Les dix qualités essentielles pour devenir un grand investisseur

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Février 2017

Les dix qualités essentielles pour devenir un grand investisseur

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Février 2017

Photo: 123rf.com

Ce n'est pas parce que vous avez obtenu un rendement de 15% en 2016 et que vous n'avez pas subi de revers majeur ces dernières années que vous êtes le prochain Warren Buffett. Le marché haussier qui amorce sa neuvième année dans quelques jours, de même que la chance, ont certainement joué en votre faveur. À ce stade-ci du cycle, il est sain de réévaluer votre stratégie de placement. Pour vous aider, voici une adaptation des dix attributs essentiels que Michael J. Mauboussin, directeur de la stratégie chez Credit Suisse et ancien chef des placements de Legg Mason, a repérés chez les meilleurs investisseurs au cours de ses 30 ans de carrière.


1-Apprenez l'ABC de la comptabilité


Nul besoin de détenir un CFA pour s'enrichir en Bourse. En revanche, il est essentiel de saisir les rudiments de la comptabilité, dit M. Mauboussin. Une des connaissances clés à maîtriser est le concept des flux de trésorerie libres, soit les liquidités qu'une entreprise dégage après que les investissements (immobilisations) ont été soustraits des bénéfices. Une société peut à la fois accroître ses profits et détruire de la valeur si elle n'obtient pas un rendement adéquat du capital investi. Ligne par ligne dans les états financiers, on peut comparer deux entreprises d'un même secteur et se demander pourquoi l'une affiche des dépenses plus faibles, par exemple.


2-Mettez les liquidités libres sur un piédestal


«L'argent est un fait, le bénéfice, une opinion», a dit un célèbre économiste. Cela résume bien pourquoi les grands investisseurs s'attardent aux liquidités libres que génère une entreprise et à sa capacité à les accroître dans l'avenir. On peut vite se faire une idée de la valeur d'une entreprise en utilisant un raccourci comme le ratio cours-bénéfice, mais il est plus compliqué d'établir sa valeur réelle. Au rythme où les changements technologiques surviennent, le vent peut tourner rapidement. Il faut donc analyser des facteurs comme la pérennité de l'avantage concurrentiel, les barrières à l'entrée du secteur et le talent des dirigeants à répartir le capital aux endroits les plus propices pour déterminer la capacité d'une entreprise à produire d'abondantes liquidités pour une longue période.


3-N'investissez que dans ce que vous comprenez


Une des règles d'or des investisseurs à succès est de ne jamais acheter le titre d'une entreprise qu'ils ne comprennent pas. Il est facile de saisir le modèle d'affaires de Dollarama (DOL, 102,96 $), mais sauriez-vous décrire celui de ProMetic Sciences de la vie (PLI, 2,44 $)? M. Mauboussin ajoute qu'il faut avoir une idée de la puissance de l'avantage concurrentiel de l'entreprise, soit sa capacité à réaliser un rendement du capital supérieur à ce qu'il lui en coûte et à celui de ses rivales. On peut avancer que Dollarama demeurera le numéro un des magasins à prix modiques encore longtemps. ProMetic, elle, réussira-t-elle à commercialiser ses produits novateurs? Difficile à dire.


4-Comparez intelligemment


Les investisseurs comparent sans arrêt : actions-obligations, titre A ou titre B, etc. Ce qui distingue les grands investisseurs des moyens, c'est leur aptitude à isoler les facteurs fondamentaux des attentes, note M. Mauboussin. Autrement dit, ils savent distinguer les cours des éléments qui déterminent la valeur comme la rentabilité et le rendement du capital. La majorité des investisseurs échouent à cette étape : ils achètent quand les éléments fondamentaux sont bons et vendent lorsqu'ils sont mauvais. Groupe Canam(CAM, 7,45 $) a dégringolé après la publication de résultats décevants. Plutôt que de comparer la situation actuelle au précédent épisode du genre que le fabricant de charpentes a connu, cherchez le taux de succès de redressements similaires avant d'acheter le titre.


5-Devenez un as de la probabilité


L'investisseur doit constamment essayer de déterminer les probabilités que différentes hypothèses se concrétisent. Cela requiert une façon de penser particulière. Il faut mettre l'accent sur le processus décisionnel plutôt que sur le seul résultat. Les grands du placement savent que la moyenne au bâton importe peu. Ce qui compte, ce sont les gains que l'on réalise lorsqu'on frappe avec succès et les sommes que l'on perd lorsqu'on se plante. Vous allez parfois manquer votre coup, mais voyez les échecs comme une occasion de devenir un meilleur prévisionniste.


6-Faites preuve d'ouverture


Vous voyez le secteur pharmaceutique comme un des plus stables ? Erreur. De nombreux gouvernements s'attaquent à la rentabilité élevée de ces entreprises. Les grands investisseurs ne cherchent pas la confirmation de ce qu'ils pensent, mais des opinions contraires. Ils adaptent leur vision du monde aux nouvelles informations. Il faut accepter de vendre un titre clé ou de modifier le poids qu'il occupe en portefeuille.


7-Maîtrisez vos démons


Vous avez beau être intelligent, vous ne battrez pas le marché si vous ne maîtrisez pas vos démons psychologiques. De nombreux biais comportementaux font que des gens brillants commettent de graves erreurs. On tend par exemple à accorder plus d'importance aux renseignements qui confirment nos impressions. Les bons investisseurs sont moins touchés que la moyenne par ces failles, car ils les reconnaissent et apprennent à composer avec celles-ci. Pour vous améliorer, tenez un journal de vos hypothèses et accordez-leur une note selon les résultats, suggère le gestionnaire.


8-Séparez le bon grain de l'ivraie


C'est contre nature, mais il faut vous protéger des influences externes pour briller en Bourse. Faites abstraction de l'opinion du beau-frère et même du marché. La majorité l'emporte souvent, note M. Mauboussin, mais vous devez résister au courant pour vous démarquer. L'investissement est un exercice social, et les cours peuvent passer du stade d'information à celui de source d'influence. Combien de gens ont acheté Nortel pour la seule raison que le titre ne cessait de monter ?


9-Mettez le paquet dans vos meilleures idées


Les meilleurs investisseurs misent gros sur leurs meilleures idées. Après une solide analyse, vous êtes fortement convaincu du potentiel d'un titre ? Songez à lui accorder un pourcentage élevé de votre portefeuille si votre objectif est de battre le marché. Il faut toutefois admettre que c'est un des talents les plus difficiles à acquérir.


10-Lisez, encore et encore


Dans un monde inondé d'informations, rares sont ceux qui trouvent le temps de lire sur le placement. Pour faire partie de l'élite, accordez une place prépondérante à la lecture, dit M. Mauboussin. Todd Combs, un des protégés de Warren Buffett, suggère aux étudiants de lire 500 pages par jour. C'est inconcevable si vous travaillez, mais vous devez faire des choix. Ne lisez pas que des analyses boursières, abreuvez-vous du plus grand nombre de domaines et d'opinions possible. Qui sait, votre prochaine grande idée de placement proviendra peut-être d'une de vos lectures !


Précision


Un tableau devait accompagner la chronique de Yannick Clérouin dans notre dernière édition («La "destruction créatrice accélérée": une menace ?»). Les lecteurs pourront le consulter sur lesaffaires.com: http://bit.ly/2kSwlXZ

À propos de ce blogue

Après près de 16 années passées au journal Les Affaires, dernièrement en tant que chef de publication pour lesaffaires.com, Yannick Clérouin a rejoint en mars 2018 la société de gestion de portefeuilles Medici.

Yannick Clérouin