Lolë ouvre enfin sur Sainte-Catherine Ouest

Publié le 18/09/2015 à 17:29, mis à jour le 19/09/2015 à 08:56

Lolë ouvre enfin sur Sainte-Catherine Ouest

Publié le 18/09/2015 à 17:29, mis à jour le 19/09/2015 à 08:56

Vendredi après-midi, un ouvrier travaillait aux derniers préparatifs avant l'ouverture de la première boutique de Lolë, au centre-ville de Montréal. Photo: Martin Jolicoeur

L’attente aura été longue. Mais le résultat, apparemment à la hauteur. Après quelques semaines de retard, ce sera finalement ce samedi (19 septembre) que la québécoise Lolë ouvrira les portes de son vaisseau amiral de la rue Sainte-Catherine Ouest, à Montréal.


«Depuis le temps que notre clientèle l’attend, ce ne sera pas trop tôt», a lancé non sans fierté et une pointe de soulagement, Bernard Mariette, président et chef de la direction de Lolë, au cours d’une entrevue plus tôt cette semaine. 


Cette nouvelle boutique, grande de 2 700 pi2, est située au 954, rue Sainte-Catherine Ouest, la principale artère commerciale de la métropole, entre les rues Mansfield et Metcalfe. Elle fait face à la Maison Simons et est entourée des boutiques de Telus Mobilité et BCBG Maxazria.


Suivez-moi sur Twitter / Rejoignez-moi Linkedin


Ce magasin est le quatrième de l'enseigne sportive à Montréal, après ceux des rues Saint-Denis et Sherbrooke (Westmount), et de l’Aéroport Montréal-Trudeau. Cet espace, tout en hauteur, doté d’une mezzanine et d’une vitrine haute de 50 pieds, était occupé jusqu’à récemment par l’américaine Foot Locker, qui s’y était installée après la déconfiture de Club Med World


«Lolë est une marque à vocation internationale qui avait besoin d’une présence dans le Triangle d’or, ce secteur le plus achalandé de la rue Sainte-Catherine. Il fallait être sur cette rue», dit M. Mariette, l’ancien président de Quicksilver, société aujourd’hui sous la protection de la loi américaine sur la faillite. Cette artère commerciale accueille 29 millions de passants par année, dont 40% seraient des touristes, selon le pdg.


De grandes ambitions


La façade de la boutique de Lolë, du quartier Soho de New York. Photo: Lolë


En avril dernier, Bernard Mariette et un groupe d’investisseurs ont racheté la part majoritaire que détenait Kilmer Capital Partners dans Lolë. Ce groupe d’investisseurs inclut Pelican LP, Simon Equity Partners, un groupe comprenant l’homme d’affaires André Desmarais, ainsi que des membres de la famille Hermès. Le Fonds de solidarité FTQ a contribué au projet sous forme de prêts. 


L’entreprise, qui enregistre des ventes excédant les 100M$ depuis 2014, connaîtrait une croissance de 29% par année depuis cinq ans. Elle possède actuellement 1 600 points de vente et 49 magasins corporatifs, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses magasins corporatifs comptent pour 25% de ses ventes, confirme M. Mariette.


Au cours des cinq prochaines années, Lolë compte ouvrir 25 magasins par année et ainsi parvenir à tripler son volume de ventes.  Plus tard cet automne, l’entreprise ouvrira trois nouvelles boutiques, à Toronto, Calgary et Edmonton.


Lisez mes derniers textes


Suivez-moi sur Twitter 


 Rejoignez-moi sur Linkedin





À propos de ce blogue

La vitrine du détail est le blogue du journaliste Martin Jolicoeur, un mordu de commerce de détail. Sa mission: rendre compte, mettre en perspective et analyser les nouvelles et développements de ce secteur clé de l’économie nord-américaine. À l’occasion, Martin y traite aussi plus largement de commerce électronique, de stratégie, d’image de marque et de consommation.

Martin Jolicoeur

Sur le même sujet

Avril : une stratégie qui porte fruit

Édition du 08 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

Alors qu'Amazon aux États-Unis ou Loblaw, Sobeys et Metro au Canada, commencent à porter une plus grande attention au ...

Avril n'a pas peur de Montréal

Édition du 08 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

Les propriétaires de la chaîne de supermarchés Avril se défendent de craindre le marché ultracompétitif de Montréal.