Pénurie d'employés: quel est le rôle du conseil d’administration ?

Publié le 11/10/2018 à 15:45

Pénurie d'employés: quel est le rôle du conseil d’administration ?

Publié le 11/10/2018 à 15:45

Du 16 octobre au 29 novembre, Premier Tech sillonne la province pour trouver des employés. La pénurie de main-d'oeuvre est un énorme casse-tête pour toutes les PME. Les CA doivent s'en soucier.

La rareté de main-d’œuvre représente le principal enjeu de l’industrie manufacturière québécoise, nous apprend l’Enquête sur l’automatisation du secteur manufacturier au Québec, Cata/Alliance2017. Pertes de revenus, réduction des heures d’ouverture, ralentissement de la production, croissance compromise… La liste des conséquences à la pénurie de main-d’œuvre est longue et les conséquences dévastatrices. Ultimement, c’est la pérennité des PME qui est en jeu.


Certains entrepreneurs rivalisent d’ingéniosité pour attirer et retenir les travailleurs. Expérience employé distinctive, qualité des défis, conditions de travail flexibles, développement continu de l’expertise, rémunération attrayante, primes au référencement, recrutement international, virage numérique accéléré, rien n’est ménagé.


Pendant ce temps, que font les conseils d’administration? Soyons francs, la gestion du capital humain se classe rarement en haut de la liste des discussions régulières des CA. Or, ceux-ci ont la responsabilité de veiller à la pérennité des entreprises qu’ils chapeautent. La croissance et la survie de plusieurs PME étant actuellement menacées par la rareté de la main-d’œuvre, cet enjeu doit figurer à l’ordre du jour des travaux du CA.


Comment le CA peut aider l’entrepreneur à composer avec la pénurie de main-d’œuvre.


Votre culture d’entreprise est-elle un aimant ou un chasse-moustique?


Premièrement, le conseil d’administration est le gardien de la culture d’entreprise et des valeurs qu’elle incarne. Cette culture teinte la réputation de l’entreprise. Et la réputation, elle, influence l’attractivité de l’organisation. Certaines entreprises comme Apple, Google et Disney, de même que plusieurs organisations québécoises comme Premier Tech, Mirego et GSoft jouissent d’une image positive qui, comme un aimant, attire les talents. D’autres cultures agissent comme un chasse-moustique… elles repoussent les talents! À vous, comme conseil d’administration, de discuter franchement de l’attractivité de la culture de l’entreprise.


Dans une PME manufacturière que nous avons l’occasion de côtoyer, le conseil d’administration a remis en question l’authenticité des valeurs de l’entreprise. Des administrateurs percevaient un écart, ou une incohérence, entre les valeurs promues sur le site de l’organisation et celles manifestée au quotidien par les employés. À la recommandation du CA, la direction s’est engagée dans un chantier impliquant les employés et visant à redéfinir les valeurs organisationnelles et les comportements valorisés. En outre, pour renforcer les liens entre la direction et les équipes, les membres de l’équipe de direction ont accompagné des employés sur le terrain pour mieux comprendre leur réalité.


Votre tableau de bord contient-il des indicateurs RH?


Deuxièmement, le conseil d’administration doit suivre les indicateurs relatifs à la gestion du capital humain. Il est recommandé d’insérer des indicateurs RH dans le tableau de bord de l’entreprise. Voici quelques suggestions: le taux de roulement, les départs à la retraite, l’absentéisme, le taux de mobilisation, le coût associé aux embauches et celui associé aux départs.


Certains conseils confient la responsabilité de suivre ces indicateurs au comité des ressources humaines du CA. Le comité suit notamment l’alignement de la stratégie en gestion du capital humain avec celle de l’entreprise. Il surveille les risques liés à la pénurie de talents et identifie les stratégies pour y remédier. Il soumet des recommandations à l’approbation du conseil et surveille la mise en œuvre.


Invitez-vous le responsable des RH aux réunions?


Troisièmement, lors des rencontres du CA, les administrateurs devraient aborder les défis liés à l’attraction et à la fidélisation des talents avec l’équipe de direction et le comité des ressources humaines. Les administrateurs ne doivent pas hésiter à inviter la personne responsable des RH afin d’entendre de sa bouche, et non pas des celle de la direction, la situation en ce qui a trait à la main d’œuvre, et échanger sur les principaux enjeux et les principales options privilégiées pour les résoudre. La fonction RH devient un acteur incontournable pour composer avec cette crise. Le CA ne doit pas hésiter, conjointement avec l’équipe de direction, à explorer les différentes avenues qui s’offrent à l’entreprise, incluant le virage numérique et l’automatisation de certains processus.


Au sein d’une PME gestionnaire de complexes résidentiels pour retraités, par exemple, la directrice des ressources humaines est invitée deux fois par année au conseil d’administration pour dresser le portrait de la situation des ressources humaines, les postes névralgiques à risques (par ex. : concierges, infirmières, préposés aux bénéficiaires), les risques associés au manque d’effectif, les mesures de mitigation, ainsi que l’état d’avancement du plan pour favoriser l’attraction des talents.


La direction vous donne-t-elle l'heure juste?


Quatrièmement, lors des discussions entourant la réflexion stratégique, n’hésitez pas à demander à la direction si l’entreprise dispose des talents requis pour réaliser sa stratégie d’affaires. L’entreprise a-t-elle besoin d’expertises additionnelles pour déployer ses projets d’innovation ? La rareté de la main-d’œuvre met-elle en péril des postes névralgiques au sein de l’entreprise ? Existe-t-il un plan de relève? Il peut s’avérer utile d’analyser l’écart entre l’état actuel des talents et l’état futur afin de dresser un portrait clair des besoins.


Votre CA a-t-il toutes les expertises requises?


Finalement, rares sont les conseils d’administration de PME qui peuvent compter sur l’expertise d’un administrateur spécialisé en gestion des ressources humaines. Vu l’importance de cet enjeu pour les prochaines années, il peut être souhaitable d’ajouter ce profil de compétences aux profils recherchés lors de la prochaine ronde de recrutement d’administrateurs. Faites vite, il est fort à parier que vous ne serez pas les seuls à souhaiter vous doter de cette expertise au sein de votre CA!


 


 


 


 

À propos de ce blogue

Sophie-Emmanuelle Chebin et Joanne Desjardins ont quitté le confort des grands cabinets juridiques et comptables pour fonder un cabinet à leur image : Arsenal conseils (www.arsenalconseils.com). Leur objectif: outiller les PME pour constituer des conseils d’administration ou consultatifs performants afin d’assurer leur pérennité par une gouvernance créatrice de valeur. La chronique Jeux de sociétés portera donc sur la gouvernance des PME, un thème encore méconnu des PME du Québec. Les principes de la gouvernance ont été développés pour encadrer les sociétés cotées en bourse. Les chroniqueuses se donnent comme mission de démystifier la gouvernance et de démontrer son utilité pour la croissance et la pérennité des PME québécoises.

Sophie-Emmanuelle Chebin et Joanne Desjardins