Le Bitcoin, un véritable cheval de Troie!

Publié le 16/03/2018 à 06:06

Le Bitcoin, un véritable cheval de Troie!

Publié le 16/03/2018 à 06:06

Le pouvoir économique et monétaire des États est en jeu... Photo: DR

« Elon Musk ne possède pas de Bitcoin, et il s'en fout ! », « Le Bitcoin replonge sous les 10 000 $ ! », « De décrocheur à millionnaire grâce au Bitcoin ! »... Les titres des médias sont plus sensationnalistes les uns que les autres dès lors qu'il s'agit du Bitcoin, la figure de proue des monnaies virtuelles fondées sur la chaîne de blocs (blockchain), un registre de données partagées entre les utilisateurs et impossible à modifier, donc à falsifier. La blockchain est un moyen on ne peut plus efficace de partager des informations, que ce soit de l'argent numérique comme le Bitcoin... ou tout autre chose. Et c'est justement là que réside le pouvoir caché de la blockchain.


En effet, la blockchain permet de se passer de tout intermédiaire lors d'une transaction. Prenons deux exemples concrets qui pourraient très bien survenir dans les prochaines années, si ce n'est les prochains mois... Vous achetez un condo ? Plus besoin a priori de notaire pour enregistrer et valider l'opération puisque l'acte notarié peut désormais être enregistré à vie dans une blockchain, tout en étant consultable d'un seul clic. Autre cas : vous tombez malade en Floride ? Il vous suffit de donner au médecin urgentiste américain un accès temporaire à votre dossier médical, logé sur une blockchain, pour être soigné adéquatement ; plus besoin dès lors de communiquer avec qui que ce soit (votre médecin de famille, votre assureur...) pour obtenir l'information requise.


On le voit bien, la technologie blockchain est simple, claire et rapide. Elle permet de contourner les intermédiaires, qui sont, en comparaison, lents et coûteux, outre le fait qu'ils manquent parfois de transparence (soyons francs, combien d'entre nous comprennent absolument tout, par exemple, des « subtilités » des contrats d'assurance ?). Cette technologie offre la confiance que nous accordions jusqu'à présent à ces tiers (banque, notaire, assureur, etc.) à qui nous avions l'habitude de confier aveuglément nos précieuses données (argent, contrats, etc.).


Le mot clé est lâché : confiance. Tout repose sur la confiance. Or, il se trouve que nos sociétés actuelles sont marquées au fer rouge par la défiance envers toutes sortes d'institutions. Un exemple frappant est celui de la monnaie étatique...


Lorsque nos ancêtres ont commencé à vendre et à acheter des marchandises, ils ont utilisé divers objets pour jouer le rôle d'intermédiaire : longtemps, des coquillages nacrés ont servi de monnaie d'échange, puis ils ont été remplacés par des pièces en métal. Les États ont vite réalisé qu'en les frappant de leur sceau, ils asseyaient leur pouvoir, et mieux, pouvaient lever des fonds, les citoyens ayant toute confiance envers la valeur de la monnaie émise.


Or, aujourd'hui, les États sont de plus en plus souvent accusés de ne pas savoir gérer les crises monétaires et financières. Ces dernières semblent survenir à répétition et paraissent chaque fois frapper de plus en plus fort les citoyens : la dernière d'envergure, celle dite des subprimes, est survenue en 2007 et fait encore sentir ses traces à l'échelle de la planète. D'où l'attrait du Bitcoin, cette monnaie sans État : grâce à elle, il devient possible de se libérer des liens financiers que l'on a avec nos gouvernements, d'échanger à notre guise n'importe quel bien ou service avec la personne de notre choix.


Le hic ? C'est justement cette liberté extrême. Plus précisément, le fait que l'État n'ait plus l'oeil sur les activités économiques ayant lieu par l'entremise de la blockchain. D'une part, parce que c'est là un terrain de jeu parfait pour le crime organisé ; l'étude Sex, drugs, and Bitcoin signée en janvier par Sean Foley, Jonathan Karlsen et Talis Putni, trois chercheurs de l'Université de Sydney en Australie, montre que la moitié des échanges effectués en Bitcoin - quelque 72 milliards de dollars américains par année - sont illégaux (trafic d'armes, de faux documents, de drogues, etc.). D'autre part, parce que cela menace de priver l'État, à terme, de recettes fiscales phénoménales.


Voilà pourquoi il ne faut pas s'étonner de la vive réaction de nombre d'États à l'égard des cryptomonnaies. C'est que leur pouvoir est carrément en jeu. Pour l'heure, leur réaction est, disons, chaotique.


La Chine veut tuer le Bitcoin en bannissant chez elle la blockchain et en menaçant de détruire les « mines », ces immenses hangars où des milliers d'ordinateurs tournent jour et nuit pour créer et sécuriser les cryptomonnaies. La Corée du Sud, le troisième marché mondial du Bitcoin, impose la divulgation publique de tous les échanges, histoire de taxer certains d'entre eux. La France, elle, souhaite que le Fonds monétaire international ait accès à l'intégralité des transactions afin qu'il puisse les contrôler. Quant à la Russie, elle va à contre-courant puisqu'elle propose la création d'un... cryptorouble étatique !


Le Bitcoin est à l'ordre du jour du prochain sommet des ministres des finances du G20, qui se tiendra en avril, en Argentine. L'objectif sera de « poser le cadre du débat sur la régulation des cryptomonnaies », de « proposer un rapport d'étape en juillet », puis de « faire des propositions concrètes en octobre ». Bref, rien ne va se passer en 2018 ! Ce qui montre à quel point les États sont dépassés par les événements.


Josh Bersin, le fondateur du cabinet d'études Bersin by Deloitte, l'avait prédit lors du dernier congrès des CRHA : « À chaque innovation technologique, les gens peinent de plus en plus à s'adapter, et pis encore, les États aussi. Arrivera un jour où ces derniers n'arriveront plus du tout à suivre et, croyez-moi, ce ne sera pas une bonne nouvelle... »


Croisons les doigts, donc, pour que le Bitcoin ne soit pas la technologie fatidique à nos États...


*****


Espressonomie


Un rendez-vous hebdomadaire dans Les affaires et Lesaffaires.com, dans lequel Olivier Schmouker éclaire l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui, quitte à renverser quelques idées reçues.


Découvrez les précédents billets d'Espressonomie


La page Facebook d'Espressonomie


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

ESPRESSONOMIE est le blogue économique d'Olivier Schmouker. Sa mission : éclairer l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui. Ce blogue hebdomadaire présente la particularité d'être publié en alternance dans le journal Les affaires (papier/iPad) et sur Lesaffaires.com. Olivier Schmouker est chroniqueur pour Les affaires et conférencier.

Sujets liés

Économie

Sur le même sujet

Une promotion sans augmentation? C'est devenu la norme!

12/06/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Au Canada, un employeur sur deux offre couramment des promotions sans hausse salariale, selon une étude.

L’Europe s’intéresse de plus en plus au secteur minier sud-américain

26/04/2018 |

L'Europe renforce ses relations commerciales avec l'Amérique latine et s’intéresse plus ...