Mettons les produits «cheap» dans le tordeur

Publié le 10/05/2017 à 11:42

Mettons les produits «cheap» dans le tordeur

Publié le 10/05/2017 à 11:42

[123RF]

Je croyais qu’en évoluant, on devenait meilleur, que l’on se bonifiait, tel un bon vin. À la place, nous sommes plutôt tombés dans une spirale de consommation qui nous bourre de vide, comme un «fast food».


C’est en me promenant dans les allées d’un magasin à grande surface que la question m’est apparue. Pourquoi les produits de piètre qualité sont si populaires tandis que ceux, reconnus pour leur bonne qualité, peinent à faire leur place?


Pour un entrepreneur, la question est importante. Pourquoi se creuser les méninges et mettre tant d’efforts sur le développement d’un produit de qualité quand la compétition ne fait pas grand-chose et domine le marché?


Pour un client, la question l’est encore plus. Pourquoi travailler si fort pour son salaire afin de dépenser pour acheter un produit plus qu’ordinaire?


Mais dans le fond, quand l’on y pense, c’est comme ça dans plusieurs domaines. De la musique à la sauce tomate en passant par le shampoing, on réalise que ce qui se vend le plus, ce qui est le plus populaire, est bien souvent plus proche de la quantité que de la qualité.


Ça m’intrigue. Pourquoi acheter un jus à «saveur» d’orange quand, juste à côté, sur la même tablette réfrigérée, se trouve un jus d’orange fraîchement pressé?


Les produits de consommation ne sont pas les seules victimes. Que dire des millions de cotes d’écoute pour certaines émissions de télé ou des centaines de milliers de followers de «personnalités» qui n’ont absolument rien à dire sur les réseaux sociaux (ni ailleurs).


C’est triste à dire, mais l’évolution n’est pas gage de qualité.


En 1969, des millions de jeunes, rivés à leurs écrans, avaient vu avec émerveillement le premier pas de l’homme sur la lune. En 2017, des millions de jeunes, rivés à leur écran, verront Sandy embrasser Steeve en République dominicaine. Vive l’évolution!


Certes, nous avons plus de choix, mais avions-nous besoin de plus de choix ou plutôt de meilleurs choix?


L’avenir semble cependant prometteur. Nous voyons à l’horizon le retour de la qualité. Grâce à des entrepreneurs qui refusent de produire pour produire, nous voyons, ici et là, d’excellents produits prendre la place qu’ils méritent et gruger d’importantes parts de marché.


De plus, le consommateur est lui aussi de plus en plus exigeant, et c’est tant mieux. Il ne suffit plus aujourd’hui de faire des campagnes publicitaires et d’engager un porte-parole célèbre. Le consommateur ne tombe plus aussi facilement dans les griffes du marketing. Exit les slogans de toutes sortes, bienvenue la transparence et l’authenticité.


Le retour de la qualité est une excellente nouvelle pour tout le monde. Consommer moins, mais consommer mieux est devenu le nouveau leitmotiv d’une génération toute entière qui refuse le diktat de la quantité.


À travers les siècles, le visage du monde des affaires a constamment évolué. Un peu comme dans l’univers de la mode, les tendances ont forcé les différents intervenants à s’adapter rapidement. On peut maintenant le clamer haut et fort, la qualité est aujourd’hui de retour. Ou près de l’être.


 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Sur le même sujet

Malimousse veut conquérir l'Ontario une mayonnaise à la fois

14:38 | Philippine de Tinguy

PME DE LA SEMAINE. La petite entreprise qui a doublé sa taille depuis 2014 s’apprête à envahir le reste du Canada.

Ce que j'ai appris de mon premier million

13:01 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Trop de gens se lancent en affaires pour faire de l’argent. Concentrez-vous plutôt sur votre entreprise.