeuble est bien localisé, dans un bon secteur et faites-vous accompagner par quelqu’un de plus expérimenté, au besoin.


Évidemment, nul n’est à l’abri d’une mauvaise acquisition, mais en procédant ainsi, les chances de faire une erreur grave seront diminuées de beaucoup.


Vous protégerez par le fait même votre investissement et diminuerez votre risque.


3. La peur de se faire dire «non»


Voici la principale raison, selon moi, qui freine les gens. Pourquoi n’osent-ils pas faire d’offres d’achat ? Ils ont peur de se faire dire «non» par le vendeur.   


Mais qu’y a-t-il de si grave que de se faire dire non ? En fait, à chaque non que vous obtenez, vous vous approchez d’un oui. Alors, osez demander, osez offrir. Vous pourriez être agréablement surpris.  Le vendeur pourrait accepter votre offre.


Ne dites jamais «non» à la place du vendeur.


4. La peur que le marché baisse drastiquement


À mes débuts, j’entendais souvent des gens me dire qu’ils préféraient attendre que le marché redescende avant de commencer à investir.  Encore aujourd’hui, ces gens doivent se dire qu’ils vont attendre quelques années encore, car le marché va descendre à cause des hausses du taux d’intérêt.   


Toutefois, les chances que le marché s’écroule soudainement sont très minces compte tenu de la vigueur de l’économie, des performances du marché de l’emploi et de la prudence dont devront faire preuve les gouvernements en matière d’augmentation des taux d’intérêt.


Mais imaginons le pire, que le marché s’écroule subitement. Aussi longtemps que vous conservez vos immeubles vous ne subissez de pertes réelles. Elles se cristalliseront seulement si vous jetez la serviette et vendez vos actifs.


Alors pourquoi cette peur que tout s’écroule dès que vous aurez notarié votre premier achat ? Regardons les valeurs actuelles des propriétés aux États-Unis. Elles ont de beaucoup augmenté depuis l’éclatement de la bulle en 2008. 


Tout est cyclique ! 


5. La peur du succès


Et si ce qui vous freinait était la peur de réussir ?  Inconsciemment, vous vous dites peut-être que le succès n’est pas pour vous, que vous ne méritez pas de détenir autant d’immeubles, que la réussite est réservée aux autres, etc.


Je vous pose une question en terminant : « Aimez-vous réellement l’immobilier ? »


Si oui, inspirez-vous d’Éric ! Arrêtez d’avoir peur et dites oui aux occasions. Plus vous passez à l’action, moins vous aurez peur !


Je vous invite à lire mes articles précédents.


Votre coach,


Yvan


Pour me suivre sur les réseaux sociaux:


Facebook


Linked In


Twitter


Google +

À propos de ce blogue

Yvan Cournoyer est investisseur immobilier depuis 15 ans. Impliqué depuis 2001 au sein du Club d’investisseurs immobiliers du Québec qui compte plus de 16 000 membres, il occupe maintenant le poste de vice-président-directeur général. Ingénieur en bâtiment de formation, il est également conférencier, courtier immobilier, auteur du best-seller « Les flips », formateur ainsi que mentor durant les séances de coaching offertes par le Club, une organisation vouée exclusivement à la formation et au réseautage immobilier ayant contribué à former plus de 12 000 investisseurs immobiliers jusqu'à présent. www.clubimmobilier.ca

Sur le même sujet

À la une: la Vie en Rose se prépare au pire et s’attend au meilleur

Édition du 16 Juin 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là. En manchette, la Vie en Rose se prépare au pire et s’attend au meilleur.

Le nombre de propriétaires en difficulté encore en diminution

04/06/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Le nombre de délaissements en baisse de 11% sur 12 mois.