Vézina : Madame Marois veut, mais est-ce que ses proches veulent ?

Publié le 16/02/2013 à 18:24, mis à jour le 17/02/2013 à 09:55

Vézina : Madame Marois veut, mais est-ce que ses proches veulent ?

Publié le 16/02/2013 à 18:24, mis à jour le 17/02/2013 à 09:55

BLOGUE. Comme animateur de l’événement, j’étais aux premières loges du diner conférence organisé par Les Affaires, vendredi dernier, au Palais des congrès de Montréal, et durant lequel la première ministre Pauline Marois a témoigné de façon convaincante de sa foi en un Québec prospère. L’assistance, près de 650 personnes, l’a écoutée attentivement.


On peut dire « convaincante »  parce que sans même regarder ses notes, elle a enchaîné arguments sur arguments, exemples après exemples, pour montrer qu’elle y croyait vraiment. Et malgré les va-et-vient incessants du Parti québécois sur une série de thèmes qui touchent précisément à la prospérité du Québec, elle a, ne serait-ce que momentanément, balayé un fond de scepticisme quant aux stratégies employées par son gouvernement.


Ça faisait du bien. Parce que ces derniers temps, on pouvait légitimement s’interroger sur le plan de match de l’équipe Marois. Frais de scolarité. Redevances minières. Politiques fiscales. Soutien à la recherche. Exploitation du pétrole. Comme le dit la chanson, « Tu veux ou tu veux pas ? » Et bien malin qui pouvait y répondre.


Mais à l’entendre, le Québec est bien outillé pour devenir « une des nations les plus prospères des Amériques ». Ce sont ses propres mots. On aimerait tellement y croire… parce que c’est possible.


Encore faudra-t-il arrêter de s’enfarger dans les fleurs du tapis. La première ministre a du coffre mais son cabinet ministériel est, disons poliment, pour le moins inégal. Et il lui faudra convaincre ses exécutants que la prospérité – en clair, faire de l’argent – est un objectif louable.


Prenons l’exemple de l’électrification des transports, dont elle dit que ce devrait être « le projet du XXI e siècle au Québec ». Fort bien. C’est vrai qu’en matière d’électricité, nous nous y connaissons. Question transport aussi. Mais le Japon, les États-Unis, la France et quelques autres petites nations du genre y travaillent et gagnent petit à petit du terrain. Petit à petit. La grande révolution n’est pas pour demain. La question de l’autonomie des véhicules, notamment, pose toujours problème.


PLUS : Électrifier les transports, le projet du siècle de Pauline Marois

À propos de ce blogue

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.

René Vézina
Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Comment devenir vraiment courageux?

23/04/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le courage, c'est réussir à raisonner en pleine incertitude. Voici comment s'y prendre.

La BDC démystifie l'échec et lance un prix de résilience

22/04/2014 | Diane Bérard

LA BDC lance un nouveau prix qui récompense les entrepreneurs qui ont rebondi après un échec.

Marc-André Sabourin, pdg d'Inouï, veut réinventer l’industrie du livre avec des titres à 2,99$

23/04/2014 | Julien Brault

La start-up québécoise Inouï, qui sera officiellement lancée vendredi prochain, fait le pari ...