Manquez-vous cruellement de reconnaissance au travail?

Publié le 29/04/2014 à 09:09

Manquez-vous cruellement de reconnaissance au travail?

Publié le 29/04/2014 à 09:09

La hantise de devenir interchangeable... Photo: DR

Impossible de s'épanouir sans le regard de l'autre. Car, comme le disait déjà Aristote, nous sommes avant tout des «animaux sociaux». D'où notre besoin viscéral de reconnaissance dans le cadre de notre quotidien au travail.


Découvrez mes précédents billets


Rejoignez-moi sur Twitter


Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau


Le hic? Une interrogation vous permettra de le saisir : «Estimez-vous que vous recevez aujourd'hui les signes de reconnaissance dont vous avez besoin?» Prenez-le temps d'y réfléchir et d'y répondre…


Ça y est? Alors? Eh bien, je suis prêt à parier que votre réponse est : «Non, pas vraiment». Comment sais-je cela? Tout bonnement parce que j'ai sous les yeux les résultats d'un sondage mené par Crop pour le compte de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) à propos de la satisfaction des salariés québécois. Un sondage qui remet certaines pendules à l'heure.


Ainsi, 1 Québécois sur 2 (50%) dit manquer de reconnaissance au travail. Et cela est surtout vrai au sein des entreprises de plus de 100 employés (53%). «Qu'une aussi forte proportion de salariés se disent insatisfaits de la reconnaissance manifestée par leur patron est une bien mauvaise nouvelle pour les employeurs du Québec. Surtout dans un contexte où il est de plus en plus difficile de trouver et de garder le bon employé», dit Florent Francoeur, le pdg de l'Ordre.


Ce n'est pas tout. La même proportion de salariés (51%) déplorent le manque d'encadrement et de support de la part de son supérieur hiérarchique immédiat. C'est-à-dire qu'au Québec 1 employé sur 2 a la sensation que son boss se désintéresse complètement de lui : une fois l'objectif fixé, c'est à chacun de se débrouiller avec les moyens du bord pour l'atteindre; et en cas d'échec, le manager s'en lavera les mains, au besoin en se débarrassant des moins compétents.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

C'est la panique générale chez les employeurs canadiens!

15/02/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Ils vivent une catastrophe économique, et n'ont aucune idée de comment s'en sortir, selon une étude de PwC.

Le bonheur en deux tatouages, selon Micael Dahlén

11/02/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il est professeur à l'École d'économie de Stockholm. Et il a trouvé comment embellir votre vie à tout jamais!

Blogues similaires

Alex Bastide: l'entrepreneur qui voulait retourner au gym

13/02/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. «La vie est devenue lourde. J'ai vécu de l'anxiété, du désespoir. Je ne voulais plus être propriétaire unique.»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...